Echos d’Italie

Corriere delle Serra / Spettacoli

«Il Padrino» su Rete 4 sta­sera: Don Vito Cor­leone ? Doveva farlo Gian Maria Volonté: i sei segreti del capo­la­voro
A cinquant’anni dall’uscita del libro di Mario Puzo che ori­ginò il film, ecco alcune curio­sità sul capo­la­voro che fu record di incassi e diede ori­gine a una saga

di Ales­san­dro Beretta
23 novembre 2019

«Il padrino»: a 50 anni dal libro, a 47 dal film.
Un film di culto, un mito che non tra­monta mai. Sta­sera va in onda su Rete 4 «Il padrino», alle 21 25: pro­dotto dalla Para­mount, costò appena 6 milioni di dol­lari e ne incassò 245 a livello mon­diale. Le riprese si erano svolte l’anno pre­ce­dente, prin­ci­pal­mente a New York, per 77 giorni e il primo ciak era stato bat­tuto il 29 marzo 1971. Un’opera dif­fi­cile da rea­liz­zare, domi­nata dal tem­pe­ra­mento di Mar­lon Brando-Don Vito Cor­leone e dalla regia di Cop­pola, per­ché toc­cava un tema vivo: la mafia e la cri­mi­na­lità orga­niz­zata. Contro l’uso della parola “mafia” nel film si mobi­litò la La Lega dei diritti civili degli ita­loa­me­ri­cani capi­ta­nata da Joseph Colombo, mafioso poi morto assas­si­nato nel ’78, nonos­tante il ter­mine appaia solo una volta nella pel­li­cola. Can­di­dato a 10 premi Oscar, ne vinse 3: miglior film, miglior attore, miglior sce­neg­gia­tura non originale.

Mario Puzo, 50 anni de «Il padrino»: da uno scan­ti­nato alle stelle.
Mario Puzo, figlio di immi­grati napo­le­tani a New York, a qua­ran­ta­cinque anni, con cinque figli e qualche libro all’attivo, era som­merso dai debiti di gioco. Quando ben otto edi­tori rifiu­ta­rono di ver­sare un anti­cipo per il romanzo che aveva in mente, l’autore cre­dette comunque nel pro­getto e si chiuse in uno scan­ti­nato con un obiet­tivo : scri­vere un best-seller. Ci riuscì e il libro, uscito il 10 marzo 1969, rimase in testa alla clas­si­fica del New York Times per ben 67 set­ti­mane. Intanto, la Para­mount opzionò i diritti quando il romanzo non era ancora ter­mi­nato per appena 12.500 dol­lari, garan­ten­done 50.000 nel caso fosse diven­tato un film. Con l’uscita della pel­li­cola, “Il padrino”, in tre anni, aveva ven­duto nel mondo 9 milioni di copie che, alla morte dell’autore nel 1999, erano salite a 21 milioni. In Ita­lia, venne pub­bli­cato per la prima volta nel 1972 per l’editore Dall’Oglio. Diven­tato milio­na­rio, Puzo svelò un rim­pianto: «Avrei voluto vera­mente scri­verlo meglio», ma i cre­di­tori bus­sa­vano e l’inatteso suc­cesso pla­ne­ta­rio era alle porte.

Brando, la lotta per avere una star dif­fi­cile.
Quando Cop­pola pro­pose Mar­lon Brando per il ruolo di Don Vito Cor­leone, il pre­si­dente della Para­mount gli disse: «Brando non appa­rirà nel film e ti proi­bisco di rifare il suo nome». Lo ha ricor­dato il regista, per i 45 anni del film al Tri­beca Film Fes­ti­val nel 2017, rac­con­tando della lotta per averlo nel film, dato che era consi­de­rato stra­va­gante e in declino. Cop­pola insis­tette per fare almeno uno screen test e al momento della prova, girata un mat­tino nella villa di Brando, l’attore gli disse che il per­so­nag­gio doveva avere la voce rauca e sem­brare un bull­dog. Fu allora che si mise in bocca dei faz­zo­letti di carta appal­lot­to­lati, cam­biando fisio­no­mia, e comin­ciò a reci­tare. Era per­fetto e la Para­mount cedette, a patto che fir­masse un’assicurazione da 1 milione di dol­lari sul fatto che non avrebbe creato pro­blemi sul set. I faz­zo­letti diven­ta­rono una pro­tesi mobile e Don Vito Cor­leone un’icona.

Quando Brando disse “No” all’Oscar.
Durante le riprese, più che tiran­nico, Brando è stato goliar­dico, andava in giro con Robert Duvall a mos­trare a sor­presa le natiche alla troupe, e gene­roso, come nella scena semi improv­vi­sata in cui ha in brac­cio un gatto che il regista aveva tro­vato per strada, arri­vando sul set. Cop­pola, anni dopo ha com­men­tato: «Tutte le idee folli che Brando ha pro­posto sul set, senza nes­suna ecce­zione, si sono rive­late straor­di­na­rie». L’interpretazione sullo schermo, infatti, gli garantì il secondo Oscar come miglior attore pro­ta­go­nista: un momento che ha fatto sto­ria per­ché Brando lo rifiutò, man­dando sul palco a riti­rarlo una gio­vane squaw indiana, Maria Cruz, che esordì dicendo: «Questa sera rap­pre­sento Mar­lon Brando». Sco­stata la sta­tuetta, spiegò che la rinun­cia era legata al trat­ta­mento degli indiani d’America nella società cine­ma­to­gra­fica. Le moti­va­zioni scritte dall’attore, quin­dici pagine che ris­chia­vano di far sal­tare ogni sca­letta della pre­mia­zione, ven­nero lette nel backs­tage e pub­bli­cate il giorno seguente sul New York Times. Brando e la sua uni­cità ave­vano col­pito ancora. L’Academy Awards, comunque, non se la legò al dito e, l’anno seguente, l’attore ottenne un’altra nomi­na­tion per la sua inter­pre­ta­zione in “Ultimo tango a Parigi”.
—-
tra­duc­tion :

Le Par­rain sur la chaîne Rete 4 ce soir : Don Vito Cor­leone ? Gian Maria Volonté devait le faire : les six secrets du chef-d’œuvre
Cin­quante ans après la sor­tie du livre de Mario Puzo qui a donné nais­sance au film, voici quelques curio­si­tés sur le chef-d’œuvre qui a obtenu le record de recettes et a donné lieu à une saga

par Ales­san­dro Beretta
23 novembre 2019

«Le Par­rain» : à 50 ans du livre, à 47 ans du film.

Un film culte, un mythe qui ne s’efface jamais. Ce soir, «Le Par­rain» est dif­fusé sur la chaîne 4 à 21h25 : pro­duit par Para­mount, il n’a coûté que 6 mil­lions de dol­lars et en a encaissé 245 dans le monde entier. Le tour­nage avait eu lieu l’année pré­cé­dente, prin­ci­pa­le­ment à New York, pen­dant 77 jours et le pre­mier clac a eu lieu le 29 mars 1971. Une œuvre dif­fi­cile à réa­li­ser, domi­née par le tem­pé­ra­ment de Mar­lon Brando-Don Vito Cor­leone et par la mise en scène de Cop­pola, parce qu’elle tou­chait un thème vif : la mafia et la cri­mi­na­lité orga­ni­sée. la Ligue des droits civils des Italo-Américains com­man­dée par Joseph Colombo (mafieux assas­siné ensuite en 1978) se mobi­lisa contre l’usage du mot “mafia” dans le film, bien que le terme n’ appa­raisse qu’une seule fois à l’écran. Can­di­dat à 10 Oscars, il en a gagné 3 : meilleur film, meilleur acteur, meilleur scé­na­rio non original.

Mario Puzo, 50 ans du « Par­rain » : d’un sous-sol aux étoiles.
Mario Puzo, fils d’immigrés napo­li­tains à New York, à quarante-cinq ans, avec cinq enfants et quelques livres à l’actif, était sub­mergé par les dettes de jeu. Lorsque huit édi­teurs refu­sèrent de ver­ser une avance pour le roman qu’il avait à l’esprit, l’auteur crut de toute façon dans le pro­jet et se referma dans un sous-sol avec un objec­tif : écrire un best-seller. Il a réussi et le livre, sorti le 10 mars 1969, est resté en tête du clas­se­ment du New York Times pen­dant 67 semaines. Entre-temps, la Para­mount acheta les droits alors que le roman n’était pas encore ter­miné pour seule­ment 12500 dol­lars, en en garan­tis­sant 50 000 au cas où il devien­drait un film. Avec la sor­tie du film, “Le Par­rain”, en trois ans, était vendu dans le monde à 9 mil­lions d’exemplaires qui, à la mort de l’auteur en 1999, étaient mon­tés à 21 mil­lions. En Ita­lie, il fut publié pour la pre­mière fois en 1972 pour l’éditeur Dall l’Oglio. Devenu mil­lion­naire, Puzo a révélé un regret : « J’aurais vrai­ment voulu mieux l’écrire », mais les créan­ciers se bous­cu­laient et l’inattendu suc­cès pla­né­taire était à la porte.

Brando, la lutte dif­fi­cile pour obte­nir une star.
Lorsque Cop­pola pro­posa Mar­lon Brando pour le rôle de Don Vito Cor­leone, le pré­sident de Para­mount lui dit : « Brando n’apparaîtra pas dans le film et je t’interdis de recom­men­cer avec son nom ». Le réa­li­sa­teur l’a rap­pelé, pour les 45 ans du film au Tri­beca Film Fes­ti­val en 2017, en racon­tant la lutte pour l’avoir dans le film, car il était consi­déré comme extra­va­gant et en déclin. Cop­pola insista pour faire au moins un screen test et au moment de l’essai, tourné un matin dans la villa de Brando, l’acteur lui dit que le per­son­nage devait avoir la voix rauque et res­sem­bler à un bull­dog. C’est alors qu’il se mit des mou­choirs en papier plissé dans la bouche, chan­geant de visage, et com­mença à jouer.  C’était par­fait, et Para­mount a cédé, à condi­tion qu’il signe une assu­rance de 1 mil­lion de dol­lars sur le fait qu’il ne cau­se­rait pas de pro­blèmes sur le pla­teau. Les mou­choirs devinrent une pro­thèse mobile et Don Vito Cor­leone une icône.

Quand Brando a dit “Non” à l’Oscar.
Pen­dant le tour­nage, plus que tyran­nique, Brando a été un éter­nel étu­diant, il se pro­me­nait avec Robert Duvall pour mon­trer par sur­prise ses fesses à l’équipe, et géné­reux, comme dans la scène à moi­tié impro­vi­sée où il tient un chat que le réa­li­sa­teur a trouvé dans la rue, en arri­vant sur le pla­teau. Des années plus tard, Cop­pola a com­menté : « Toutes les idées folles que Brando a pro­po­sées sur le pla­teau se sont révé­lées, sans aucune excep­tion, extra­or­di­naires ». En effet, l’interprétation à l’écran lui assura le deuxième Oscar comme meilleur acteur : un moment qui a fait l’histoire parce que Brando l’a rejeté, en envoyant sur scène une jeune squaw indienne, Maria Cruz, qui a com­mencé en disant : « Ce soir, je repré­sente Mar­lon Brando ». Et elle écarta la sta­tuette, expli­quant que le renon­ce­ment de Brando était lié au trai­te­ment des Indiens d’Amérique dans la société ciné­ma­to­gra­phique. Les moti­va­tions écrites par l’acteur, quinze pages qui ris­quaient de faire sau­ter toutes les listes de prix, furent lues dans les cou­lisses et publiées le len­de­main dans le New York Times. Brando et son uni­cité avaient encore frappé. L’Academy Awards, cepen­dant, ne l’a pas oublié et, l’année sui­vante, l’acteur obtint une autre nomi­na­tion pour son inter­pré­ta­tion dans “Un der­nier Tango à Paris”.

fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’article en italien

 

One Response to Echos d’Italie

  1. Sophie

    J’adore Berg­man, un style unique et une force incroyable dans l’expérience. J’adore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>