Théodore Mann, Noir Essentiel (exposition)

Netteté insup­por­table

L’ abs­trac­tion lorsqu’elle n’est qu’abstraction est indif­fé­rente à ce que les formes “font”.
Certes, celles-ci ont le mérite d’effacer cer­tains com­po­sants deve­nus super­fé­ta­toire à l’image lorsqu’elle a l’ambition de créer un monde.

Mais l’abstraction quand elle n’est qu’abstraction n’opère aucune hié­rar­chi­sa­tion de ce qui la com­pose et qu’elle pro­duit.
Sou­vent, elle ouvre la pro­fu­sion de sens pos­sibles sans en choi­sir un.

Théo­dore Mann met fin à ce qui mani­fes­te­rait une force qui échappe. Son oeuvre — et de plus en plus — impose la plus grande maî­trise avec le souci de nous faire nous échap­per au coeur d’une illu­sion qui ne ferait qu’en rem­pla­cer une plus ancienne par une autre. La pein­ture “plate” de l’artiste — qui répond à ce qu’un des plus grands abs­trac­teurs (Bram van Velde) disait : “ce que j’aime dans la pein­ture c’est que c’est plat”) — ne s’abîme pas dans la pla­ti­tude, l’insignifiance.
Elle offre une net­teté insup­por­table dans la série “noir essentiel”.

Celui-ci n’obture pas mais pré­sen­ti­fie un grand dehors qui se nour­rit de la mise en crise de l’harmonie for­melle sans tou­te­fois jamais la nier.
En ce sens, l’oeuvre de Théo­dore Mann est essen­tielle. Et l’artiste cherche sans cesse, en s’installant tou­jours plus loin.

C’est à la fois un fait et une volonté afin que nous connais­sions le monde par contraste — ce qui donne à l’abstraction sa seule jus­ti­fi­ca­tion.
L’artiste pousse plus loin les condi­tions ori­gi­naires de l’apparition en créant ce qui excède son langage.

Dans son oeuvre, le créa­teur pré­serve une conni­vence sen­sible avec le réel en lui don­nant une pré­sence autre. Elle se crée en avan­çant jusqu’où cette quête mène.
A savoir la ques­tion essen­tielle : qu’y a-t-il lorsqu’il n’y a pas d’image ?

jean-paul gavard-perret

Théo­dore Mann, Noir Essen­tiel, avant-première à la Gale­rie l’Antichambre, Cham­béry, du 2 au 4 juillet 2020.

1 Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com

One Response to Théodore Mann, Noir Essentiel (exposition)

  1. Villeneuve

    L’imagination explose à pro­fu­sion lorsque l ‘image n’habite pas la toile .
    Et c’est l’essentiel .

Répondre à Villeneuve Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>