Echos d’Italie

Il  Mes­sa­gero

“Banksy a Vene­zia, il graf­fito qua­dru­plica il valore del palazzo : de chi è l’immobile” (Banksy à Venise, Le graf­fiti qua­druple la valeur du palais : à qui appar­tient l’immeuble ?)

Dopo la per­for­mance artis­tica, con le pre­sunte appa­ri­zioni di Banksy a Vene­zia, ora è il momento degli affari. L’edificio vene­ziano su cui è stato appli­cato il graf­fito rife­ri­bile all’esponente più in vista della street-art,  è stato posto in ven­dita a quat­tro milioni e mezzo sul por­tale della Engel & Völ­kers.
Il palaz­zetto, di pro­prietà di noti avvo­cati vene­ziani, si trova in campo San Pan­ta­lon con affac­cio sul rio Novo  (fino al 1990 attra­ver­sato dai vapo­retti) ed è chiuso da decenni. «Banksy è uno dei più grandi artisti dei nos­tri tempi e siamo molto lusin­gati che abbia scelto un immo­bile com­mer­cia­liz­zato da Engel & Völ­kers»,  afferma Gia­como Arge­nio, Office Mana­ger di Engel & Völ­kers a Venezia.

di Michele Ful­lin
Sabato 25 Mag­gio 2019
Vene­zie, quale di questi due uomini è Banksy ?

Molti agenti immo­bi­liari hanno gri­dato allo scan­dalo quando hanno visto che era in ven­dita “The Banksy estate”, la dimora di Banksy, che a loro parere var­rebbe molto meno, un milione, due a farla grande, con tutti i lavori  che ci sareb­bero da fare. Anche se è un edi­fi­cio intero con 8 camere e 6 bagni per 400 metri qua­drati com­mer­ciali com­ples­sivi. La stessa agen­zia, comunque, vende per molto meno piani di palazzo in buone condi­zioni, con vista e con il sof­fitto deco­rato da stuc­chi e affreschi.

«Una fol­lia — com­menta Luca Sega­lin, segre­ta­rio gene­rale di Confe­di­li­zia Vene­zia e tito­lare di un’agenzia la Bro­ker House, che tratta immo­bili di pre­gio — Se il mer­cato ha biso­gno di sfrut­tare queste forme di pub­bli­cità vuol  dire che non c’è più dignità». Per la cro­naca, poche ore dopo, il prezzo dagli annunci on line è stato rimosso ed è diven­tato “su richiesta”. Questo è avve­nuto in conco­mi­tanza con la riven­di­ca­zione via Ins­ta­gram da parte di Banksy  della tito­la­rità dell’opera che rap­pre­senta un bam­bino con giub­botto sal­va­gente che bran­disce un razzo di segna­la­zione, uti­liz­zati in caso di nau­fra­gio. Allu­sione alle per­ipe­zie dei migranti.

LA RIVENDICAZIONE
Sarà una fata­lità, ma l’artista ha riven­di­cato dal suo pro­filo Ins­ta­gram l’opera (rea­liz­zata a pelo d’acqua con ver­nice spray e sten­cil sull’intonaco) un quarto d’ora dopo il tweet di denun­cia da parte di un’associazione vene­ziana  contro lo spo­po­la­mento, che aveva ripro­dotto l’annuncio immo­bi­liare com­men­tando: «È sem­plice iro­nia o un rozzo ten­ta­tivo di trarre pro­fitto dalla situa­zione? Sarebbe come se si usasse l’immagine di Gandhi per ven­dere armi da fuoco».

IL MISTERO
A Vene­zia, intanto, anche chi non è pra­tico di d’arte contem­po­ra­nea si inter­roga su chi possa essere il mis­te­rioso Banksy, che ha fatto un’apparizione a Vene­zia con un video in cui attra­verso la pre­sen­ta­zione di un dipinto for­mato  da 9 qua­dri si denun­cia l’invadenza delle grandi navi da cro­ciera ris­petto alla fra­gi­lità di Vene­zia, lì ripro­dotta di maniera sotto forma di capric­cio set­te­cen­tesco.
Un artista che non si è mai fatto vedere e che finora ha fatto del mis­tero della sua iden­tità un vei­colo pro­mo­zio­nale enorme.  Nel mondo della street art la mag­gio­ranza scom­mette sul fatto che Banksy sia la firma di un col­let­tivo di artisti che agis­cono in inco­gnito un po’ ovunque. […]

(ha col­la­bo­rato Clau­dia Meschini)


tra­duc­tion :

Après la per­for­mance artis­tique, avec les appa­ri­tions pré­su­mées de Banksy à Venise, c’est main­te­nant le moment des affaires. L’édifice véni­tien sur lequel a été appli­qué le graf­fiti attri­bué à l’exposant le plus en vue du street-art, a été mis en vente à quatre mil­lions et demi sur le por­tail d’Engel & völ­kers. Le palais, pro­priété de célèbres avo­cats véni­tiens, se trouve sur le campo San pan­ta­lon avec vue sur le rio Novo (tra­versé par les vapo­retti jusqu’en 1990) et est fermé depuis des décen­nies.
« Banksy est l’un des plus grands artistes de notre temps et nous sommes très flat­tés qu’il ait choisi un bien immo­bi­lier com­mer­cia­lisé par Engel & Völ­kers », explique Gia­como Arge­nio, Direc­teur de l’enseigne Engel & Völ­kers à Venise.

par Michele Ful­lin, avec la col­la­bo­ra­tion de Clau­dia Mes­chini)
Samedi 25 Mai 2019

Venise, lequel de ces deux hommes est Banksy ?
Beau­coup d’agents immo­bi­liers ont crié au scan­dale quand ils ont vu qu’était en vente “The Banksy estate”, la demeure de Banksy, qui, à leur avis, vau­drait beau­coup moins, un mil­lion, deux au maxi­mum avec tous les tra­vaux qu’il y a à faire. Bien que ce soit un bâti­ment entier avec 8 chambres et 6 salles de bains pour 400 mètres car­rés au total. La même agence, tou­te­fois, vend pour beau­coup moins des étages de palais en bon état, avec vue et avec le pla­fond décoré de stucs et de fresques. Une folie — com­mente Luca Sega­lin, secré­taire géné­ral de Confe­di­li­zia Vene­zia et pro­prié­taire d’une agence Bro­ker House, qui traite des immeubles de valeur. Que le mar­ché ait besoin d’exploiter ces formes de publi­cité signi­fie qu’il n’y a plus de dignité ».
Pour infor­ma­tion, quelques heures plus tard, le prix des annonces en ligne a été sup­primé et est devenu “sur demande”. Cela a eu lieu en conjonc­tion avec la reven­di­ca­tion via Ins­ta­gram par Banksy de la pro­priété de l’œuvre qui repré­sente un enfant avec un gilet de sau­ve­tage qui bran­dit une fusée de signa­li­sa­tion, uti­li­sés en cas de nau­frage. Allu­sion aux péri­pé­ties des migrants.

La reven­di­ca­tion
Ce sera une fata­lité, mais l’artiste a reven­di­qué sur son pro­fil Ins­ta­gram l’œuvre (réa­li­sée au niveau de l’eau avec pein­ture en spray et sten­cil sur plâtre) un quart d’heure après le tweet de plainte par une asso­cia­tion véni­tienne contre le dépeu­ple­ment, et qui avait repro­duit l’annonce immo­bi­lière en com­men­tant : « Est-ce sim­ple­ment de l’ironie ou une ten­ta­tive gros­sière de pro­fi­ter de la situa­tion ? Ce serait comme si on uti­li­sait l’image de Gandhi pour vendre des armes à feu ».

Le mys­tère
A Venise, en atten­dant, même ceux qui ne sont pas fami­liers avec l’art contem­po­rain s’interrogent sur qui peut être le mys­té­rieux Banksy, qui a fait une appa­ri­tion à Venise avec une vidéo dans laquelle à tra­vers la pré­sen­ta­tion d’une pein­ture for­mée  de 9 cadres est dénon­cée l’invasion des grands bateaux de croi­sière par rap­port à la fra­gi­lité de Venise, pein­ture ici repro­duite “à façon”, sous forme de caprices du XVIIIe siècle. [Un capric­cio est, en pein­ture, la repré­sen­ta­tion d’un pay­sage ima­gi­naire ou par­tiel­le­ment ima­gi­naire, com­bi­nant des bâti­ments, des ruines et autres élé­ments archi­tec­tu­raux de façon fic­tive et sou­vent fan­tas­tique, par­fois avec staf­fage. Le capric­cio, d’origine ita­lienne, se ren­contre essen­tiel­le­ment vers le xviiie siècle, où il s’oppose au registre des vedute, genre pic­tu­ral basé sur la repré­sen­ta­tion de pay­sages urbains réels, ndt.]
Un artiste qui ne s’est jamais mon­tré et qui jusqu’à pré­sent a fait du mys­tère de son iden­tité un moyen de pro­mo­tion énorme. Dans le monde de la street art la majo­rité parie sur le fait que Banksy est la signa­ture d’un col­lec­tif d’artistes qui agissent inco­gnito un peu à tous les coins de rue. […]

fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’artice en italien

One Response to Echos d’Italie

  1. Sophie

    J’adore Berg­man, un style unique et une force incroyable dans l’expérience. J’adore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>