Le Grimoire au rubis

En atten­dant Noël et la suite du Gri­moire au rubis, plongez-vous dans les plus belles croyances du Moyen Âge fan­tas­tique de Béa­trice Bottet

En octobre 2005, Béa­trice Bot­tet inau­gu­rait les aven­tures de Ber­toul et de Blanche de Vau­lui­sant dans la France du jeune roi Louis IX. Les deux pro­vin­ciaux fuyaient leurs tour­ments pour se rendre à Paris, capi­tale de France et haut lieu de l’Europe. De nou­veaux rebon­dis­se­ments accueillaient nos deux héros en avril 2006 dans la rue de la Grande Truan­de­rie, véri­table antre des coupe-jarrets. Avec la fin de l’année qui approche, des péri­pé­ties sont atten­dues dans un troi­sième volet pro­met­teur.

Livre I - Ber­toul et le secret des hiboux

Dame Her­me­linde de Tour­nis­san, sur son lit de mort, demande à Ber­toul, un jeune ménes­trel dont elle s’est prise d’affection, de remettre un mys­té­rieux gri­moire à Magnus Gurha­val, un grand mage de Paris. De bien sombres pré­sages emplissent le ciel où tour­noient les hiboux char­gés de pro­té­ger Ber­toul, car sur sa route se dresse Raou­let de Mau­chal­grin, héri­tier de la Dame, un être avide de pouvoir.

La ren­contre entre Ber­toul et la noble don­zelle Blanche de Vau­lui­sant sera un tour­nant dans la vie des jou­ven­ceaux. L’union fait la force. Pour des rai­sons dif­fé­rentes, les deux com­pa­gnons doivent se rendre à Paris. Blanche espère y retrou­ver sa mar­raine à la cour du Roi. Cette der­nière la pro­tè­gera de ses frères qui sou­haitent la marier de force à un vieux porc richis­sime qui remet­trait de l’ordre dans leurs finances. Blanche va révé­ler à Ber­toul cer­tains de ses pou­voirs. Dame Her­me­linde, qui était de toute évi­dence une puis­sante enchan­te­resse, lui a octroyé un don de vue d’aigle. Il lui sera bien utile pour évi­ter les dan­gers qui se profilent. 


 Livre II - Le Sor­ti­lège du chat

Les des­ti­nées de Ber­toul et de Blanche semblent s’éloigner. Arri­vés à Paris, cha­cun doit s’occuper de ce pour quoi il est venu à la Capi­tale. Blanche découvre les fastes de la cour, les bonnes manières et ses pre­miers sou­pi­rants. Ber­toul a remis à temps le Gri­moire au rubis à Magnus Gurha­val qui peut s’éteindre l’esprit en paix. Ber­toul hérite donc et du gri­moire, et de l’échoppe du mage. Pour vivre, Ber­toul s’engage comme manœuvre sur le chan­tier de la cathé­drale. Pen­dant ce temps, une sombre rumeur cir­cule à tra­vers la ville : Il est revenu, le Gri­moire au rubis est revenu ! Les plus malé­fiques des sor­ciers s’allient afin de le récu­pé­rer et de lan­cer une malé­dic­tion sur le Roi de France. Un détrous­seur de pre­mière, maître Hen­ne­quin, est contacté pour le déro­ber alors que Raou­let de Mau­chal­grin arrive à son tour en ville. Un temps éloi­gnée de Paris, Blanche a un hor­rible pres­sen­ti­ment. Son ami Ber­toul est en dan­ger. Il n’en faut pas plus pour qu’elle revienne dans la rue de la Grande Truan­de­rie. Les Hiboux viendront-ils à bout du chat ? La loyauté vaincra-t-elle le mal ?


B
éatrice Bot­tet a mis un tome à plan­ter son décor et ses per­son­nages. Au début, gauches dans leurs gestes comme dans leurs dis­cours, Blanche et Ber­toul prennent de l’aplomb dans un second volet bien mieux en jambes, plus enlevé. De toute évi­dence, l’attrait d’une ville réelle — Paris — sied mieux à Béa­trice Bot­tet. Avec elle, on par­court les obs­cures ruelles pari­siennes jusqu’aux portes du Palais. On part à la ren­contre des pires truands, des petites gens et des sor­ciers malé­fiques. Paris, la nuit, n’appartient pas uni­que­ment au guet. Les hiboux s’approprient le ciel pen­dant que les ouvriers, ces bâtis­seurs de la cathé­drale, se reposent du som­meil du juste. La touche his­to­rique de cette frasque fan­tas­tique est, bien entendu, très impor­tante. Des noms des per­son­nages aux habi­tudes des habi­tants en pas­sant par leurs croyances, tout un appren­tis­sage ludique d’une époque est octroyé au lec­teur. Béa­trice Bot­tet s’approprie des évé­ne­ments — comme cer­tains décès au sein de la famille royale — afin de mieux faire rebon­dir son intrigue. Maître Hen­ne­quin, sur le che­min de la rédemp­tion, s’oppose à ses com­man­di­taires, tous autant d’archétypes qu’il peut y avoir de sor­ciers sui­vant la voie du mal. Et puis, il y a les gens du peuple, ceux qui s’usent à la tâche et qui sont soli­daires les uns des autres. La voi­sine de Ber­toul qui est pour lui aux petits soins. Et ceux qui hantent les pires bouges de Paris. Truands à la petite semaine en attente du bour­reau et de sa potence. Enfin, la Cour, éloi­gnée des pro­blèmes du peuple. Tou­jours en vil­lé­gia­ture avec cepen­dant en icône un roi aux ori­gines divines.

Dans le pre­mier volume, chaque en-tête de cha­pitre s’agrémente d’une recette du Gri­moire au rubis. On y découvre ainsi une “recette pour que l’amitié dure entre deux per­sonnes” qui côtoie une “recette pour pro­vo­quer des hal­lu­ci­na­tions”. Le mal passe aux curieux. C’est bien connu. Quoi de plus malin pour se débar­ras­ser de ver­rues que de mettre autant de petits pois que l’on a de ver­rues dans une boîte à por­tée d’un petit curieux ? Chan­ge­ment de cap avec le deuxième volume. Les conseils à des­ti­na­tion d’un apprenti magi­cien se suivent les uns les autres. Ainsi toute opé­ra­tion magique doit être exé­cu­tée dans l’aire d’un cercle qui sym­bo­lise la volonté de l’opérateur et qui isole celui-ci de toute mau­vaise influence exté­rieure. C’est la base même de la magie. Atten­dons main­te­nant de savoir ce que nous pro­po­sera le troi­sième volume.

julien vedrenne

Béa­trice Bot­tet, Le Gri­moire au rubis- Livre I : “Ber­toul et le secret des hiboux”, Cas­ter­man jeu­nesse, octobre 2005, 266 p. — 13,00 €.

Béa­trice Bot­tet, Le Gri­moire au rubis — Livre II : “Le Sor­ti­lège du chat”, Cas­ter­man jeu­nesse, avril 2006, 283 p. — 13,00 €.

Leave a Comment

Filed under Jeunesse, Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>