Echos d’Italie

Echi dell’Italia / Echos d’Italie

Le Royaume Uni rejette la reli­gion des Jedi

La Gran Bre­ta­gna boc­cia la reli­gione degli Jedi
I devoti della Forza ave­vano chiesto di essere rico­nos­ciuti come un culto vero per godere delle detra­zioni fiscali


Non è facile essere un Cava­liere Jedi oggi­giorno. E non tanto per colpa del lato oscuro che incombe o per la mal­va­gità dei Sith, i nemici di sempre.
Nei nos­tri tempi seco­la­riz­zati l’avversario peg­giore può nas­con­dersi nelle pie­ghe della buro­cra­zia inglese e rive­larsi invincibile.

La Stampa, 01 01 2017
per gian­carlo loquenzi

Lo scon­tro si è svolto davanti ai com­mis­sari della Bri­tish Cha­rity Com­mis­sion  a cui il Tem­pio dell’Ordine degli Jedi si era rivolto in cerca delle detra­zioni fis­cali garan­tite alle reli­gioni rico­nos­ciute,  e i Cava­lieri hanno dovuto soc­com­bere.
I circa 170 mila devoti della Forza che vivono nel Regno Unito si sono visti respin­gere, con una memo­ria di dieci car­telle ampia­mente argo­men­tata,  la loro richiesta di essere rico­nos­ciuti come un culto ori­gi­nale e per questo godere delle «cha­rity law» inglesi.

Daniel Jones, Mas­ter del Tem­pio (nel 2009 venne cac­ciato da un nego­zio Tesco per­ché rifiu­tava di togliersi il cap­puc­cio da Jedi), non si è sco­rag­giato e ha detto che i suoi Cava­lieri conti­nue­ranno a fare del bene e a tenere in equi­li­brio la Forza anche in man­canza di uno sta­tus legale. (…)

—–

tra­duc­tion :

Le Royaume Uni rejette la reli­gion des Jedi
Les adeptes de la Force ont demandé à être recon­nus comme un culte véri­table pour béné­fi­cier de déduc­tions fis­cales
Il n’est pas facile d’être un che­va­lier Jedi de nos jours. Non pas à cause du Côté obs­cur qui menace ou de la méchan­ceté des Sith, les enne­mis de tou­jours.  Mais parce que, dans nos temps sécu­la­ri­sés, le pire adver­saire peut se cacher dans les plis de la bureau­cra­tie anglaise et se révé­ler invincible.

La bagarre s’est dérou­lée devant les com­mis­saires de la Bri­tish Cha­rity Com­mis­sion aux­quels le Temple de l’Ordre des Jedi s’était adressé dans le cadre les décotes  fis­cales garan­ties aux reli­gions recon­nues. Mais les Che­va­liers ont dû suc­com­ber.
Les quelques 170 milles fidèles de la Force qui vivent au Royaume-Uni ont vu repous­ser, avec une dos­sier de dix car­tons ample­ment argu­men­tés, leur demande d’être recon­nus comme  un culte authen­tique et de pou­voir ainsi béné­fi­cier de la cha­rity law anglaise.

Daniel JOnes, Maître du temple (il a été chassé en 2009 d’un maga­sin [de grande dis­tri­bu­tion anglaise, ndt] Tesco parce qu’il refu­sait de reti­rer son capu­chon de Jedi) ne s’est pas décou­ragé pour autant et a indi­qué  que ses Che­va­liers conti­nue­raient de faire le bien et de main­te­nir l’équilibre de la Force, même en manque d’un staut juridique. (…)

lire la suite de l’article en ita­lien ici 

fre­de­ric grolleau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>