Echos d’Italie

La Stampa / Obli­qua — Mente

 “Lando” ante­si­gnano di “Adrian”: il fumetto ero­tico d’epoca ispi­rato a Celentano

Di Gian­luca Nicoletti

23/01/2019

Mi mera­vi­glia che nes­suno abbia citato il fumetto “Lando” come ante­si­gnano di “Adrian”. Nella gra­phic novel tele­vi­siva Celen­tano si auto­ce­le­bra in un oro­lo­giaio can­tante, ribelle capo­po­polo e rivo­lu­zio­na­rio contro il potere ecc. Lando al contra­rio era uno sfa­ti­cato per­di­giorno, sempre con la fac­cia Adriano Celen­tano, che girava assieme a un suo amico detto il Lar­doso alla conti­nua ricerca di avven­ture ses­suali con ragazze  sempre iper dis­po­ni­bili di cos­tumi non pro­prio mori­ge­rati. Lando, edito dall’editrice Squalo tra la metà degli anni 70 e metà degli 80, faceva parte di un roman­tico uni­verso di fumetti ero­tici  che pren­de­vano come tes­ti­mo­nial invo­lon­tari volti noti dello spettacolo.

C’era ad esem­pio il “Mon­ta­tore” con la fac­cia di Lando Buz­zanca, “Sukia la vam­pira”: Ornella muti, “Play­colt: Alain Delon”, “Gol­drake”: Jean Paul Bel­mondo,  “Cioci e Tato”: Cochi e Renato. Erano tutti fumetti “zozzi” che nes­sun bravo ragazzo com­prava diret­ta­mente, ma si leg­ge­vano dal bar­biere quando ancora era luogo inva­li­ca­bile per le donne,  o si rice­ve­vano da qualche com­pa­gno di scuola più sca­fato che li spac­ciava come merce proi­bi­tis­sima.
Roba molto retrò insomma, ris­petto all’attualità, resi­dui di nos­tal­gia per anziani… Esat­ta­mente come l’Adrian tele­vi­sivo, anche se su un piano di rife­ri­menti sicu­ra­mente più elevati.


tra­duc­tion :

“Lando” pré­cur­seur d’”Adrian” : la bande des­si­née éro­tique d’époque ins­pi­rée de Celentano

par Gian­luca Nicoletti

23/01/2019

Il m’étonne que per­sonne n’ait assi­milé la bande des­si­née “Lando” à un pré­cur­seur d’ “Adrian.” Dans ce roman gra­phique télé­vi­suel, Celen­tano s’autocélèbre en tant qu’horloger chan­teur, rebelle en chef et révo­lu­tion­naire contre le pou­voir etc. Lando au contraire était un fai­néant bon à rien, tou­jours avec le visage d’Adriano Celen­tano qui tour­nait mal avec son ami dit Le Gras à la recherche conti­nue d’aventures sexuelles avec des filles très dis­po­nibles dans des cou­tumes pas vrai­ment sobres.

Lando, publié par l’éditeur Squalo (Requin) entre la moi­tié des années 70 et la moi­tié des années 80, fai­sait par­tie d’un uni­vers roman­tique de bandes des­si­nées éro­tiques qui pre­naient des porte-paroles invo­lon­taires mais connus du monde du spec­tacle.
Il y avait par exemple l’ “Assem­bleur” avec la figure de Lando Buz­zanca, “Sukia la vam­pire” : Ornella Muti, “Play­colt”: Alain Delon, “Gol­drake”: Jean-Paul Bel­mondo, “Cioci e Tato”: Cochi e Renato.
C’étaient toutes des bande des­si­nées salaces qu’aucun bon gar­çon n’achetait direc­te­ment mais qui se lisaient encore chez le coif­feur quand cet endroit était encore impé­né­trable pour les femmes, ou que l’on rece­vait de quelque cama­rade d’école plus mûr qui les ven­dait comme mar­chan­dise inter­dite.
En somme, une chose très rétro au regard de l’actualité, un reste de nos­tal­gie pour les anciens… Exac­te­ment comme l’Adrian de la télé­vi­sion, même s’il était sûre­ment à un niveau de réfé­rence plus élevé.

fre­de­ric grolleau

lire larticle  et voir le repor­tage video de Gian­luca Nico­letti en italien

One Response to Echos d’Italie

  1. Sophie

    J’adore Berg­man, un style unique et une force incroyable dans l’expérience. J’adore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>