Echos d’Italie

La Repub­blica
Mar­lon Brando, l’urlo di un debut­tante in ‘Un tram che ci chiama desi­de­rio’

di ANNA BANDETTINI

Pub­bli­cato il 02 dicembre 2017

Il 3 dicembre 1947 andava in scena a Broad­way il dramma di Ten­nesse Williams, poi por­tato al cinema nel ’51 conquis­tando quat­tro Oscar e lan­ciando la car­riera del pro­ta­go­nista. In Ita­lia andò in scena nel ’49 diretto da Luchino Vis­conti con Gass­mann e Mastroianni

La leg­genda vuole che fosse pro­prio su un tram, su cui giro­va­gava da stu­dente, che il gio­va­nis­simo e inquieto Ten­nes­see Williams si facesse l’idea di un dramma che sve­lava il lato oscuro del sogno ame­ri­cano.
Forse i tram non c’entravano pro­prio niente, ma quel che è certo è che quella sto­ria divenne il capo­la­voro di Williams, un testo amato, odiato, comunque conos­ciuto in tutto il mondo, una pie­tra miliare del tea­tro e del cinema che ancora oggi si conti­nua a leg­gere e a vedere rap­pre­sen­tato con inter­esse ed emozione.

Settant’anni fa, il 3 dicembre del 1947, debut­tava a New York , al Bar­ry­more Theatre, una delle grandi sale di Broad­way, Un tram che si chiama desi­de­rio, (il titolo ori­gi­nale è A street­car named desire), una sto­ria in tre atti che alzava il velo sulla mac­china oppres­siva della fami­glia, sull’anima ipo­crita dei pre­giu­dizi, la feroce stu­pi­dità delle paure morali. Williams, che scri­veva drammi tea­trali dal ’36, veniva dal suc­cesso, nel ’44, di Zoo di vetro, chia­mato a col­la­bo­rare per alcune sce­neg­gia­ture per Hol­ly­wood (cosa che fece mal­vo­len­tieri), aveva conos­ciuto una serie di registi, tra cui Elia Kazan.

È lui a fir­mare il primo esor­dio sulla scena del Tram, quat­tro anni prima del film che diven­terà un cult asso­luto della cine­ma­to­gra­fia di tutti i tempi.
Si rac­conta che Kazan avesse finito il cast per la scelta degli inter­preti abbas­tanza deluso, senza essere convinto di chi potesse pren­dere il ruolo del pro­ta­go­nista Stan­ley Kowalsky, uomo com­plesso, nevro­tico, spi­go­loso, quando gli si pre­sentò davanti, affan­nato e in ritardo per via di vari pro­blemi con i mezzi di tra­sporto, un gio­vane attore, il miglior allievo dell’Actor’s Stu­dio di New York, che conquista subito tutti, regista e autore. Era Mar­lon Brando che con Jes­sica Tandy (Blanche), Kim Hun­ter (Stella) e Karl Mal­den (Mitch) portò al suc­cesso il dramma. […]


tra­duc­tion :

La Repub­blica

Mar­lon Brando, le cri d’un débu­tant dans Un tram­way nommé Désir

par ANNA BANDETTINI

Publié le 02 décembre 2017

Le 3 décembre 1947 était mis en scène à Broad­way le drame de Ten­nesse Williams, porté ensuite au cinéma en 51 en conqué­rant quatre Oscar et en lan­çant la car­rière du pro­ta­go­niste.
En Ita­lie il monta sur scène en 49, dirigé par Luchino Vis­conti avec Gass­mann et Mastroianni.

La légende veut que ce soit vrai­ment sur un tram­way dans lequel il flâ­nait d’étudiant, que le jeu­net et inquiet Ten­nes­see Williams se fît l’idée d’un drame, quil dévoi­lait la face obs­cure du rêve amé­ri­cain.
Les tram­ways n’y étaient peut-être vrai­ment pour rien mais ce qui est cer­tain c’est que cetet his­toire devint le chef-d’oeuvre de Williams, un texte chéri, haï, de toute façon connu dans le monde entier, une pierre angu­laire du théâtre et du cinéma que l’on conti­nue encore aujourd’hui à lire et à voir repré­senté avec inté­rêt et émotion.

Il y a soixante-dix ans, le 3 décembre de 1947, débu­tait à New York, au Bar­ry­more Theatre, une des grandes salles de Broad­way, Un tram­way nommé désir (le titre ori­gi­nal est A street­car named desire), une his­toire en trois actes qui levait le voile sur la machi­ne­rie acca­blante de la famille, sur l’âme hypo­crite des pré­ju­gés, la sot­tise féroce des peurs morales. Williams, qui écri­vait des drames théâ­traux depuis 36, obtint le suc­cès, en 44, avec Zoo de verre, et fut nommé pour col­la­bo­rer à quelques scé­na­rios pour Hol­ly­wood, chose qu’il fit à contre­coeur. Il avait connu une série de met­teurs en scène, parmi les­quels Élie Kazan.

C’est lui qui signe le pre­mier lan­ce­ment sur  scène du Tram­way, quatre ans avant le film qui devien­dra un culte absolu de la ciné­ma­to­gra­phie de tous les temps. On raconte que Kazan avait fini le cas­ting pour le choix des inter­prètes, assez déçu, sans être convaincu de qui pou­vait bien prendre le rôle du pro­ta­go­niste Stan­ley Kowalsky, homme com­plexe, névro­tique, énervé, quand il se pré­senta devant lui, angoissé et en retard à cause de dif­fé­rents pro­blèmes avec les moyens de trans­port, un acteur jeune, le meilleur élève de l’Actor’s Stu­dio de New York qui les conquit tous, met­teur en scène et auteur.  Il était ce Mar­lon Brando qui, avec Jes­sica Tandy (Blanche), Kim Hun­ter (Étoile) et Karl Mal­den (Mitch) allait por­ter le drame au succès. […]

fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’article en italien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>