Marie Darrieussecq, Fabriquer une femme

Les appren­ties

Une nou­velle fois, Marie Dar­rieus­secq brasse le monde et comme tou­jours par les femmes. Ici, elles sont en appren­tis­sage de leur deve­nir selon deux pos­tu­la­tions oppo­sées. Si bien que la narratrice-auteure se trouve comme en schize au milieu.
Existe une fic­tion d’éducation façon Solange, façon Rose : deux amies d’adolescences dans les années 80 au Pays basque, puis à Bor­deaux et Paris. Rose res­tera fidèle à son pre­mier amour (ce sont des choses qui arrivent). Solange sera la rose de per­sonne en l’étant de beau­coup. Et l’auteure écrit avec audace et réa­lisme la sexua­lité de la vie amou­reuse, les couples et leurs exer­cices par­fois drôles, par­fois douloureux..

Marie Dar­rieus­secq pos­sède l’art de com­bi­ner les choses. pour déve­lop­per deux des­tins en construc­tion. D’un côté, dans l’excitation, la mélan­co­lie (déjà) et la séduc­tion ; de l’autre, la construc­tion patiente par tis­sage d’une sagesse exis­ten­tielle. Le tout en deux par­ties, avec un drôle de terme, qui après tout sym­bo­lise le dés­équi­libre d’une ami­tié capable de sor­tir de son hiber­na­tion quand cela est nécessaire.

Mais le livre prouve com­bien celle qui était tom­bée dans l’écriture y fait son che­min en déve­lop­pant divers types d’exil des sen­ti­ments puisque plus leurs lignes avancent, plus celle de l’horizon de l’existence recule. Et ici, écrire devient l’écho des échos de deux femmes qui à leur manière font de leur ami­tié une pré­sence in abs­ten­tia au coeur des évè­ne­ments de l’époque dont le reflet pâlit face à ceux des deux femmes qui per­sé­vèrent pour­tant dans l’inutile sans s’accorder de cir­cons­tances atténuantes.

Pour Marie Dar­rieus­secq, écrire c’est ainsi per­sé­vé­rer mais jamais dans un nihi­lisme pas­sif ou une illu­sion d’optique. Son  roman ose une sorte de spec­tacle afin de trou­ver une voie incon­nue et qui n’a pas de nom. Du moins pas encore pour les deux héroïnes, même si et comme pour tout le monde, le temps passe vite et ne se rat­trape plus.

jean-paul gavard-perret

Marie Dar­rieus­secq, Fabri­quer une femme, jan­vier 2024, 336 p. — 21,00 €.

Leave a Comment

Filed under Romans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>