Echos d’Italie

Corriere della SeraSPETTACOLI

«Cap­tain Fan­tas­tic» in tv. Il nudo fron­tale di Viggo Mor­ten­sen e il cibo-spazzatura vie­tato sul set. I 13 segreti
Il film, diretto nel 2016 da Matt Ross, è pre­sen­tato al Sun­dance Film Fes­ti­val e ottiene suc­cesso al botteghino

di Fran­cesco Tor­tora
29 mag­gio 2020

Sta­notte va in onda (ore 23.05, Rai Movie) “Cap­tain Fan­tas­tic”, pel­li­cola diretta nel 2016 da Matt Ross. Il pro­ta­go­nista è Ben Cash (Viggo Mor­ten­sen), padre di sei figli che vive con la fami­glia in una foresta nel Nord degli Stati Uniti , lon­tano dalla moder­nità, istruendo i ragazzi per­so­nal­mente (i suoi punti di rife­ri­mento sono la Cos­ti­tu­zione ame­ri­cana e il lin­guista Noam Chom­sky) e inse­gnando loro a cavar­sela in qual­siasi cir­cos­tanza.
Ma quando la moglie Les­lie (Trin Mil­ler), già rico­ve­rata in ospe­dale per un dis­turbo dell’umore, si sui­cida Ben è cos­tretto las­ciare la natura e ad andare con i ragazzi in Nuovo Mes­sico per par­te­ci­pare al fune­rale.  Il pro­gresso affas­cina i figli di Ben e questo lo spinge a met­tere in dis­cus­sione i suoi prin­cipi radi­cali. Alla fine, però, nonos­tante il parere contra­rio dei suo­ceri, non tra­disce la volontà della moglie che voleva essere cre­mata.
Con un blitz al cimi­tero Ben e i suoi ragazzi tra­fu­gano il corpo di Les­lie e poi lo bru­ciano su una pira fune­ra­ria di legno davanti al mare can­tando “Sweet Child o’ Mine” dei Guns ‘n’ Roses.

Cap­tain Fan­tas­tic” è un film coin­vol­gente e ori­gi­nale che prende di mira la società consu­mis­tica ame­ri­cana e gli eccessi del capi­ta­lismo.
L’utopia del “ritorno alla natura” però non diventa ideo­lo­gia tanto è vero che il pro­ta­go­nista (un ispi­rato Viggo Mor­ten­sen che ottiene anche una nomi­na­tion all’Oscar) è pronto a ridis­cu­tere i suoi valori senza abiu­rarli.
Pre­sen­tato in ante­prima mon­diale al “Sun­dance Film Fes­ti­val” 2016, il film vince il pre­mio come miglior regia nella sezione “Un Cer­tain Regard” al Fes­ti­val di Cannes.
Anche al bot­te­ghino ottiene un buon suc­cesso: costato 5 milioni di dol­lari, ne incassa 22. In attesa della messa in onda, ecco 13 cose che forse non sapete.

Niente cibo spaz­za­tura per il cast
I gio­vani attori che inter­pre­ta­vano i sei figli del pro­ta­go­nista hanno dovuto fir­mare un contratto che aveva una clau­sola sin­go­lare: non dove­vano man­giare cibi con zuc­cheri e junk food per tutta la durata delle riprese.
Yoga 3–4 ore ogni giorno
George Mac­Kay che nel film è il figlio mag­giore Bo pra­ti­cava yoga per 3–4 ore al giorno in modo da poter por­tare a ter­mine al meglio i com­plessi eser­cizi che faceva nel film.

L’infanzia da hip­pie per il regista
Lo stile di vita alter­na­tivo rac­con­tato nel film era molto simile a quello pra­ti­cato dal regista Matt Ross durante l’infanzia e l’adolescenza.
Al tempo Ross infatti ha vis­suto in varie comu­nità hip­pie in Cali­for­nia e nell’Oregon senza tele­vi­sione e senza gran parte della tec­no­lo­gia moderna.

Il figlio (vero) di Viggo Mor­ten­sen
Una delle foto dei bam­bini attac­cate alle pareti dello scuo­la­bus è quella di Henry, il figlio di Viggo Mortensen.

I pro­vini in tutto il mondo
Per rius­cire a scrit­tu­rare gli attori che avreb­bero inter­pre­tato i figli del pro­ta­go­nista sono stati effet­tuati pro­vini in tanti Paesi tra cui Aus­tra­lia, Canada, Gran Bre­ta­gna, Nuova Zelanda e Stati Uniti.
I gio­vani infatti dove­vano avere un’età com­presa tra i 7 e i 18 anni, sapersi arram­pi­care, conos­cere le lingue, le arti mar­ziali e le basi della cac­cia con l’arco e sapere vivere in mezzo alla natura.

Il nudo fron­tale di Viggo e il divieto negli Usa
La breve scena di nudo fron­tale di Viggo Mor­ten­sen ha fatto scat­tare negli Usa il divieto di visione ai minori di 17 anni.

La cami­cia rici­clata
La cami­cia a fan­ta­sia rossa che Viggo Mor­ten­sen indossa nella scena del fune­rale è la stessa che sfog­gia nel film “Lupo soli­ta­rio” (titolo ori­gi­nale: The Indian Run­ner) del 1991.

[…]


tra­duc­tion :

« Cap­tain Fan­tas­tic » à la télé­vi­sion. La nudité fron­tale de Viggo Mor­ten­sen et la mal­bouffe inter­dite sur le pla­teau. Les 13 secrets du film
Le film, réa­lisé en 2016 par Matt Ross, est pré­senté au Sun­dance Film Fes­ti­val et obtient un suc­cès au box-office

par Fran­cesco Tor­tora
29 mai 2020

Ce soir est dif­fusé (23h05, Rai Movie) “Cap­tain Fan­tas­tic”, film réa­lisé en 2016 par Matt Ross.Le héros est Ben Cash (Viggo Mor­ten­sen), père de six enfants vivant avec sa famille dans une forêt dans le nord des États-Unis, loin de la moder­nité, en ins­trui­sant per­son­nel­le­ment les enfants (ses points de réfé­rence sont la Consti­tu­tion amé­ri­caine et le lin­guiste Noam Chom­sky) et en leur appre­nant à se débrouiller en toutes cir­cons­tances.
Mais quand sa femme Les­lie (Trin Mil­ler), déjà admise à l’hôpital pour troubles maniaco-dépressifs, se sui­cide, Ben est forcé de quit­ter la nature et d’aller avec ses enfants au Nouveau-Mexique pour assis­ter à l’enterrement. Le pro­grès fas­cine les enfants de Ben et cela le pousse à remettre en cause ses prin­cipes radi­caux. Fina­le­ment, mal­gré l’avis contraire de ses beaux-parents, il ne tra­hit pas la volonté de sa femme qui vou­lait être inci­né­rée.
Après une des­cente au cime­tière, Ben et ses enfants s’emparent du corps de Les­lie et le brûlent sur un bûcher funé­raire en bois devant la mer en chan­tant “Sweet Child o’ Mine” des Guns ‘n’ Roses.

Cap­tain Fan­tas­tic” est un film cap­ti­vant et ori­gi­nal qui vise la société de consom­ma­tion amé­ri­caine et les excès du capi­ta­lisme. L’utopie du “retour à la nature” ne devient cepen­dant pas idéo­lo­gique tant il est vrai que le pro­ta­go­niste (un ins­piré Viggo Mor­ten­sen qui obtient éga­le­ment une nomi­na­tion à l’Oscar) est prêt à redis­cu­ter ses valeurs sans les abju­rer.
Pré­senté en avant-première mon­diale au “Sun­dance Film Fes­ti­val” 2016, le film rem­porte le prix du meilleur réa­li­sa­teur dans la caté­go­rie “Un Cer­tain Regard” au Fes­ti­val de Cannes.

Même au box-office, il obtient un bon suc­cès : ayant coûté 5 mil­lions de dol­lars, il en rap­porte 22. En atten­dant la dif­fu­sion, voici 13 choses que vous ne savez peut-être pas.

Pas de mal­bouffe pour les acteurs
Les jeunes acteurs qui inter­pré­taient les six enfants du pro­ta­go­niste ont dû signer un contrat qui avait une clause sin­gu­lière : ils ne devaient pas man­ger des ali­ments avec du sucre et de la nour­ri­ture de mau­vaise qua­lité pen­dant toute la durée du tournage.

3–4 heures de yoga chaque jour
George Mac­kay qui dans le film joue le fils aîné Bo pra­ti­quait le yoga pen­dant 3–4 heures par jour afin qu’il puisse mener à bien les exer­cices com­plexes qu’il fai­sait dans le film.

L’enfance hip­pie du réa­li­sa­teur
Le mode de vie alter­na­tif raconté dans le film est très simi­laire à celui pra­ti­qué par le réa­li­sa­teur Matt Ross durant l’enfance et l’adolescence. À l’époque, Ross a vécu dans diverses com­mu­nau­tés hip­pies en Cali­for­nie et dans l’Oregon sans télé­vi­sion et sans une grande par­tie de la tech­no­lo­gie moderne.

Le (vrai) fils de Viggo Mor­ten­sen
Une des pho­tos des enfants accro­chées aux murs du bus sco­laire est celle d’Henry, le fils de Viggo Mortensen.

Des audi­tions dans le monde entier
Pour réus­sir à enga­ger les acteurs qui allaient jouer les enfants du héros, des audi­tions ont été effec­tuées dans de nom­breux pays dont l’Australie, le Canada, la Grande-Bretagne, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis. Les jeunes gens devaient en effet avoir entre 7 et 18 ans, savoir grim­per, connaître les langues, les arts mar­tiaux et les bases de la chasse à l’arc et savoir vivre en pleine nature.

La nudité fron­tale de Viggo et l’interdiction aux Etats-Unis
La courte scène de nu fron­tal de Viggo Mor­ten­sen a déclen­ché aux États-Unis l’interdiction de voir le film pour les enfants de moins de 17 ans.

La che­mise recy­clée
La che­mise à motifs rouges que Viggo Mor­ten­sen porte dans la scène des funé­railles est la même que celle qu’il arbore dans le film “Loup Soli­taire” (titre ori­gi­nal : The Indian Run­ner) de 1991.

[…]

fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’article en italien

One Response to Echos d’Italie

  1. Sophie

    J’adore Berg­man, un style unique et une force incroyable dans l’expérience. J’adore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>