Paul Graham, Mother

“Pour vous livrer le fond de mon émoi, l’image de ma mère” (Samuel Beckett)

A tra­vers l’image de sa mère — le plus sou­vent assou­pie et les yeux clos — Paul Gra­ham déroule une céré­mo­nie secrète de recueille­ment pudique et atten­tif. Le pou­voir des images — tri­bu­taire pour Gra­ham de l’histoire de l’art et d’une anthro­po­lo­gie visuelle — inves­tit le pas­sage du temps et bou­le­verse — mais sans pathos — le regar­deur par une atmo­sphères silen­cieuse et cette mise en scène du réel le plus simple.

Ces pho­to­gra­phies sou­lignent des accoin­tances sou­ter­raines avec la pic­tu­ra­lité en réponse à la réa­lité et sans pour autant réduire la pho­to­gra­phie à un sous-produit de la pein­ture.
L’enfant veille ici sur sa mère dans un ren­ver­se­ment des rôles où celui qui fut engen­dré devient le créateur.

jean-paul gavard-perret

Paul Gra­ham, Mother, Mack, Londres, 2016, 60 p. — 40,50 £.

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, En d'autres temps / En marge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>