Jean-Paul Gavard-Perret, L’ingénue (livre des listes — VIII)

Na plus qu’à vomir la carne de son vieux mari qu’elle crut fidèle mal­gré ses longues nuits d’absence sous pré­textes de réunions, repas d’affaire, dépla­ce­ments, comices, d’histoires de voi­ture de ser­vice, d’indexation de la retraite, de rem­bour­se­ment des frais de dépla­ce­ment, de souci d’élaborer et de mettre en œuvre les poli­tiques et les normes natio­nales en matière de ges­tion et de moder­ni­sa­tion des ins­tal­la­tions, d’assurer la ges­tion des biens immo­bi­liers, l’aliénation et l’arpentage des pro­prié­tés, d’administrer les poli­tiques et les lignes direc­trices de déve­lop­pe­ment que s’en était une farce.

Mais la fit bête à cornes sans qu’elle ne puisse un ins­tant le pen­ser. Et la voici trom­pée, trem­pée de haine, qui crie : à bas ! à mort !, pleure, tonne, tem­pête, éclate, hurle, mord. Son esprit, strict, droit, bref, loyal devient sou­dain le jouet de ses sen­ti­ments. Tout fume, tout brûle, bouillonne, flambe en elle, cela semble s’évaporer, s’éteindre, se consu­mer mais bien­tôt se ral­lume, étin­celle, pétille là où se mêlent l’ampoulé, le pom­peux voire l’ésotérique mais par­fois aussi la clarté, la sim­pli­cité, le cirque des conci­sions les plus tran­chantes. Elle dis­perse, ven­tile tous les noms d’oiseaux qui lui viennent à l’esprit : satrape, gre­din, fumier, tris­so­tin, triste hau­tain, avale-tout, réta­meur, char­la­tan, bouf­fon, chien, cochon, éro­to­mane, tar­tufe, balayure, rebut, voyou, men­teur, bour­reur de crâne et pas que, monstre miel­leux, flexueux, tyran domes­tique, gro­tesque (âge venant), phra­seur, poi­gnar­deur, veni­meux, pleutre, foi­reux, cram­pon, simu­la­teur (bien plus qu’elle ne le fit pour qu’il se croit sin­gu­lier), louche, véreux.

Se fit ainsi trou­vère à la rhé­to­rique qu’elle trouva bien vite vaine. Sachant que son époux ne chan­ge­rait pas de peau comme on change de che­mise à chaque retour de solde, pour ne pas finir la fin de ses sai­sons en cocue magni­fique, elle par­tit sans autre forme de pro­ces­sus rejoindre des vau­riens péris­sables, arsouilles de tout aca­bit, galo­pins dévoyés, fri­pouilles, malan­drins, polis­sons, fri­pons voire petits cochons en lieu et place de son désaxé du sen­ti­ment qui, tout juste hier, assis à la table com­mune et pris la main dans le sac et l’autre dans le soutien-gorge d’une autre femme, fut obligé tel un vul­gaire Dali d’avouer avoir trahi impu­né­ment l’épouse trop naïve, cré­dule, gobeuse de mouche tsé-tsé, poire quoique belle Hélène, gogo, dupe, cré­dule et dans son genre ingénue.

Jean-Paul Gavard-Perret

Leave a Comment

Filed under En d'autres temps / En marge, Poésie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>