Michel Audiard, Le Terminus des prétentieux

Quand les petits truands se lâchent

Michel Audiard vou­lait que le film qu’il avait écrit au début des années 1960 porte pour titre Le Ter­mi­nus des pré­ten­tieux. Il n’a pas obtenu satis­fac­tion et le film s’intitula… Les Ton­tons flin­gueurs. En 1968, il publie, chez Plon, un roman qui porte le titre voulu, un roman jamais réédité depuis.

Gustave est un com­bi­nard, un tru­queur, un gigolo et un escroc à la petite semaine. Il est devenu le favori de Sarah-Marceline Glum­berg qui le couvre de cadeaux. Elle l’a chargé de faire esti­mer un soli­taire de cinq cent mille francs (lourds). Mais il décide de par­tir avec le bijou et, pour ne pas lais­ser de traces, il lui tire une balle de 7,65 dans la nuque. Il fait équipe avec Nelly Pate­nôtre, une jeune femme qui occupe, pen­dant ce temps, un membre dan­ge­reux de la famille. Après l’intervention de la police, les deux com­plices doivent fuir car la famille a com­pris.
Il prend sa valise, ses tré­sors, et convient de retrou­ver, au volant de sa Fer­rari, Nelly au por­tail. Celle-ci le trompe et part avec toutes les richesses. Il décide alors de rejoindre, en pas­sa­ger clan­des­tin de trains de mar­chan­dises, Deau­ville où, il y a un an, il avait perdu une belle situa­tion pro­met­teuse. À l’époque, il avait séduit la jeune fille de la mai­son où il était employé, ambi­tion­nant de l’épouser. Or, les évé­ne­ments ont dérapé…

On retrouve dans ce roman tous les per­son­nages que le scé­na­riste affec­tion­nait, ces demi-sel qui n’hésitent pas à fran­chir les limites de la cri­mi­na­lité pour sub­sis­ter. Avec ce “héros”, l’auteur place la barre assez haut dans le genre, fai­sant de ce gigolo un indi­vidu capable de tuer. Il détaille les hauts et les bas de l’existence de ces indi­vi­dus qui tentent de vivre aux cro­chets de familles richis­simes, récol­tant les miettes tout en essayant d’en tirer le maxi­mum.
Michel Audiard met en scène, avec sa verve cou­tu­mière, une popu­la­tion d’individus à la marge d’une société, des gens de la haute à ceux qui les servent.
Aux côtés de Gus­tave, le roman­cier met en vedette une jolie jeune femme qui, de pré­po­sée au PMU, devient une belle intri­gante pour sou­ti­rer le maxi­mum d’argent à ceux qui en ont.

Une intro­duc­tion de Mar­cel Audiard, pédo­psy­chiatre, roman­cier et petit-fils de Michel, éclaire le par­cours de l’auteur, décri­vant les sources où il a puisé avant de deve­nir ce scé­na­riste à la verve inimi­table.
Ce roman sul­fu­reux met en avant une caté­go­rie sociale qui a fait les beaux jours d’un cinéma mêlant action et comé­die, qui reste d’une belle actualité.

serge per­raud

Michel Audiard, Le Ter­mi­nus des pré­ten­tieux, Le cherche midi, coll. “Bor­der­line”, mai 2023, 240 p. — 13,50 €.

Leave a Comment

Filed under Pôle noir / Thriller

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>