Revue Ainas, n° 8, “Gli strumenti fanno le opere”


Epopées visuelles

De Sar­daigne, Roberto Cossu pro­pose une revue d’une qua­lité raris­sime. Espaces et élé­ments se hissent les uns sur les autres dans un chan­ge­ments de leurs sub­stances. C’est à la fois lan­cer et rece­voir, tendre et pro­té­ger.
Existe une qua­dra­ture où les oeuvres créent des ondes en progressions.

Le direc­teur de la revue sou­ligne com­ment l’homme de notre temps, grâce au geste créa­teur, se bat contre les murs. “Ter­ro­riz­zatto dal ter­rore lo pra­tica arda­mente” (ter­ro­risé par la ter­reur il la pra­tique ardem­ment), à la recherche d’un nou­veau lan­gage dans le but de la com­battre en renouant un pacte avec la haute culture signe de liberté.
Il s’agit de pro­po­ser des épo­pées visuelles qui, comme l’écrit J-Claude Boro­wiak, avancent vers le néant avec leurs outils mais pour sai­sir “ce mou­vant de la vie et l’impermanence de toutes choses”.

Quant à Vic­tor Soren, il pénètre dans la nuit pour en faire émer­ger des fan­tômes sai­sis­sants. Ils deviennent des bouées de corps morts afin de res­ter avec l’envie d’être en vie contre vents et marées.
De tels hymnes et hymens créent des har­mo­nies non pas­sives mais en marche. Superbe.

jean-paul gavard-perret

Revue “Ainas”, n° 8, “Gli stru­menti fanno le opere”, www.ainasmagazine.com, Cagliari, Ita­lia, 2020 — 33,00 €.

Leave a Comment

Filed under Chapeau bas, Echos d'Italie / Echi dell'Italia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>