Antonio Tabucchi, Femme de Porto Pim et autres histoires

Anto­nio Tabuc­chi hors de ses gonds

Donna di Porto Pim n’est pas vrai­ment un roman mais plu­tôt un ensemble de textes qui n’ont pas trouvé place ailleurs dans l’oeuvre de Tabuc­chi. Au lieu de cher­cher à les déve­lop­per, il les a laissé tels quels. Si bien l’ensemble res­semble à quelque chose qui aurait pu être mais qui n’existe pas vrai­ment ou - à l’inverse — ce sont des semences mais qui ger­minent mais juste un moment.
Il y a là des îles et des baleines, des nau­frages et des amours ratés, un mal de vivre et une mys­té­rieuse poé­sie. Tout est étrange et fami­lier à la fois. Et l’on se retrouve au sein de l’univers de l’Italien et sa façon d’évoquer les exis­tences entre inquié­tude et l’absolu déli­ca­tesse de la vie au quotidien.

Les his­toires semblent par­fois indé­fi­nis­sables dans leur inac­com­plis­se­ment. Mais cette façon de dire nous revient en miroir de notre propre exis­tence et de notre deve­nir. Le tout en des bribes dans les­quelles le mor­ceau de bra­voure reste celui qui donne le titre à l’ensemble en sa façon de racon­ter un amour qui finit mal et dans la vio­lence.
Chaque fois, Tabuc­chi se nour­rit de tout pour nous tendre un jeu de miroirs même lorsqu’il raconte la confes­sion d’un vieux chan­teur de res­tau­rant lourd d’inquiétude et de nos­tal­gie mais qui ouvre un espace entre passé et présent.

Le texte “Antero de Quen­tal, una vita”, quant à lui, nous ramène dans la vie de l’écrivain Antero de Quen­tal (1842–1891). D’un écri­vain secon­daire, Tabuc­chi fait un écri­vain vivant par la façon dont il lui redonne voix et exis­tence. “Espe­ridi, sogno in forma di let­tera” devient un voyage vers une île  méta­phore de  notre monde.
Par­tout, la nos­tal­gie  retourne de manière inso­lite vers les lieux où nous sommes embar­qués. Avec elle, vers un monde ignoré qui fascine.

jean-paul gavard-perret

Anto­nio Tabuc­chi, Femme de Porto Pim et autres his­toires, tra­duit de l’italien par Ber­nard Com­ment, coll. “Du monde Entier”, Gal­li­mard, Paris, 2019.

Leave a Comment

Filed under Echos d'Italie / Echi dell'Italia, Nouvelles, Romans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>