Tony Kuschner par Arnaud Desplechin, Angels in America

Le vivant et son contraire

Angels in Ame­rica fait entre­croi­ser 8 per­son­nages tan­dis que le Sida avance. Ici,  la mise en scène de Des­ple­chin - qui s’en tient à une adap­ta­tion sub­tile mais  écour­tée —  crée un chan­ge­ment de registre de la pièce créée  en 1994 dans sa ver­sion fran­çaise. 26 ans après les années Rea­gan, l’œuvre revi­si­tée joue sur plu­sieurs registres mais avec rigueur.
Et ce, grâce à Des­ple­chin et au jeu des acteurs. Michel Vuiller­moz est pica­resque, Domi­nique Blanc impres­sion­nante dans ses inter­pré­ta­tions de deux per­son­nages déli­rants. Si bien que la pièce n’est en rien démo­dée, d’autant que la mise en scène recentre sur l’intime au milieu des anges réduits à une por­tion habi­le­ment congrue.

La prouesse du jeu est remar­quable voire éblouis­sante. Le per­fec­tion reste à tous les étages grâce au pro­fes­sion­na­lisme de la Comé­die Fran­çaise. C’est un moment de théâtre for­mi­dable là où le texte raboté rend le spec­tacle plus ramassé.
La dimen­sion poli­tique demeure même si cette manière de la mon­ter “tire” vers la psy­cho­lo­gie. Cela non sans effi­ca­cité et plaisir.

jean-paul gavard-perret

Tony Kusch­ner par Arnaud Des­ple­chin, Angels in Ame­rica, Comé­die Française.

Texte fran­çais : Pierre Laville
Ver­sion scé­nique et mise en scène : Arnaud Des­ple­chin
Scé­no­gra­phie : Rudy Saboun­ghi
Cos­tumes : Caro­line de Vivaise
Lumière : Ber­trand Cou­derc
Son : Sébas­tien Trouvé
Col­la­bo­ra­tion artis­tique : Sté­pha­nie Cléau
Assis­ta­nat à la scé­no­gra­phie et à la vidéo : Julien Sou­lier
Assis­ta­nat aux cos­tumes : Mag­da­léna Calloc’h

Leave a Comment

Filed under Théâtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>