Ryuichi Sakamoto, Hidari Ude No Yume

Ambi­tieux créa­teur + pop star =… ?

Né en 1952, Ryui­chi Saka­moto a com­mencé très jeune sa for­ma­tion de pia­niste et de com­po­si­teur. Fas­ciné par la musique impres­sion­niste de Claude Debussy, il appré­cie éga­le­ment le rock, les Beatles ou les Rol­ling Stones.. A Tokyo, il étu­die la com­po­si­tion et la musique élec­tro­nique et eth­nique.
Ses années d’apprentissage font de lui un vir­tuose des ins­tru­ments numé­riques et déve­loppent son goût sûr pour les nappes mélo­diques enveloppantes.

Son pre­mier album solo sort en 1978. La même année, il fonde avec Haruomi Hosono et Yuki­hiro Taka­ha­shi, un groupe de syn­th­pop influencé par Kraft­werk :  Yel­low Magic Orchestre (YMO). Le groupe mixte ins­tru­ments et machines  Il devient une réfé­rence pour toutes celles et ceux qui s’intéressent à l’électro pop qui com­mence à défer­ler. Phé­no­mène au Japon, le groupe connaît rapi­de­ment un suc­cès inter­na­tio­nal grâce à des titres comme “Tong Poo” ou “Com­pu­ter Game”.

Le label “Wewant­sounds” réédite le 3ème album solo de Ryui­chi Saka­moto, “Hidari Ude No Yume” sorti en 1981 sur le label Alfa et remas­te­risé à par­tir des bandes ori­gi­nales par Ber­nie Grund­man.  L’album repré­sente l’acmé d’une oeuvre impor­tante de celui qui est aussi l’auteur de musiques de films dont “Furyo” (où il appa­raît comme acteur), de trois films Ber­nardo Ber­to­lucci  (Le Der­nier Empe­reur”, “Un thé au Sahara” et “Lit­tle Boud­dha”) puis de réa­li­sa­tions d’Almodovar (Talons aiguilles”), Brian de Palma ou encore plus récem­ment d’Alejandro Gonzá­lez Iñár­ritu pour “The Revenant”

Saka­moto avait co-produit cet album avec le bri­tan­nique Robin Scott suite à son énorme suc­cès avec le single «Pop Muzik». Ils entrent au stu­dio Alfa en juillet 1981, accom­pa­gnés d’une poi­gnée de musi­ciens triés sur le volet. Ceux-ci com­prennent ses col­lègues de “YMO” ainsi que le pro­gram­meur Hideki Mat­su­take déjà pré­sent sur les deux pre­miers albums de Saka­moto et devenu le qua­trième membre offi­cieux de YMO.
S’y retrouvent aussi le vio­lo­niste Kaoru Sato, le saxo­pho­niste Sato­shi Naka­mura et le gui­ta­riste amé­ri­cain Adrian Belew. Le Japo­nais y fait déjà figure non seule­ment de pop-star mai de créa­teur des plus ambi­tieux musi­ca­le­ment parlant.

jean–paul gavard-perret

Ryui­chi Saka­moto, Hidari Ude No Yume, WeWant­Sounds / Modulo, 2020.

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, cinéma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>