Echos d’Italie

La Stampa Tecnologia

Vent’anni di The Matrix: oggi come allora la conos­cenza ti rende libero
Un film spet­ta­co­lare che arrivò al momento giusto, pro­fe­tiz­zando una libe­ra­zione tec­no­lo­gica che fu poi dis­torta negli anni futuri: ecco per­ché dovremmo rivederlo

LORENZO FANTONI
Pub­bli­cato il 31/03/2019

Sono pas­sati vent’anni dal debutto di The Matrix nelle sale anche se il film è ancora estre­ma­mente pre­sente nel nos­tro imma­gi­na­rio, è molto più dif­fi­cile ricor­dare cosa fosse il mondo vent’anni fa.

Nel 1999 era­vamo sulla soglia di quella che pos­siamo consi­de­rare l’età contem­po­ra­nea e conser­va­vamo tutta l’innocenza di chi non sa cosa sta per arri­vare. Inter­net era la pro­messa di un mondo di conos­cenza, nuovi lavori e connes­sioni.
Era lo spa­zio su cui tro­va­vano dignità sub­cul­ture di ogni tipo, la bolla finan­zia­ria delle Dot Com, le chat, i primi gruppi di dis­cus­sione, siti in flash, modem che fis­chia­vano, l’ISDN come unica idea di linea veloce, sca­ri­care un mp3 delle sigle dei car­toni ani­mati in mezz’ora, cer­care una can­zone su Naps­ter e sen­tirti come Ange­lina Jolie in Hackers, tutti a cer­care il nick­name giusto, tutti ano­nimi, vit­time e carnefici.

Avevo 18 anni e nonos­tante facessi sport e avessi degli amici ero senza dub­bio nerd, anche se nes­suno mi chia­mava come tale, al mas­simo “sfi­gato”, “chiuso” e così via. Nerd è una parola per high school ame­ri­cane e io stavo finendo il liceo a Firenze. Amavo i com­pu­ter, la tec­no­lo­gia, i video­gio­chi e la fan­tas­cienza, pas­savo le ore sfo­gliando riviste di com­pu­ter cer­cando la pros­sima scheda gra­fica per il gioco che non mi girava ancora bene. Sugli scaf­fali si accu­mu­la­vano VHS, libri e CD che evi­den­zia­vano il per­iodo di tran­si­zione: Neu­ro­mante accanto a La Spada nella Roc­cia della Dis­ney, Elio e le Sto­rie Tese gomito a gomito con Video Girl Ai, manuali di Cyber­punk e il Ver­na­co­liere. TGM, KAOS, Gen 13 e Venom sparsi per tutta la stanza. Lau­ryn Hill, Metal­lica, Nir­vana, Mr Oizo e Blue nello ste­reo in camera, quando averne uno era una conquista.

Pen­savo di essere spe­ciale, lo pen­sa­vamo tutti, solo per­ché non sapevo che tanti, tan­tis­simi, erano come me. Era­vamo nella nos­tra nic­chia, ma lo era­vamo tutti assieme, ognuno nel suo boz­zolo, pro­prio come gli umani che veni­vano col­ti­vati.
Vive­vamo in aule com­pu­ter stan­tie e came­rette, uni­ver­sità e uffici, inter­net aveva iniziato a unirci in inter­mi­na­bili dis­cus­sioni su Star Wars, Dra­gon Ball, fan fic­tion, solu­zioni di avven­ture gra­fiche e primi gio­chi di ruolo online. La rete era il rifu­gium pec­ca­to­rum di stra­nezze, voglie represse e per­denti. Inizia­vamo a farci domande sul nos­tro posto nel mondo, su cosa avremmo fatto, ignari di ciò che il mondo aveva in serbo per noi e su quanto la rete ci avrebbe coc­co­lato e fregato.

Di fronte a questo muro di dub­bio e pas­sioni Matrix aveva delle ris­poste. O almeno sapeva come ali­men­tare quelle domande. Le Wachowski ci ser­vi­rono un cock­tail concen­trato di svi­luppo per­so­nale acce­le­rato, una spinta pro­fonda per la padro­nanza di noi stessi che inte­grava tec­no­lo­gia, spi­ri­tua­lità e conta­mi­na­zioni cine­ma­to­gra­fiche orien­tali. Fu la summa teo­lo­gica di pul­sioni, idee, intui­zioni e opere che improv­vi­sa­mente arri­va­rono addosso al mains­tream dopo aver cotto a fuoco lento per quasi vent’anni.

Arri­varci senza avere troppe infor­ma­zioni fu fon­da­men­tale per vivere il viag­gio inizia­tico di Neo come se fosse il mio, il nos­tro. Un uomo rin­ta­nato lon­tano dal suo scon­vol­gente lavoro diurno, che fa cose pro­ba­bil­mente ille­gali con il suo com­pu­ter, gli occhi anneb­biati dal bagliore dello schermo, scritte verdi, realtà alie­nate. Poi, all’improvviso un mes­sag­gio sur­reale sullo schermo e qual­cuno che bussa alla porta.

Seguono un incon­tro crip­tico in una dis­co­teca indus­trial sot­ter­ra­nea (i NIN, Trent Rez­nor che musica Quake, i Pro­digy e i primi ascolti di Mari­lyn Man­son!), una mis­te­riosa tele­fo­nata di un ter­ro­rista, una pillola rossa, una pillola blu e un ris­ve­glio in un nuovo mondo ter­ri­fi­cante ma libe­ra­to­rio. Neo riceve addes­tra­mento per affron­tare questo nuovo mondo, e scopre nuovi poteri e abi­lità che sono un pro­dotto diretto del suo ris­ve­glio: un pro­dotto della consa­pe­vo­lezza che la vita che aveva vis­suto era una simu­la­zione com­pu­te­riz­zata, un video­gioco MMO.
Adesso lui è il per­so­nag­gio più impor­tante di questo grande video­gioco in cui è il solo a gio­care coi truc­chi atti­vati: può avere tutte le armi che vuole, sal­tare più in alto, schi­vare i proiet­tili e gio­car­sela contro il boss finale ad armi pari.

[…]


tra­duc­tion :

Matrix a 20 ans : aujourd’hui comme alors, la connais­sance est ce qui rend libre
Un film spec­ta­cu­laire qui arriva au juste moment en pro­phé­ti­sant une libé­ra­tion tech­no­lo­gique qui fut défor­mée par la suite dans les années futures : voilà pour­quoi nous devrions le revoir

LORENZO FANTONI
Publié le 31/03/2019

Vingt ans ont passé depuis le com­men­ce­ment de The Matrix dans les salles : même si le film est encore extrê­me­ment pré­sent dans notre ima­gi­naire, il est très dif­fi­cile de se rap­pe­ler ce qu’était le monde il y a vingt ans.
En 1999, nous étions au seuil de ce que nous pou­vons consi­dé­rer comme l’âge contem­po­rain et nous conser­vions toute l’innocence de celui qui ne sait pas ce qu’il va arriver.

Inter­net était la pro­messe d’un monde de connais­sance, de nou­veaux types de tra­vaux et de connexions. C’était l’endroit où se trou­vaient la dignité de chaque type de sous-culture, la bulle finan­cière des Dot Com, les chats, les pre­miers groupes de dis­cus­sion (déve­lop­pés en flash), les modems qui sif­flaient, le RNIS [Réseau numé­rique à Inté­gra­tion de Ser­vice — en fran­çais, ndt ]) comme seul sup­port de ligne rapide, où l’on pou­vait télé­char­ger un mp3 codé de des­sins ani­més en une demi-heure, cher­cher une chan­son sur Naps­ter et se sen­tir comme Ange­lina Jolie dans Hackers [film réa­lisé par Iain Soft­ley en 1995, ndt], tous à cher­cher le juste pseu­do­nyme, tous ano­nymes, vic­times et bourreaux.

J’avais 18 ans et mal­gré le fait que je fasse du sport et que j’eusse des amis, j’étais sans aucun doute un nerd [un nerd est, dans le domaine des sté­réo­types de la culture popu­laire, une per­sonne soli­taire, pas­sion­née voire obnu­bi­lée par des sujets intel­lec­tuels abs­cons, peu attrac­tifs, inap­pli­cables ou fan­tas­ma­tiques, et liés aux sciences (en géné­ral sym­bo­liques, comme les mathé­ma­tiques, la phy­sique ou la logique) et aux tech­niques — ou autres sujets incon­nus aux yeux de tous, ndt], même si per­sonne ne m’appelait comme tel, à la limite “loser”, “fermé” et ainsi de suite. Nerd est un mot pour les lycées amé­ri­cains et moi j’étais en train de finir le lycée à Flo­rence. J’aimais les ordi­na­teurs, la tech­no­lo­gie, les jeux vidéos et la science-fiction, je pas­sais des heures à feuille­ter les maga­zines d’ordinateur en cher­chant la pro­chaine fiche gra­phique pour le jeu qui ne me don­nait pas encore suf­fi­sam­ment le vertige.

Sur les éta­gères s’accumulaient VHS, livres et CD qui sou­li­gnaient la période de tran­si­tion : Neu­ro­man­cien (le pre­mier roman de science-fiction de William Gib­son. Publié en 1984, il est géné­ra­le­ment consi­déré comme le roman fon­da­teur du mou­ve­ment Cyber­punk, ayant ins­piré bon nombre d’œuvres telles que les man­gas Ghost in the Shell ou Akira et le film Matrix, ndt) à côté de Mer­lin l’Enchanteur de Dis­ney, Elio e le Sto­rie Tese (un groupe musi­cal ita­lien ori­gi­naire de Milan, fondé par Ste­fano Beli­sari en 1980. Sa musique est clai­re­ment et expli­ci­te­ment influen­cée par Frank Zappa, ndt) au coude à coude avec Video Girl Ai [un manga de Masa­kazu Kat­sura. Publié en 1989, ini­tia­le­ment dans Weekly Shō­nen Jump, il a été adapté en une série de six OAV. La série a été publiée en France par les édi­tions Ton­kam, ndt], des manuels de Cyber­punk et le Ver­na­co­liere (jour­nal sati­rique men­suel ita­lien créé en 1982 et dont le siège se trouve à Livourne, en Tos­cane, ndt). TGM, KAOS, Gen 13 et Venom épar­pillés dans toute la pièce. Lau­ryn Hill, Métal­lica, Nir­vana, Mr Oizo et Blue dans la chaîne sté­réo de la chambre, quand en avoir une était une conquête.

Je pen­sais être spé­cial, nous le pen­sions tous, seule­ment parce que je ne savais pas que beau­coup d’autres, très nom­breux, étaient comme moi. Nous étions dans notre niche, mais nous  y étions tous ensemble, cha­cun dans son cocon, jus­te­ment comme les humains qui étaient mis en culture [dans Matrix, ndt]. Nous vivions dans des salles d’ordinateurs rances et des petites chambres, à l’université et dans des bureaux ; Inter­net avait com­mencé à nous unir en dis­cus­sions inter­mi­nables sur Star Wars, Dra­gon Ball, la fan fic­tion [une fan­fic­tion, ou fan­fic (par­fois écrit fan-fiction), est un récit que cer­tains fans écrivent pour pro­lon­ger, amen­der ou même tota­le­ment trans­for­mer un pro­duit média­tique qu’ils affec­tionnent, qu’il s’agisse d’un roman, d’un manga, d’une série télé­vi­sée, d’un film, d’un jeu vidéo ou encore d’une célé­brité, ndt], les solu­tions des jeux d’aventures et autres pre­miers jeux de rôle en ligne. Le réseau était le Refu­gium Pec­ca­to­rum [qui signi­fie « Refuge des pécheurs », titre catho­lique romain de la Vierge Marie. Son uti­li­sa­tion remonte à Saint Ger­ma­nus de Constan­ti­nople au 8ème siècle,ndt] des excen­tri­ci­tés, des envies refou­lées et perdantes.

Nous com­men­cions à nous poser des ques­tions sur notre place dans le monde, sur ce que nous aurions fait sinon, igno­rants de ce que le monde avait en réserve pour nous et com­bien le réseau nous avait chou­chou­tés et trom­pés. Devant ce mur de doute et pas­sions, Matrix avait des réponses. Ou au moins il savait com­ment ali­men­ter ces ques­tions. Les Wachowski y ser­vaient un cock­tail concen­tré de déve­lop­pe­ment per­son­nel accé­léré, une pro­fonde impul­sion pour la pos­ses­sion de nous-mêmes que com­plé­taient la tech­no­lo­gie, la spi­ri­tua­lité et des conta­mi­na­tions ciné­ma­to­gra­phiques orien­tales. Ce fut la Somme théo­lo­gique des pul­sions, idées, intui­tions et oeuvre qui sur­girent à l’improviste appuyés sur le mains­tream après avoir cuit à feu lent pen­dant presque vingt ans.

Y arri­ver sans avoir trop de ren­sei­gne­ments fut fon­da­men­tal pour vivre le voyage ini­tia­tique de Neo comme s’il avait été le mien, le nôtre. Un homme  bou­le­ver­sant, terré loin de son tra­vail diurne, qui fait des choses pro­ba­ble­ment illé­gales avec son ordi­na­teur, les yeux embru­més par la lueur de l’écran, les lettres vertes et la réa­lité alié­née. Puis, sou­dain, un mes­sage sur­réa­liste sur l’écran et quelqu’un qui frappe à la porte.
Suivent une ren­contre énig­ma­tique dans une dis­co­thèque indus­trielle sou­ter­raine (avec les NIN de Trent Rez­nor — Michael Trent Rez­nor est un auteur-compositeur-interprète et pro­duc­teur de musique amé­ri­cain, né le 17 mai 1965 à Mer­cer. Il est le fon­da­teur et unique membre offi­ciel du pro­jet de rock indus­triel Nine Inch Nails depuis 1988, ndt– qui a com­posé “Quake” (en 1996, ndt), les Pro­digy et les pre­mières écoutes de Mari­lyn Man­son !), un coup de télé­phone mys­té­rieux d’un ter­ro­riste, une pilule rouge, une pilule bleue et un réveil dans un nou­veau monde ter­ri­fiant mais libérateur.

Neo reçoit une for­ma­tion pour affron­ter ce nou­veau monde, et il découvre les nou­veaux pou­voirs et les nou­velles capa­ci­tés qui sont un pro­duit direct de son ®éveil : une prise de conscience que la vie qu’il a vécue est une simu­la­tion infor­ma­tique. un jeu video MMO [ un jeu de rôle en ligne mas­si­ve­ment mul­ti­joueur : en anglais, mas­si­vely mul­ti­player online role-playing game, MMORPG, par­fois JDRMM en fran­çais, ndt]. Main­te­nant, il est le per­son­nage le plus impor­tant de ce grand jeu vidéo dans lequel il est le seul à jouer avec les res­sources acti­vées : il peut avoir toutes les armes qu’il veut, sau­ter encore plus haut, esqui­ver les pro­jec­tiles et se la jouer à la fin contre le boss à armes égales.

[…]

fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’article en italien

 

One Response to Echos d’Italie

  1. Sophie

    J’adore Berg­man, un style unique et une force incroyable dans l’expérience. J’adore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>