Echos d’Italie

Corriere della Serra / Cultura

12 mag­gio 2017

Oltre 100 firme per Cur­zio Mal­a­parte : «Un Pre­mio Strega alla memoria»

L’idea di un rico­nos­ci­mento pos­tumo è nata nella pre­sen­ta­zione con Vel­troni del libro 
di Monaldi & Sorti semi­fi­na­lista al Pre­mio 2017 e dedi­cato allo scrit­tore de «La pelle»

di ALESSIA RASTELLI

Per due volte fu can­di­dato a sua insa­puta, senza che avesse deciso di concor­rere. Non vinse e alla fine disse: «Io bevo cham­pagne, non Strega». Cur­zio Mal­a­parte (1898–1957), del quale ricor­rono il 19 luglio i sessant’anni dalla morte,  aveva un rap­porto bur­ras­coso con l’ambiente let­te­ra­rio romano e con il Pre­mio Strega, che ora invece lo vede (dop­pia­mente) al cen­tro.
Per­so­nag­gio prin­ci­pale di “Mal­a­parte. Morte come me” (Baldini&Castoldi) della cop­pia Monaldi & Sorti, nella doz­zina semi­fi­na­lista, ma anche pro­ta­go­nista di una rac­colta firme — che ha già super­ato il cen­ti­naio di ade­sioni — per­ché gli venga asse­gnato uno Strega alla memoria.

«Tutto inizia il 3 aprile quando, durante una pre­sen­ta­zione del nos­tro libro con Wal­ter Vel­troni, viene pro­posta dal palco l’idea del rico­nos­ci­mento a Mal­a­parte» ricos­truisce Fran­cesco Sorti.  «L’ispirazione — aggiunge — è venuta pro­prio da Vel­troni quando ha acco­stato Mal­a­parte a Paso­lini, dicendo che anche lo scrit­tore pra­tese è un irre­go­lare, attra­ver­sato dal dub­bio,  e una figura molto bella nella sto­ria della cultura. Il senso dell’iniziativa, quindi, è ricon­ci­liare uno dei grandi irre­go­lari del Nove­cento con il mag­gior rico­nos­ci­mento let­te­ra­rio italiano».

—-
tra­duc­tion : 

Plus de 100 voix pour Cur­zio Mal­a­parte : un “Prix Strega d’honneur [à titre post­hume. ndt]“
[Le prix Strega est un prix lit­té­raire ita­lien fondé en 1947. Il est attri­bué annuel­le­ment à un livre paru en Ita­lie entre le 1er avril de l’année pré­cé­dente  et le 31 mars de l’année en cours et est l’un des plus pres­ti­gieux d’Italie (l’équivalent du prix Gon­court en France). ndt ]

L’idée d’une recon­nais­sance à titre post­hume est née lors de la pré­sen­ta­tion par Vel­troni du livre des auteurs Monaldi & Sorti (“Mal­a­parte. Morte come me”), arrivé en demi-finale lors du prix 2017 et dédié à l’auteur de “La Chair”.

par ALESSIA RASTELLI

le 12 mai 2017

Par deux fois, il fut can­di­dat à son insu, sans qu’il ait choisi de concur­rir. Il ne vint pas et dit à la fin : “Je bois du cham­pagne, pas du Strega” [la liqueur amère Strega est fabri­qué depuis 1860 par l’entreprise Strega Alberti à Bénévent en Cam­pa­nie. Le nom de strega se rat­tache à la légende des sor­cières de Bénévent aux temps des Lom­bards. ndt]

Cur­zio Mal­a­parte (1898–1957), dont nous com­mé­mo­rons le 19 juillet le soixan­tième anni­ver­saire de la mort, avait un rap­port ora­geux avec le milieu lit­té­raire romain et avec le Prix Strega, qu’il voit (dou­ble­ment) au centre.
Per­son­nage prin­ci­pal de “Mal­parte, mort comme moi” (Baldini&Castoldi), du duo Monaldi & Sorti, dans la dou­zaine de demi-finalistes, mais aussi l’objet de nom­breuses signa­tures recueillies — la cen­taine de votants a déjà été dépas­sée — parce qu’on lui a assi­gné un Strega d’honneur.

Tout a com­mencé le 3 avril lorsque, durant une pré­sen­ta­tion de notre livre par Wal­ter Vetroni, a été pro­po­sée par le comité du Prix l’idée d’un hom­mage à Mal­a­prte, rap­pelle Fran­cesco Sorti. L’idée, ajoute-t-il, est bel et bien venue de Vetroni, quand il a com­paré Mal­a­parte à Paso­lini, en disant que l’écrivain local lui aussi était aty­pique, en proie au doute, et une très belle figure de l’histoire de la culture. Le sens de cette ini­tia­tive était donc de récon­ci­lier un des grands écri­vains hors normes du XIXe siècle avec la plus haute recon­nais­sance des lettres italiennes. ”

fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’article ici


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>