Echos d’Italie

La Stampa  — Notizie

MEAN STREETS, MARTIN SCORSESE SVELACANNESSEGRETI DEL SUO PRIMO FILM DI GANGSTER
Il regista torna sulla Croi­sette per risco­prire il crime movie del 1973, la prima col­la­bo­ra­zione con Robert De Niro

10.05.2018 — Autore: Pier­paolo Festa, nos­tro inviato a Cannes

Non rimedi ai tuoi pec­cati in chiesa. Li sconti per le strade. Li sconti a casa. Il resto sono stron­zate, e lo sai.” Si apre con queste parole Mean Streets, terzo lun­go­me­trag­gio di Mar­tin Scor­sese  che viene proiet­tato nuo­va­mente sulla Croi­sette in occa­sione del Car­rosse d’or, pre­mio asse­gnato al regista dalla Srf (Société fran­çaise des réa­li­sa­teurs de film) nella serata inau­gu­rale della Quin­zaine des réa­li­sa­teurs.
Sullo schermo ritro­viamo un Robert De Niro di appena trent’anni nei panni di Johnny Boy, testa calda di Lit­tle Italy inse­guito dagli usu­rai a cui deve dei soldi, e pro­tetto dall’amico Char­lie inter­pre­tato da Har­vey Keitel.

Quella di Mean Streets è ancora oggi la mia espe­rienza pre­fe­rita vis­suta a Cannes — confessa il regista davanti alla pla­tea — E tutto questo per via di una parola: ‘ano­ni­mato’, uno sta­tus che all’epoca volevo cam­biare.
La Croi­sette non è mai stata così bella come quella volta: me ne andavo in giro tran­quillo e incon­travo registi come Wim Wen­ders e Wer­ner Her­zog, le super­star e i mil­lan­ta­tori che mi pro­met­te­vano di finan­ziare i miei film.
Era un’epoca di sco­perta di nuovi cineasti. Cannes è stata il tram­po­lino inter­na­zio­nale di Mean Streets. Tutto è comin­ciato da lì”.

IL CINEMA DI SCORSESE: CERCARE DI ESSERE GIUSTI ALLINFERNO
Dome­nica in chiesa, lunedì all’inferno è il sot­to­ti­tolo ita­liano di Mean Streets, ambien­tato in una New York deca­dente e alla quale man­cano solo le fiamme. Scor­sese ricorda: “All’epoca conti­nuavo a pormi una domanda: come fa un ragazzo a condurre una vita moral­mente giusta all’interno di un mondo cat­tivo?”. Temi come l’amicizia tra uomini e la fra­tel­lanza sono un qual­cosa tor­nano spesso nel cinema scor­se­siano: “Mi sento a mio agio con questo mate­riale nar­ra­tivo per­ché mi per­mette di esplo­rare a fondo i per­so­naggi”. Il regista parla della natura auto­bio­gra­fica di Mean Streets: “Mi è ser­vito tanto tempo per capire per­ché avevo fatto Mean Streets: il film parla del posto in cui vivevo all’inizio degli anni Ses­santa, ma parla anche del rap­porto tra mio padre e mio zio, suo fra­tello minore che entrava e usciva di galera. Ho rice­vuto tanto amore all’interno della mia fami­glia, ma sen­tivo anche che c’era qual­cosa di sba­gliato. E alcune di queste per­sone sba­gliate a volte erano brave per­sone. Ecco dunque la prima frase di Mean Streets: rimet­tere i nos­tri pec­cati non è un qual­cosa che si fa solo in chiesa, ma si tratta della bat­ta­glia di una vita. Puoi rius­circi, ma anche non riuscirci”.  […]

—–
tra­duc­tion :

Mean Streets, Mar­tin Scor­sese révèle à Cannes les secrets de son pre­mier film de gang­sters
Le met­teur en scène revient sur le Croi­sette pour redé­cou­vrir le “crime movie” de 1973, la pre­mière col­la­bo­ra­tion avec Robert De Niro

10.05.2018 — Auteur : Pier­paolo Festa, notre invité à Cannes

” On ne lave pas ses péchés à l’église, on le fait dans la rue et chez soi. Le reste c’est des conne­ries, et tu le sais”. Ainsi s’ouvre avec ces paroles Mean Streets, le troi­sième long-métrage de Mar­tin Scor­sese qui est de nou­veau pro­jeté sur la Croi­sette à l’occasion du Car­rosse d’or, prix attri­bué au met­teur en scène par la Srf (Société fran­çaise des réa­li­sa­teurs de films) lors de la soi­rée inau­gu­rale de la Quin­zaine des réa­li­sa­teurs.
Sur l’écran nous retrou­vons un Robert De Niro de trente ans à peine dans la peau de Johnny Boy, tête brû­lée de Lit­tle Italy pour­sui­vie par les usu­riers à qui il doit de l’argent, et pro­tégé par son ami Char­lie inter­prété par Har­vey Keitel.

Aujourd’hui encore, Mean Streets est l’expérience pré­fé­rée que j’ai vécue à Cannes — avoue le met­teur en scène devant le par­terre — Et tout ceci à cause d’un mot: ‘ano­ny­mat’, un sta­tut qu’à l’époque je vou­lais chan­ger.
La Croi­sette n’a jamais été aussi belle que cette fois-là : j’allais me pro­me­ner tran­quille­ment et je ren­con­trais des met­teurs en scène comme Wim Wen­ders et Wer­ner Her­zog, les super­stars et les fan­fa­rons qui me pro­met­taient de finan­cer mes films.
C’était une époque de décou­verte des nou­veaux cinéastes. Cannes a été le trem­plin inter­na­tio­nal de Mean Streets. Tout a com­mencé ici.”

LE CINÉMA DE SCORSESE : TÂCHER D’ÊTRE JUSTE EN ENFER
Dimanche à l’église, lundi en enfer est le sous-titre ita­lien de Mean Streets, se dérou­lant dans un New York déca­dent et à qui manquent seule­ment les flammes. Scor­sese rap­pelle : “À l’époque je conti­nuais à me poser une ques­tion : com­ment fait un gar­çon pour mener une vie mora­le­ment juste dans un monde mau­vais ?“
Des thèmes comme l’amitié entre hommes et la fra­ter­nité sont quelque chose qui revient sou­vent dans le cinéma scor­sé­sien : “Je me sens à mon aise avec ce maté­riel nar­ra­tif parce qu’il me per­met d’explorer à fond les per­son­nages”. Le met­teur en scène parle de la nature auto­bio­gra­phique de Mean Streets : Il m’a fallu beau­coup de temps pour com­prendre pour­quoi j’avais fait Mean Streets. Le film parle de l’endroit dans lequel je vivais au début des années soixante, mais il parle aussi du rap­port entre mon père et mon oncle, son frère plus petit qui entrait en pri­son et en sor­tait.
J’ai reçu beau­coup d’amour à l’intérieur de ma famille, mais je sen­tais aussi qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas. Et par­fois quelques-unes de ces per­sonnes mau­vaises étaient en fait de bonnes per­sonnes. Voilà donc la pre­mière phrase de Mean Streets :  par­don­ner nos péchés n’est pas quelque chose qui se fait seule­ment à l’ église, mais il s’agit de la bataille d’une vie. Tu peux y par­ve­nir, mais aussi ne pas y parvenir”. […]

fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’article en italien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>