Didier Ayres, H.P. (Scènes de désespoir et de miracles) — 7

lelitteraire.com pro­pose de manière inédite à ses lec­teurs ayant appré­cié les billets “en marge” de Didier Ayres de décou­vrir chaque semaine une par­tie de son oeuvre théâ­trale, H.P (Scènes de déses­poir et de miracles)

avant-propos de l’auteur :

H.P. porte un regard sur l’institution psy­chia­trique. En 12 scènes on y retrouve l’essentiel des vrais moments d’un asile, des séquences véri­diques de ce lieu de sur­veillance : les infir­miers, les patients, les thé­ra­peutes, les familles, l’heure du thé dans l’après-midi, la nuit avec ou sans som­meil, la conten­tion, les conver­sa­tions entre les asi­laires, etc. Ce qui res­sort de cette plon­gée en milieu hos­pi­ta­lier, c’est la souf­france de tous et de cha­cun, dou­leur qui s’exprime soit par l’angoisse, soit par le rire.

C’est ce des­tin d’une com­mu­nauté de vivants — com­pa­rables à des déte­nus — qui m’a poussé à ima­gi­ner cette pièce. La ten­sion dra­ma­tique, ten­sion d’êtres humains bous­cu­lés comme en une nef des fous, pour moi a fait théâtre (plus à mes yeux que la célé­bra­tion d’un office reli­gieux). Ce qui est sacré ici, c’est cette focale sur le fond de l’être. Ainsi, « le monde est un théâtre ».

didier ayres

lire la scène

Scène 7 :

(Les infir­miers pré­parent les doses des médi­ca­ments des patients, ce qui est une tâche assez dure et exigeante.)

Lui ? Un psy­cho­tique bizarre.

Je le connais depuis longtemps.

Il a perdu sa mère.

Lui, en cure de dés­in­toxi­ca­tion alcoolique.

Tu le vois complètement ?

Il a peut-être eu deux vies ?

C’est devenu une hal­lu­ci­na­tion avec le temps.

Oui, au bureau.

Il est au bureau ?

Oui, au bureau.

C’est d’ailleurs la troi­sième année.

Tu vas au Tyrol cette année ?

Qui ? Lui ?

Non ?

À l’évidence on fait pas mieux au niveau saturation.

Oui, des anti­his­ta­mi­niques, des anti­psy­cho­tiques et des antidépresseurs.

Et lui ?

Très dis­tin­gué, n’est-ce pas ?

Tu as fait M. Colaire ?

Cela manque.

L’air de la mer.

Cet été j’étais à Trou­ville. Cela change d’ici.

Il a des frayeurs.

Il peut guet­ter, tu sais.

Tu veux dire, le matin ?

Il fait des aphorismes.

« On prend le temps à ce qui ne prend pas de temps. »

Artiste ?

Oui.

Il va à l’église ?

Au temple.

Il a conscience que cela fait plus de trois ans qu’il est hos­pi­ta­lisé ici ?

C’est soixante-dix gouttes ?

Il prend ce somnifère ?

C’est à effet retard.

Tu veux dire, une fois pour toute ?

Allons de l’avant, disait-il.

Cette mai­son est diri­gée par un chef de ser­vice qui est plus jeune que la plus jeune de nos infirmières.

C’est la dégradation.

Il est parti en libé­ral à Genève.

Et l’uniforme ?

Ça va.

Tu chantes ?

Oui, je chante.

Oui ? Alors chante quelque chose.

(Il chante quelque chose.)

 

Une his­toire de théâtre par exemple. Disons la trame du Cha­peau de paille d’Italie. Tu vois ?

Neuf com­pri­més pour le soir, et en plus elle se réveille la nuit et parle avec l’infirmière de garde.

Forme, forme, forme.

Je ne sais pas où j’ai vu cela ?

Dans Danse maga­zine.

Sa sœur est en France et elle ne veut pas venir ici.

Il est intelligent.

Il parle que de sa famille.

Tu sais, on a tous peur.

La sis­mo­thé­ra­pie ?

Lui, oui, il n’y a que cela qui fonctionne.

Le mieux, c’est sa famille.

On dit Rou­ge­mont ou de Rougemont ?

Tu pars où ?

À Trou­ville.

Tu connais cette chanson ?

(Il chante)

Moi ?

Oui, une photo. Un selfie.

Il a un accent, quelque chose de sué­dois, qui n’est pas suisse ?

Un pré­texte.

Une jour­née.

Trou­ville ? C’est bizarre.

Tu sais la Suisse ita­lienne, c’est bizarre aussi en un sens.

Forme, forme, forme.

C’est dans Danse maga­zine ?

Chante ce bel air : Paris, Paris, Paris, c’est un p’ti coin de paradis.

{ à suivre }

Leave a Comment

Filed under En d'autres temps / En marge, Théâtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>