Echos d’Italie

Corriere della Sera

Dante, ope­ra­zione «Auto­grafo». Dove cer­carlo (e per­ché adesso)

Un gruppo di lavoro per tro­vare final­mente, in occa­sione del set­timo cen­te­na­rio della morte, un testo di mano del poeta. Potrebbe nas­con­dersi tra le carte degli Ordelaffi

di ALBERTO CASADEI
24 novembre 2020

Delle tante opere di Dante, non ci è arri­vata nem­meno una riga auto­grafa. Poco tempo dopo la morte del poeta, nella notte fra il 13 e il 14 set­tembre 1321 a Ravenna, i figli comin­cia­rono a pub­bli­care la Divina com­me­dia com­pleta,  rico­piando forse per la prima volta il Para­diso, e poi, negli anni suc­ces­sivi, ven­nero dif­fuse altre opere incom­piute, come il Convi­vio o il De vul­gari elo­quen­tia, oppure com­plete ma mai divul­gate dall’autore, come la Monar­chia.
Pur­troppo gli ori­gi­nali, come spesso acca­deva all’epoca, si dete­rio­ra­rono e, alla fine, quasi sicu­ra­mente furono eliminati.

Ma Dante era anche molto com­pe­tente nella reda­zione di let­tere in latino uffi­ciali, impor­tanti nell’attività poli­tica, e durante l’esilio ne scrisse nume­rose per conto dei suoi com­pa­gni di Parte Bianca, oppure auto­no­ma­mente :  ce ne res­tano poche, una doz­zina oltre ad alcune contes­tate, anche in questo caso nella tras­cri­zione di copisti più o meno cele­bri, com­preso Boc­cac­cio.
Sino ai primi decenni del ‘400, però, vari uma­nisti ebbero occa­sione di vederne altre, addi­rit­tura forse auto­grafe, come tes­ti­mo­nia Leo­nardo Bruni nella sua Vita di Dante (1436).  Anche quelle epis­tole anda­rono per­dute, assieme a tanti mate­riali fio­ren­tini, mentre res­tano parec­chi dubbi su altri testi dan­tes­chi, in questo caso visti dal let­te­rato for­li­vese Biondo Flavio.

Lo stemma con il leone della casa Orde­laffi
È certo che, poco dopo la cac­ciata da Firenze dei Guelfi bian­chi, per una fase le forze mili­tari degli esi­liati e anche dei Ghi­bel­lini furono affi­date al signore di Forlì, Scar­petta Orde­laffi.  Tra il 1302 e il 1303 è molto pro­ba­bile che Dante lo rag­giun­gesse per aiu­tarlo nella ste­sura di docu­menti ed epis­tole, che sareb­bero poi state tras­critte e conser­vate da un can­cel­liere di nome Pel­le­grino Calvi.
Biondo Fla­vio ebbe modo di vedere questi mate­riali pro­ba­bil­mente nell’archivio della fami­glia Orde­laffi e la sua tes­ti­mo­nianza, per quanto non sempre accu­ra­tis­sima,  è stata consi­de­rata atten­di­bile da stu­diosi quali Michele Barbi, dan­tista fra i più insi­gni, o Augusto Cam­pana, già biblio­te­ca­rio vati­cano e ottimo paleo­grafo, ed è stata vagliata di nuovo da uno spe­cia­lista quale Paolo Pon­tari nel 2015.

Ma la parte di questa sto­ria che resta ancora molto incerta riguarda il des­tino dei docu­menti dan­tes­chi forlivesi.  […]

tra­duc­tion :

Dante, opé­ra­tion « Auto­graphe ». Où le cher­cher (et pour­quoi main­te­nant)
Un groupe de tra­vail pour trou­ver enfin, à l’occasion du sep­tième cen­te­naire de la mort, un texte de main du poète. Il pour­rait se cacher dans les archives des Ordelaffi

par ALBERTO CASADEI
le 24 novembre 2020

Parmi les nom­breuses œuvres de Dante, il n’y a pas une seule ligne dédi­ca­cée. Peu de temps après la mort du poète, dans la nuit du 13 au 14 sep­tembre 1321 à Ravenne, ses fils com­men­cèrent à publier la Divine comé­die com­plète, en repro­dui­sant peut-être pour la pre­mière fois le Para­dis, puis, dans les années sui­vantes, d’autres œuvres inache­vées, comme Le Ban­quet ou De l’éloquence en langue com­mune [oppo­sée au latin, ndt,], sont dif­fu­sées, ou com­plètes mais jamais divul­guées par l’auteur, comme La Monar­chie.
Mal­heu­reu­se­ment, les ori­gi­naux, comme c’était sou­vent le cas à l’époque, se dété­rio­rèrent et, à la fin, ils furent presque cer­tai­ne­ment éliminés.

Mais Dante était aussi très com­pé­tent dans la rédac­tion de lettres en latin offi­cielles, impor­tantes dans l’activité poli­tique, et pen­dant l’exil il en écri­vit de nom­breuses pour le compte de ses com­pa­gnons du parti des Guelfes blancs,  ou bien de manière auto­nome : il en reste peu, une dou­zaine en plus de cer­taines contes­tées, encore une fois dans la trans­crip­tion de copistes plus ou moins célèbres, y com­pris Boc­cace. Jusqu’aux pre­mières décen­nies du siècle, cepen­dant, plu­sieurs huma­nistes eurent l’occasion d’en voir d’autres, peut-être même auto­graphes, comme en témoigne Leo­nardo Bruni dans sa Vie de Dante (1436).
Ces épîtres ont éga­le­ment été per­dues, avec de nom­breux maté­riaux flo­ren­tins, tan­dis que de nom­breux doutes sub­sistent sur d’autres textes de Dante, comme l’a éta­bli par l’écrivain de l’arrière-pays de Forli Fla­vio Biondo.

Le bla­son avec le lion de la mai­son Orde­laffi
Il est cer­tain que, peu après l’expulsion des Guelfes blancs de Flo­rence, pen­dant une cer­taine période, les forces mili­taires des exi­lés et même des Gibe­lins furent confiées au sei­gneur de Forlì, Scar­petta Orde­laffi. Entre 1302 et 1303, il est très pro­bable que Dante l’ait e rejoint pour l’aider à rédi­ger des docu­ments et des épîtres, qui seraient ensuite trans­crits et conser­vés par un chan­ce­lier du nom de Pel­le­grino Calvi.
Biondo Fla­vio eut l’occasion de voir ces maté­riaux pro­ba­ble­ment dans les archives de la famille Orde­laffi et son témoi­gnage, bien qu’il ne soit pas tou­jours très pré­cis, a été consi­déré comme digne de confiance par des cher­cheurs tels  que Michele Barbi, l’un des plus émi­nents dan­tistes, ou Augusto Cam­pana, ancien biblio­thé­caire du Vati­can et excellent paléo­graphe, et a été de nou­veau exa­miné par un spé­cia­liste tel que Paolo Pon­tari en 2015.

Mais la par­tie de cette his­toire qui reste encore très incer­taine concerne le sort des docu­ments for­li­vais de Dante.  […]

fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’article en italien

One Response to Echos d’Italie

  1. Sophie

    J’adore Berg­man, un style unique et une force incroyable dans l’expérience. J’adore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>