Jean-Paul Bled, Hindenburg. L’homme qui a conduit Hitler au pouvoir

L’autre maré­chal

Du maré­chal Hin­den­burg – cet autre maré­chal perdu dans les eaux troubles de la poli­tique – on retient sur­tout son rôle dans l’ascension au pou­voir d’Hitler sans que l’on sache ni com­ment ni pour­quoi il en est arrivé à confier le pou­voir au « petit capo­ral bohé­mien ».
La bio­gra­phie très com­plète de Jean-Paul Bled apporte des élé­ments de réponse inté­res­sant et fait décou­vrir au lec­teur un per­son­nage en réa­lité méconnu.

Hinden­burg est d’abord un mili­taire, dans la tra­di­tion de la noblesse prus­sienne, hos­tile aux Habs­bourg, aux catho­liques et aux socia­listes. Pur pro­duit de son milieu et de son époque, il mène une car­rière sans relief qui l’aurait conduit dans l’ombre opaque de l’histoire si la Grande Guerre n’avait éclaté.
Son des­tin alors bas­cule. Il devient le vain­queur de Tan­nen­berg, adulé par l’Allemagne, et forme avec Luden­dorff un atte­lage à la fois com­plexe et effi­cace, dans lequel Hin­den­burg s’occupe sur­tout des ques­tions politiques.

La période de la défaite et de l’armistice consti­tue un tour­nant qui brise sa rela­tion avec Guillaume II et qui voit le conser­va­teur prus­sien se mettre au ser­vice de la répu­blique de Wei­mar qui écrase les spar­ta­kistes. Tou­jours adulé, sorti indemne des affres de la paix de Ver­sailles, il se met en réserve avant de faire le don de sa per­sonne à l’Allemagne en accep­tant son élec­tion à la pré­si­dence de la répu­blique.
Désor­mais à la tête du pays, il accen­tue la pré­si­den­tia­li­sa­tion du régime, déter­miné à com­battre les divi­sions qui lacèrent le corps natio­nal alle­mand, sa véri­table obses­sion qui guide son action politique.

Arrive alors le dan­ger nazi qu’il croit pou­voir cana­li­ser. On n’ignore rien de son oppo­si­tion à l’arrivée au pou­voir d’Hitler. Mais on connaît moins le sou­tien qu’il lui apporte, après jan­vier 1933, dans l’installation de la dic­ta­ture et l’élimination des chefs de la SA. Hin­den­burg meurt serein, après avoir « trouvé le chan­ce­lier cor­res­pon­dant à ses vœux », cet être bru­tal et sans scru­pules qui le mani­pula dès le pre­mier jour.

Un piètre bilan, avouons-le…

fre­de­ric le moal

Jean-Paul Bled, Hin­den­burg. L’homme qui a conduit Hit­ler au pou­voir, Tal­lan­dier, sep­tembre 2020, 336 p. — 22.50 €.

Leave a Comment

Filed under Essais / Documents / Biographies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>