Zéno Bianu, Petit éloge du bleu

Eclats du bleu

“Le bleu rien que le bleu”, tel est ici le “théo­rème” de Zéono Bianu. “Tout est bleu” ajoute-t-il dans un empor­te­ment céleste mais qui le rap­proche de notre Terre, au nom de sa force et de son éclat aussi doux que puissant.

Cette his­toire passe bien sûr par la pein­ture : du Quat­tro­cento à Van Gogh, Miro, Yves Klein et son “Inter­na­tio­nal Klein Blue”. Mais Bianu ne s’arrête pas en si bon che­min. L’auteur en appelle aux poètes (Rim­baud, Eluard, Bataille) et à la musique de jazz ou proche d’elle.
De Cris­tophe à Jimmy Hen­drix mais sur­tout de Billie Holi­day, Chet Baker à et avant tout John Col­trane dont “le bleu orga­ni­que­ment mys­tique révèle la pos­si­bi­lité d’un sur­croit d’ardeur devant le désastre du monde”.

Le bleu s’entend, se voit, se lit dans une ins­tance de “pure inten­sité” que l’auteur ramène à nous dans sa maté­ria­lité abs­traite mais sen­so­rielle. D’où l’aspect “d’abécédaire lumi­neux” que prend ce livre.
D’ “Apnée” jusqu’à “Zen”, Bianu nous coule dans le bleu à tra­vers des digres­sions que seuls ceux qui ne veulent pas voir et com­prendre juge­ront intempestives.

Ce qui devient bien plus qu’une cou­leur est la marque ter­restre par excel­lence. Car le bleu n’est pas un acci­dent mais l’impact que notre pla­nète impose au flux de l’univers.
Le bleu reste donc, “par satu­ra­tion de lumière”, sésame de tout, prin­cipe pre­mier et, en consé­quence, pré­sence et  néces­sité vitales.

feuille­ter le livre

jean-paul gavard-perret

Zéno Bianu, Petit éloge du bleu, Folio inédit, Gal­li­mard, Paris, 2020, 112 p. — 2,00 €.

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Chapeau bas, Poésie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>