Jérôme Greiner insomniaque rêveur : entretien avec le chef non suprême de la revue Ouille

Adepte — entre autres — des plai­sirs des cotons tiges,  Jérôme Grei­ner fait la gloire des bar­bus. Pra­ti­quant athée et au besoin des listes exhaus­tives, il feint d’être un par­fait dilet­tante. Mais qu’on se méfie : der­rière son épouse modèle édi­trice de Ouille, il avance mas­qué. Pas de pitié chez lui pour les crois­sants. Sur­tout de lune.
Poing levé, il sou­lève indi­rec­te­ment, par démul­ti­pli­ca­tion des forces, l’o-Dieu et les pour­ries croyances qui poussent notre besoin d’exister à le pra­ti­quer dans la souf­france, tété au béni­tier plu­tôt qu’à une mère inca­pable de por­ter seule ses angoisses et qu’il pour­rait mettre — toute culpa­bi­lité bue - dans un état de liqué­fac­tion plu­tôt que de l’envoyer paître là où un héros de Beckett allait gar­der ses mou­tons pour faire appa­raître — au côté d’une drô­lesse — “ la seule image”.

Ce qui ne l’empêche pas de faire preuve d’une dou­ceur, d’une ten­dresse extrêmes mais habi­le­ment remi­sées. Il rap­pelle, comme l’écrit Tris­tan Felix, que “Les mots ne sont pas qu’illusion lorsqu’ils remuent le réel au point d’exhumer des fos­siles intacts.”

Entre­tien : 

Qu’est-ce qui vous fait lever le matin ?
Étant insom­niaque, je me lève géné­ra­le­ment l’après-midi et c’est géné­ra­le­ment le mal de dos ou une scia­tique cara­bi­née qui déclenche mon lever. Ou alors une érec­tion (carab… ? aussi).

Que sont deve­nus vos rêves d’enfant ?
Les rêves, semble-t-il, ren­voient tou­jours à l’infantile. Je rêve tou­jours et donc je rêve tou­jours de tuer mon père et de cou­cher avec ma mère.

A quoi avez-vous renoncé ?
À être moi.

D’où venez-vous ?
De revenants.

Qu’avez-vous reçu en dot ?
Un don cureté (= reçu en dot).

Un petit plai­sir — quo­ti­dien ou non ?
Le coton-tige.

Qu’est-ce qui vous dis­tingue des autres édi­teurs ?
De n’être pas édi­teur (c’est ma femme qui ‘dirige’ OUILLE éditions).

Com­ment définiriez-vous votre approche de la revue ?
Le lan­gage déborde de par­tout, à l’intérieur comme à l’extérieur ; réel et sens ne font pas bon ménage (il n’y a pas de rap­port sexuel) ; l’écologie (en tout cas poli­tique) est une réa­lité et comme telle relève pour part de l’imaginaire, mais ce n’est pas une rai­son pour ne pas essayer de conti­nuer de l’inventer… autre­ment (que dans la réa­lité de la paren­thèse précédente).

Quelle est la pre­mière image qui vous inter­pella ?
Rien d’original : sans doute mon reflet dans un miroir ou mon ombre sur le sol, mais je ne m’en rap­pelle plus.

Et votre pre­mière lec­ture ?
Un peu sérieuse ? La tétra­lo­gie de Mar­cel Pagnol.

Quelles musiques écoutez-vous ?
Eva­risto Felice Dall’Abaco, Joseph Marie Clé­ment Dall’Abaco, Isaac Albé­niz, AC/DC, Fré­dé­ric Acqua­viva, Manuel Agu­je­tas, Henry ‘‘Red’’ Allen, El niño de Alma­dén (Jacinto Antolín Gal­lego), Am Ketenes, Mar­gue­rite Taos Amrouche, Juan de Anchieta, Raquel Andueza, Pas­quale Anfossi, Dick Anne­garn, Mara Aranda, Louis Arm­strong, Arno (Arnold Charles Ernest Hint­jens), Autour de Lucie, Charles Azna­vour, Inés Bacán, Carl Phi­lipp Ema­nuel Bach, Johann Chris­tian Bach, Johann Sebas­tian Bach (beau­coup), Carles Baguer, Chet Baker, Samuel Bar­ber, Jean Bar­ra­qué, Ray Bar­retto, Béla Bartók, Ceci­lia Bar­toli, Alain Bashung, Count Basie, Amy Beach (Amy Mar­cey Che­ney Beach), Lot­tie Bea­man, les Beatles, Sid­ney Bechet, Cap­tain Beef­heart (Don Van Vliet), Lud­wig van Bee­tho­ven, Omar Bena­mara, George Anton Benda, María Bera­sarte, Hec­tor Ber­lioz, Nico­las Ber­nier, Béru­rier Noir, Hein­rich Biber, Vĕra Bílá, Bix Bei­der­becke, Georges Bizet, Black M (Alpha Diallo), Ernest Bloch, Luigi Boc­che­rini, Phi­lippe Boes­mans, Mel Bonis, Lili Bou­lan­ger, Nadia Bou­lan­ger, Pierre Bou­lez, Rosa­rio Bour­don, David Bowie, l’Anouar Bra­hem Trio, Johannes Brahms, Georges Bras­sens, Anthony Brax­ton, Jacques Brel, Sébas­tien de Bros­sard, Leo Brou­wer, Clif­ford Brown, Rodophe Bur­ger, Die­trich Bux­te­hude, Fer­ruc­cio Busoni, William Byrd, Cali (Bruno Cali­ciuri), Camarón de la Isla (José Monge Cruz), André Cam­pra, Mar­gue­rite Canal, Édith Canat de Chizy, Manolo Cara­col, Fer­di­nando Carulli, Johnny Cash, Alexis de Cas­tillon, Fran­cesco Cavalli, Anto­nio Cesti, Cécile Cha­mi­nade, Ray Charles, Hari­pra­sad Chau­ra­sia, Louis Che­did, Luigi Che­ru­bini, The Chi­cago Klez­mer Ensemble, Fré­dé­ric Cho­pin, Saïd Chraïbi, Char­lie Chris­tian, Sonny Clark, Kenny Clarke, The Clash, Muzio Cle­menti, Julien Clerc, Freddy Cole, Ornette Cole­man, John Col­trane (beau­coup), Johann Gott­fried Conradi, Alexis Constant, Paolo Conte, Mar­tha Cope­land, Arcan­gelo Corelli, Ruth Craw­ford See­ger, Bing Crosby, Gabriel Cus­son, Etienne Daho, Luigi Dal­la­pic­cola, Daniel Darc, Joe Das­sin, Miles Davis, Alain Debios­sat Trio, Claude Debussy, Deep Purple, Mat­tie Dela­ney, Antoine Des­sane, Pearl Dick­son, Joyce DiDo­nato, Johnny Dodds, Gae­tano Doni­zetti, Paul Dukas, Jacques Duphly, Pas­cal Dusa­pin, Henri Dutilleux, Jacques Dutronc, Antonín Dvořák, Bob Dylan, Duke Elling­ton, Chris­tian Escoudé, Bill Evans, Gil Evans, Marianne Fai­th­full, Raphaël Fays, Carlo Anto­nio Fedeli (dit ‘Sag­gion’), Espe­ranza Fernán­dez, Brian Fer­ney­hough, Léo Ferré, Nino Fer­rer (beau­coup), Tho­mas Fer­sen, Ella Fitz­ge­rald, Antoine For­que­ray, Claude Fran­çois, Giro­lamo Fres­co­baldi, Michel Fugain, Serge Gains­bourg, William ‘‘Red’’ Gar­land, Sta­nis­lao Gas­tal­don, Fran­cesco Gemi­niani, Carlo Gesualdo, Orlando Gib­bons, Dizzy Gil­les­pie, Mauro Giu­liani, Chris­toph Willi­bald Gluck, Gong, Charles Gou­nod, Lida Gou­lesco, La Grande Sophie (Sophie Huriaux), Hec­tor Grat­ton, des chants gré­go­riens, Antoine Fré­dé­ric Gres­nick, Hélène Guil­mette, Georg Frie­drich Haen­del (beau­coup), Jona­than Har­vey, Johann Adolph Hasse, Screa­min’ Jay Haw­kins, Joseph Haydn, Lucille Nel­son Hega­min, Helena (Hélène Bar­bara Ribeiro Fur­tado Velho Nogueira, dite Helena Noguerra) Jimi Hen­drix (beau­coup), Hans Wer­ner Henze, Jacques Hige­lin, Paul Hin­de­mith, André Hodeir, Billie Holi­day, Augusta Hol­mès, Light­nin’ Hop­kins, Toshio Hoso­kawa, Jacques-Martin Hot­te­terre, Fred­die Hub­bard, Alberta Hun­ter, Jacques Ibert, Iggy Pop, Isi­dore Isou, Pedro Itur­ralde, Charles Ives, Jef­fer­son Air­plane, Joe Jones, Quincy Jones, Janis Joplin, Joy Divi­sion, Juliette (Juliette Nou­red­dine), Jus­tin August Just, Wally Kar­veno, Wyn­ton Kelly, Che­rifa Ker­sit, Amjad Ali Khan, l’Ensemble Al-Kindî, B.B. King, Vol­ker David Kirch­ner, Roland Kirk, Kiss, Klez­mer Nova, Sonny Knight, Kočani Orkes­tar, René Koe­ring, Guyla Kokas, Eli­sa­beth Kon­to­ma­nou, Ernst Kre­nek, Johann Phi­lipp Krie­ger, Hel­mut Lachen­mann, Lady Gaga, Jeanne Lan­dry, Chris­tian Lauba, Jean-Marie Leclair, Félix Leclerc, Led Zep­pe­lin, Maxime Le Fores­tier, Michel Legrand (les musiques des films de Jacques Demy), Gio­vanni Legrenzi, Rug­gero Leon­ca­vallo, Michaël Levi­nas, Jerry Lee Lewis, Dave Lieb­man, György Ligeti (beau­coup), Car­men Linares, Magnus Lind­berg, Franz Liszt, Chano Lobato, Pie­tro Anto­nio Loca­telli, Marc Loo­puyt, Jan Anto­nin Losy, Paco de Lucía, Gabi Lunca, Jim­mie Lun­ce­ford, Rudolf Lutz, Witold Lutosławski, M (Mat­thieu Che­did), Tomasa (Guer­rero) La Maca­nita, Jean-Marie Machado, Madonna, Magma, Gus­tav Mah­ler, Maître Gims, Los Mala­gueños, Phi­lippe Manoury, Marin Marais, Ales­san­dro Mar­cello, Luca Maren­zio, Wyn­ton Mar­sa­lis, Dean Mar­tin, Fabien Mar­tin, Franck Mar­tin, Sara Mar­tin, Vin­cente Martín y Soler, Fran­çois Marty, Pie­tro Mas­ca­gni, Jules Mas­se­net, Rodolphe Mathieu, Pepe de La Matrona, Roger Mat­ton, John Mayall and the Blues­brea­kers, Bejun Mehta, Felix Men­dels­sohn, Fanny Mendelssohn-Hensel, Art Mengo, Johann Kas­par Mertz, Oli­vier Mes­siaen, Mezz Mezz­row, Liz­zie Miles, Char­lie Min­gus, Mísia (Susana Maria Alfonso de Aguiar), Mis­tin­guett, Eddy Mit­chell, The­lo­nious Monk, Mono­swezi, Mari­lyn Mon­roe, Yves Mon­tand, Clau­dio Mon­te­verdi, Cristó­bal de Morales, Enrique Morente, Jean-Baptiste Morin, Tho­mas Mor­ley, Georges Mous­taki, Wolf­gang Ama­deus Mozart (beau­coup), Georg Muf­fat, Tata Nacho (Igna­cio Fernán­dez Esperón), Conlon Nan­car­row, J.P. Nataf (Jean-Philippe Nataf), Klaus Nomi, Luigi Nono, Claude Nou­garo, George Ons­low, l’Orchestre Klez­mer Shpil, Alfonso Orel­lana, Owiny Sigoma Band, Gio­vanni Pai­siello, ‘les’ (des) Papous de Nouvelle-Guinée, Vanessa Para­dis, Char­lie Par­ker, Oscar Peter­son, Edith Piaf, Astor Piaz­zolla, Enno Poppe, Angh­jula Poten­tini, Elvis Pres­ley, le Qua­tuor Pso­phos, Fazal Qure­shi, Ser­gueï Rach­ma­ni­nov, Ger­trude « Ma » Rai­ney, Jean-Philippe Rameau, Raphael (Raphaël Haroche), Dianne Reeves, Ari­bert Rei­mann, Jean Richa­fort, Les Rita Mit­souko, Raoul Petite, Max Roach, les Rol­ling Stones, Sonny Rol­lins, Pepe Romero, Rafael Romero, Cipriano de Rore, Gioa­chino Ros­sini, Demis Rous­sos, Johann Rosenmül­ler, Ludo­mir Róży­cki, Cal­vin Rus­sell, Ger­maine Sablon, le che­va­lier (Joseph Bologne) de Saint Georges, Camille Saint-Saëns, Ber­nardo San­do­val, Car­los San­tana, Ales­san­dro Scar­latti, Dome­nico Scar­latti (beau­coup), Franz Schu­bert, Robert Schu­mann, Hein­rich Schütz, Scor­pions, Moham­mad Reza Shad­ja­rian, Har­mo­nica Shah (Thad­deus Hall), Ravi Shan­kar, Dmi­tri Shos­ta­ko­vich, Mort Shu­man, Nina Simone, Frank Sina­tra, Mus­ta­pha Skan­drani, Bes­sie Smith, Clara Smith, Mamie Smith (Mamie Robin­son), Patti Smith, Anto­nio Soler, Fer­nando Sor, Manuel Soto (Monje – ‘‘El Sor­dera’’), Louis Spohr, Agos­tino Stef­fani, Claus Stöt­ter, Igor Stra­vinsky, The Suga­rhill Gang, Karol Szy­ma­nowski, Toru Take­mitsu, Tho­mas Tal­lis, Georges-Emile Tan­guay, Giu­seppe Tar­tini, Art Tatum, John Taver­ner, Piotr Ilitch Tchaï­kovski, Georg Phi­lipp Tele­mann, Tété (Niang Mah­moud Tété), les Têtes raides, Hubert-Félix Thié­faine (beau­coup), Toma­tito (José Fernán­dez Torres), La Tor­due, Paolo Tosti, Tom­maso Traetta, Pierre de Tré­go­main Quar­tet, Charles Tre­net, Bap­tiste Tro­ti­gnon, Marco Uccel­lini, Fer­nanda et Ber­narda de Utrera, Fran­cesco Ven­tu­rini, le groupe Venus, Alexan­der Ver­tinsky, Boris Vian, Pau­line Viar­dot, Sid Vicious (John Simon Rit­chie), Hei­tor Villa-Lobos, Vil­lage People, Fabio Vis­co­gliosi, Anto­nio Vivaldi (beau­coup), Richard Wag­ner (notam­ment les treize CD, aux édi­tions Orfeo, de Der Ring des Nibe­lun­gen dirigé en 1953 par Cle­meens Krauss), Tom Waits, Fats Wal­ler, Ethel Waters, Carl Maria von Weber, Junior Wells (Amos Bla­ck­more Wells), Robert White, Bar­ney Wilen, Mary Lou Williams, Les Yeux Noirs, Les­ter Young, Ric­cardo Zan­do­nai, Frank Zappa (beau­coup), Pie­tro Andrea Ziani…

Quel est le livre que vous aimez relire ?
“Les couilles, dix façons de les pré­pa­rer” de Laë­ti­tia Visse aux Édi­tions de l’Épure.

Quel film vous fait pleu­rer ?
Tous les der­niers Depar­dieu, tel­le­ment il joue mal désormais.

Quand vous vous regar­dez dans un miroir qui voyez-vous ?
Un barbu.

A qui n’avez-vous jamais osé écrire ?
À Gérard Depar­dieu, pour le lui signifier.

Quel(le) ville ou lieu a pour vous valeur de mythe ?
Venise au printemps.

Quels sont les artistes et écri­vains dont vous vous sen­tez le plus proche ?
Pour me limi­ter à quelques créa­teurs d’images immo­biles en deux dimen­sions et à quelques écri­vains (presque des pioches de hasard en fonc­tion de ce que m’envoient mes neu­rones à ins­tants fou­droyés) : Guillaume Apol­li­naire, Anto­nin Artaud, Georges Bataille, Charles Bau­de­laire, Samuel Beckett, Pierre Bon­nard, William Bur­roughs, Jacques Cauda, le pho­to­graphe Fran­çois Chris­tophe, Robert Crumb, Édika, Goya (Fran­cisco de, pas Chan­tal), Pierre Guyo­tat, James Joyce, Willem de Koo­ning, Édouard Manet, Henri Matisse, Claude Monet, Valère Nova­rina, Ber­nard Ollier, Pablo Picasso, Chris­tian Prigent, Jean-Marc Rei­ser, Chris­tophe Tar­kos, le Titien et le Tin­to­ret, Roland Topor, Cy Twom­bly, Bram van Velde, Véronèse…

Qu’aimeriez-vous rece­voir pour votre anni­ver­saire ?
Trente-trois ans de moins, quand j’ai ren­con­tré ma Belle et que Paris était encore une fête.

Que défendez-vous ?
Idéo­lo­gi­que­ment, vous voulez-dire ?… Hum… Il y aurait beau­coup à dire… Le salaire à vie ; un com­mu­nisme sans auto­rité cen­trale (ni même du tout, d’ailleurs) ; la fin de la civi­li­sa­tion indus­trielle ; le droit à la paresse ; l’anarchisme épis­té­mo­lo­gique de Didier Raoult ; la comp­ta­bi­li­sa­tion des abs­ten­tion­nistes à toutes les élec­tions ; le droit de vote des étran­gers rési­dant en France depuis un ou deux ans ; la des­truc­tion sys­té­ma­tique des pro­duc­tions de Jeff Koons ; la grève géné­rale ; la dis­pa­ri­tion du mar­ché de l’art ; le pillage sys­té­ma­tique des maga­sins de luxe ; le droit pour les méde­cins de soi­gner et pour les patients d’être soi­gnés comme ils le veulent ; la fin des broyages de pous­sins ; la pos­si­bi­lité pour Ben­ja­min Gri­veaux de se mas­tur­ber en public sans perdre sa dignité ; le devoir de réserve de Gérald Dar­ma­nin ; le droit pour toutes les femmes (et pas seule­ment les Femen) de se pro­me­ner seins nus dans la rue ; la fin de l’école obli­ga­toire (qui ferait peut-être remon­ter un peu l’envie de s’instruire) ; un dou­ble­ment des salaires de tous les per­son­nels soi­gnants ‘bas de gamme’, éboueurs et autres indis­pen­sables escla­va­gi­sés ainsi qu’on a pu l’observer au prin­temps ; l’exil volon­taire d’Emmanuel Macron au Liban (ou ailleurs, il n’est pas néces­saire d’ajouter du mal­heur au mal­heur des Liba­nais) ; des kol­khozes et des soviets qui essaiment (ou SM pour ceux qui aiment) ; la réap­pro­pria­tion des moyens et des fina­li­tés de pro­duc­tion par les pro­duc­teurs ; la fin de l’art offi­ciel ; une remise en cause du tabou sur le can­ni­ba­lisme ; l’interdiction des pro­duits à obso­les­cence pro­gram­mée ; l’égalité réelle des sexes mais sans y inclure les sex­toys ; la fin de tous les pes­ti­cides et le retour des mouches bleues ; la pos­si­bi­lité de péter en public sans être stig­ma­tisé (même pour un élu) ; la mise à la retraite expresse de Gérard Depar­dieu ; des cours de mal par­ler et mal écrire la langue fran­çaise ; un ensei­gne­ment, à côté de la phi­lo­so­phie, de l’antiphilosophie ; la lec­ture obli­ga­toire, dès cinq ans, des œuvres com­plètes de Ber­nard Ollier ; la mise en place de modules (stages ou autres) d’expérimentations de la sub­sti­tu­tion de larmes à l’arme ; le pro­jet (qui l’a ?) de redon­ner leur place aux fous dans cette société de… fous ; et de… quoi ? la mort : ces­ser de lui mon­trer, pour la rendre por­no­gra­phique, nos culs…

Que vous ins­pire la phrase de Lacan : “L’Amour c’est don­ner quelque chose qu’on n’a pas à quelqu’un qui n’en veut pas”?
C’est bien vrai, ça !

Que pensez-vous de celle de W. Allen : “La réponse est oui mais quelle était la ques­tion ?“
Que la ques­tion était sans doute « Non ?… »

Quelle ques­tion ai-je oublié de vous poser ?
Celle-ci : « Pour­quoi avoir choisi Ouille comme nom de votre revue ? » Réponse : « Parce qu’Ouille c’est qu’ça fait mal. »

Pré­sen­ta­tion et entre­tien réa­li­sés par jean-paul gavard-perret pour leitteraire.com, le 18 août 2020.

L’article de Jean-Paul Gavard-Perret est admi­rable de verve élo­gieuse et d’imagination ; je l’en remer­cie vivement.

MAIS

Mais – pre­mier – ma mère : qui est-ce qui t’a donné la per­mis­sion d’parler d’ma mère et d’mes rela­tions avec elle, qu’t’as connu ni l’une ni les autres, mor­pion, et en plus avec d’la sauce d’branlette d’psychologie d’prisunic, t’as pas honte à ton âge ?

Et – deuxième mais : où qu’t’es allé cher­cher qu’j’s’rais un qu’aurait pour qui ou quoi qu’ce soit d’la ten­dresse, vieille fesse ? C’est pas pos­sible d’écrire des insa­ni­tés pareilles ! Faut vrai­ment qu’tu t’veuilles jour­na­liste pour oser diva­guer à c’point !

En plus, dans l’interviouve dont tu m’as envoyé les ques­tions avec la liste des pres­ti­gieux qui y avaient pré­cé­dem­ment répondu, j’ai jamais déclaré qui y a pas de rap­port sexuel mais (troi­sième) qu’y a pas de sap­port rexuel – rien à voir avec la doxa laca­noïde  qu’t’essaies d’me faire endos­ser en lousdé.

Et puis dans « c’est qu’ça fait mal » « mal » était en ita­lique, espèce de bille, pour sug­gé­rer qu’OUILLE ça fait mâle, his­toire de s’moquer un peu gen­ti­ment de c’qui fait mâle – visi­ble­ment t’avais pas per­cuté, t’es pas fort en homo­pho­nies ou alors t’aimes pas les ailes (j’ai bêtes tes) qu’huppe Luce…

Et l’intitulé thé­ma­tique du n°1 d’OUILLE, c’est pas Ici ce n’est pas la Répu­blique (putain, t’entends pas comme ça sonne lourd ?!), mais (qua­trième) Ici c’est pas la Répu­blique : Dutronc, Lanz­mann, Jacques & Jacques, c’était pour­tant indi­qué en pre­mière de couv – tu sais pas lire ?… Madame l’existence, elle s’appelle la chanson.

Enfin, ça t’f’rais mal (l’cas d’le dire) d’mentionner au moins une fois l’nom d’OUILLE com­plet : OUILLE. Le men­suel condo­mois qui va cas­ser en deux l’histoire du monde ? Rap­port à Condom (dans l’Gers) et à Nietzsche (l’Surhomme qu’t’es pas, la preuve).

Ces quelques rec­ti­fi­ca­tions posées, encore merci pour cette inter­viouve en dif­féré et ce magni­fique papier, mais (cin­quième et der­nier) moi, dans OUILLE, je n’suis qu’un entre autres, et plu­tôt adepte de la gadouille – rai­son pour­quoi plu­sieurs fois par jour et dans la même eau à mesure de plus en plus savon­neuse et sale, j’me lave et relave et relaxe (cf. photo).

Jérôme Grei­ner, 29 août 2020

2 Comments

Filed under Chapeau bas, Entretiens, Poésie

2 Responses to Jérôme Greiner insomniaque rêveur : entretien avec le chef non suprême de la revue Ouille

  1. cauda

    Quelles délices !

  2. Anne Marie Carreira

    Épa­tant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>