Echos d’Italie

Corriere della Sera / OPINIONI

PARTICELLE ELEMENTARI


La sfida su Twit­ter con i versi di Dante
Un ragazzo e una ragazza hanno deciso di pos­tare ogni giorno su Twit­ter, a par­tire dal 23 set­tembre, la prima ter­zina di cias­cun canto della Divina Com­me­dia letta da Ser­monti, con un hash­tag #tempodiDante

di Pier­luigi Bat­tista
16 set­tembre 2018

Par­liamo pure male dei social net­work, sen­tine di mali­moti, veleni, ran­cori, igno­ranza pre­sun­tuosa. Ma se prendi due dician­no­venni, Jacopo Parodi, geno­vese, e Luana Di Dio, fio­ren­tina,  che sono invasi da un sacro fuoco dan­tesco e che sono rimasti abba­ci­nati, col­piti, incan­tati dalla splen­dida let­tura della «Divina Com­me­dia» letta e inter­pre­tata dall’indimenticabile Vit­to­rio Ser­monti, e che hanno deciso di pos­tare  ogni giorno su Twit­ter, a par­tire dal 23 set­tembre, la prima ter­zina di cias­cun canto letta da Ser­monti, con un hash­tag #tem­po­di­Dante, allora, magari, un espe­ri­mento così bello potrebbe far cam­biare idea ai detrat­tori dei social.
Annun­cia Jacopo Parodi che l’idea gli è venuta quest’estate a Genova, città «dila­niata da ferite e assillata da neces­sità che la let­te­ra­tura non può lenire e sod­dis­fare». Un’idea sem­plice ma ardita:  «Sarà com­pito di cias­cuno leg­gersi il canto “quo­ti­diano” nell’edizione che pre­fe­risce e poi di comu­ni­care su Twit­ter, sotto il segno del #tem­po­di­Dante , impressioni,idee, spunti di rifles­sione, cosa Dante è rius­cito a dire pro­prio  a lui in quanto irri­pe­ti­bile singolo».

Un’impresa abbas­tanza ardua. Nel tempo della bre­vità, della bat­tuta ful­mi­nante, uno stu­dio appas­sio­nato per la lun­ghezza e la pro­fon­dità della grande opera dan­tesca. Due ragazzi gio­va­nis­simi, accom­pa­gnati per mano dalla let­tura dan­tesca di Ser­monti,  che sfi­dano Twit­ter a colpi di ter­zine e canti della «Divina Com­me­dia»: che mera­vi­gliosa inat­tua­lità. Vale la pena seguire dal 23 set­tembre questa scom­messa dif­fi­cile, pres­tare atten­zione a un ragazzo e una ragazza che,  come dicono, vogliono «conta­giare il pros­simo con Dante». Lei col­tiva una pas­sione «ardente, folle, scan­da­losa, irrac­con­ta­bile» per Dante Ali­ghieri.
Ed entrambi chie­dono ad Ales­san­dro Gass­mann, molto pre­sente su Twit­ter, di dar loro una mano con la let­tura di qualche brano della «Divina Com­me­dia»,  per raf­for­zare quella che chia­mano un’«impresa folle». Vale la pena vedere come va a finire, aiu­tare questi due gio­vani mera­vi­glio­sa­mente pazzi, par­te­ci­pare a questo espe­ri­mento: Dante su Twit­ter, che accos­ta­mento appa­ren­te­mente blas­femo. Oppure, che occa­sione irri­pe­ti­bile, che schiaffo al pes­si­mismo, che smen­tita dei soliti detrat­tori dei tempi nuovi che bor­bot­tano,  mugu­gnano e non sanno che dire su due gio­vani inna­mo­rati di un amore ardente per la «Divina Com­me­dia», anno 2018.

—–
tra­duc­tion :

Cor­riere della Sera / OPINIONI
Les par­ti­cules élémentaires

Le défi sur Twit­ter avec les vers de Dante
Un gar­çon et une fille ont décidé de pos­ter chaque jour sur Twit­ter, à par­tir du 23 sep­tembre, le pre­mier ter­cet de chaque chant de la Divine Comé­die lu par Ser­monti, avec un hash­tag #tempodiDante

par Pier­luigi Bat­tista
16 sep­tembre 2018

Nous par­lons sou­vent mal des réseaux sociaux, source de tous les maux, émeutes, poi­sons, ran­cunes et d’ignorance pré­somp­tueuse. Mais si l’on prend deux jeunes gens de 19 ans, le génois Jacopo Parodi et la foren­tine Luana Di Dio, qui sont enva­his par un feu dan­tesque sacré et qui sont res­tés aveu­glés, frap­pés, enchan­tés par la splen­dide lec­ture de la “Divine Comé­die” lue et inter­pré­tée par l’inoubliable Vit­to­rio Ser­monti, et qui ont décidé de pos­ter chaque jour sur Twit­ter, à par­tir du 23 sep­tembre, le pre­mier ter­cet de chaque chant lu  par Ser­monti, avec un hash­tag #tem­po­di­Dante, alors une si belle expé­rience pour­rait peut-être faire chan­ger d’idée les détrac­teurs des réseaux sociaux.
Jacopo Parodi indique que l’idée lui est venue cet été à Gênes, ville “déchi­que­tée par des bles­sures et har­ce­lée par une néces­sité que la lit­té­ra­ture ne peut pas sou­la­ger et satis­faire.” Une idée simple mais har­die :  “sera extrait de chaque lec­ture le chant “quo­ti­dien” dans l’édition qu’il pré­fère qui sera ensuite com­mu­ni­qué sur Twit­ter, sous le signe du #tem­po­di­Dante, avec les impres­sions, les idées, les élé­ments de réflexion qui en découlent, toute chose que  Dante a réussi à lui dire vrai­ment de façon ô com­bien simple et unique.”

Une entre­prise assez dif­fi­cile : au temps de la briè­veté, de la réplique cin­glante , une étude pas­sion­née pour la lon­gueur et la pro­fon­deur de la grande oeuvre dan­tesque. Deux jeunes, accom­pa­gnés pas à pas de la lec­ture dan­tesque de Ser­monti, et qui défient Twit­ter à coups de ter­cets et chants de la “Divine Comé­die”. Quelle mer­veilleuse inac­tua­lité ! Cela vau­dra la peine de suivre à par­tir du 23 sep­tembre ce pari dif­fi­cile, de prê­ter atten­tion à un jeune gar­çon et une jeune fille qui,  comme ils le disent, veulent “conta­mi­ner leurs proches avec Dante.” Ils cultivent une pas­sion “ardente, folle, scan­da­leuse, indi­cible” pour Dante Ali­ghieri. Tous les deux ont demandé à Ales­san­dro Gass­mann, très pré­sent sur Twit­ter, de leur don­ner un coup de main  avec la lec­ture de quelques pas­sages de la “Divine Comé­die”, pour ren­for­cer ce qu’ils appellent une ” folle entreprise”.

Cela vau­dra la peine de voir com­ment, aidé de ces deux jeunes gens mer­veilleu­se­ment fous, va tour­ner sa par­ti­ci­pa­tion à cette expé­rience :  Dante sur Twit­ter, un assem­blage appa­rem­ment blas­phé­ma­toire. Ou plu­tôt, quelle occa­sion unique, quelle gifle au pes­si­misme pour démen­tir les détrac­teurs habi­tuels des nou­veaux temps qui mar­monnent, se plaignent et ne ne savent que dire à deux jeunes gens épris d’un amour ardent pour la “Divine Comé­die”, à l’an 2018.

fre­de­ric grolleau

lire l’article en ligne en italien

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>