Arvo Steinberg, Visions

Entre lait et cyanure

Tout dans les poèmes d’Arvo Stein­berg com­mence bien. Ou presque : “café noir / Plomb dans les yeux/ Cul qui gratte / Matin clas­sique”. Mais cela ne dure pas : la poé­sie devient dys­to­pique et l’apocalypse est pour le pro­chain matin.
Cela n’empêche pas d’être sen­sibles à de belles cui­cuisses. Très vite tou­te­fois, d’autres éga­re­ments plus sombres prennent leur envol dans la matrice de chaque vision. Des mal­ap­pris — et c’est peu dire — s’y agitent.

Le monde se ren­verse et celui qui suce un bon­bon prend sou­dain la conscience aiguë qu’il est mangé par lui. Le chaos est donc de mise entre “auto­sa­tis­fac­tion et démence”. Cela reste une bien faible self-défense.
Et mar­cher du pied gauche dans la merde ne porte pas for­cé­ment chance.

Surgit le grand déba­rou­le­ment vers les excès mélo-dramatiques — même l’anthropophagie en fait par­tie. Les élé­ments grouillent et s’inversent : il suf­fit de prendre une poule et de dévis­ser une ampoule pour rem­pla­cer la seconde par la pre­mière et c’est ainsi que le bate­leur fait son show pour que cha­cun ne puisse lan­cer un “pauvres de nous !”

Pas de retour au consis­tant mais la célé­bra­tion d’un souffle qui sort des pou­mons à la “sauce gou­dron”. La chair et ses émo­tions sont cul par-dessus tête.
Aucun dogme du réel ne peut plus tenir la route et ça beugle de partout.

Cela car­bure, usine vers la déli­ques­cence. Mais cette apo­ca­lypse est presque une fête. L’homme tombé se relève sauf si un alli­ga­tor — tel un pan­go­lin — le ter­rasse. Quelques frag­ments épars d’espérance pointent.
Mais cela res­semble à une vue de l’esprit digne des imbé­ciles. Entre lait et cya­nure, la ruée se fait là où tout bascule.

Courage, fuyons.
Mais après avoir pris le temps de savou­rer de telles visions purgatives.

jean-paul gavard-perret

Arvo Stein­berg, Visions, Mila­gro Edi­tions, 2020.

1 Comment

Filed under Poésie

One Response to Arvo Steinberg, Visions

  1. Villeneuve

    L’humanité covi­dée est plus effrayante que cette bille­ve­sée inventée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>