Creatori di sogni a Parma.I paparazzi che fecero la Dolce Vita (Créateurs de rêves à Parme. Les paparazzi qui ont fait la Dolce Vita)

La Repub­blica

Crea­tori di sogni a Parma
I papa­razzi che fecero la Dolce Vita

di Aure­lio Magistà
03 ottobre 2019

Sono loro i foto­grafi, la vera anima della Dolce Vita. Tesi para­dos­sale? La dimos­tre­remo. La ragione per par­larne è la mos­tra Col­le­zione Bonanni Del Rio, la scelta ita­liana, dove la sezione prin­ci­pale è Papa­razzi,  un nucleo di foto­gra­fie degli anni in cui Hol­ly­wood si tras­ferì sul Tevere. Loro, i papa­razzi ante lit­te­ram, consi­de­rato che Papa­razzo era il cognome del foto­grafo per­so­nag­gio del film di Fel­lini,  sono stati i veri nar­ra­tori della Dolce Vita, per­ché in que­gli anni i tanti roto­cal­chi, che davano enorme spa­zio alle star, riem­pi­vano le pagine di fotografie.

Gli arti­coli, quando c’erano, per­ché spesso ci si limi­tava a un titolo, un breve testo e le didas­ca­lie, salvo rare ecce­zioni erano di scarsa impor­tanza. L’epopea della Dolce Vita è quasi inter­amente affi­data al foto­gior­na­lismo.  «I papa­razzi», osserva Lucia Bonanni, pro­prie­ta­ria con il marito Mauro Del Rio della gal­le­ria BDC28 (in una recu­pe­rata e splen­dida chiesa scon­sa­crata di Parma) che ha pres­tato le imma­gini e curato la mos­tra,  tra gli eventi cultu­rali di Mer­can­tein­fiera, «erano gli ani­ma­tori delle cro­nache rosa, i crea­tori del gla­mour che oggi si tro­vano dap­per­tutto sui social, ma che all’epoca pas­sa­vano attra­verso l’obiettivo delle loro mac­chine fotografiche».

Seconda conferma del ruolo cen­trale dei foto­grafi viene dalla noto­ria cir­cos­tanza che non si sono limi­tati a essere cro­nisti e nar­ra­tori, ma per otte­nere scatti più inter­es­santi e ven­derli a caro prezzo ai tanti roto­cal­chi  che se li conten­de­vano, dall’Europeo a Epoca, dalla Set­ti­mana Incom a Tempo, hanno comin­ciato appunto a diven­tare papa­razzi, a rubare scatti intimi, pri­vati, e per garan­tir­seli, sempre hanno impa­rato a inven­tarsi sce­neg­gia­tori:  le pro­vo­ca­zioni e poi gli inse­gui­menti su e giù per via Veneto o per le strade del cen­tro, prima del foto­grafo per rubare uno scatto, poi del divo per otte­nere indie­tro il rul­lino con le imma­gini com­pro­met­tenti, sono ormai leg­genda.  Come leg­genda è l’espediente di conse­gnare all’infuriato inse­gui­tore un rul­lino vuoto, dopo aver abil­mente fatto sci­vo­lare l’altro nelle mani di un col­lega com­plice o, come faceva Tazio Sec­chia­roli, a un edi­co­lante di via Veneto. […]


tra­duc­tion :

Créa­teurs de rêves à Parme
Les papa­razzi qui ont fait la Dolce Vita

par Aure­lio Magistà
03 octobre 2019

Ce sont eux les pho­to­graphes, l’âme de la “Dolce vita”. Thèse para­doxale ? Nous la prou­ve­rons. La rai­son d’en par­ler est l’exposition “Col­lec­tion Bonanni Del Rio”, la sélec­tion ita­lienne, où la sec­tion prin­ci­pale est Papa­razzi, un flo­ri­lège de pho­tos des années où Hol­ly­wood a démé­nagé sur le Tibre. Eux, les papa­razzi ante lit­te­ram, consi­dé­rent que Papa­razzo était le nom de famille du pho­to­graphe per­son­nage du film de Fel­lini ; qu’ils furent les vrais  conteurs de la “Dolce Vita”, car à cette époque, les nom­breux maga­zines, qui don­naient une grande place aux stars, rem­plis­saient les pages de photographies.

Les articles, lorsque c’en était, parce qu’on se limi­tait sou­vent à un titre, un bref texte et les légendes, sauf à de rares excep­tions, étaient de peu d’importance. L’épopée de la “Dolce Vita” est presque entiè­re­ment confiée au pho­to­jour­na­lisme. « Les papa­razzi », observe Lucia bonanni, pro­prié­taire avec son mari Mauro Del Rio de la gale­rie BDC28 (dans une magni­fique église désaf­fec­tée de Parme) qui a prêté les images et réa­lisé l’exposition parmi les évé­ne­ments cultu­rels de la Foire com­mer­ciale, « étaient les ani­ma­teurs des chro­niques roses, les créa­teurs du gla­mour qui se trouvent aujourd’hui par­tout sur les réseaux sociaux, mais qui à l’époque pas­saient par l’objectif  de leurs appreils photos ».

La deuxième confir­ma­tion du rôle cen­tral des pho­to­graphes vient du fait notoire qu’ils ne se sont pas limi­tés à être des chro­ni­queurs et des nar­ra­teurs, mais que, pour obte­nir des cli­chés plus inté­res­sants et les vendre au prix fort aux nom­breux maga­zines qui se les arra­chaient, de l’Européen à l’Époque, de la Semaine incom à Tempo, ont com­mencé à deve­nir papa­razzi, à voler des pho­tos intimes, pri­vées et que, pour se les appro­prier, ils ont alors appris à s’inventer scé­na­ristes : les pro­vo­ca­tions puis les pour­suites de haut en bas dans la rue Veneto ou dans les rues du centre, avant le pho­to­graphe pour voler une photo, ou avant la star pour récu­pé­rer la pel­li­cule avec des images com­pro­met­tantes, sont main­te­nant une légende. Légende aussi l’astuce consis­tant à remettre au pour­sui­vant enra­gée un rou­leau de pel­li­cule vide, après avoir habi­le­ment glissé l’autre dans les mains d’un col­lègue com­plice ou comme le fai­sait Tazio Sec­chia­roli à un mar­chand de la rue Veneto.  […]

fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’article en italien

Leave a Comment

Filed under Echos d'Italie / Echi dell'Italia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>