Jean Hugo, L’illustrateur de son temps & Le porteur de paysage (exposition)

Aris­to­cra­tie du paysage

Jean Hugo demeura tout au long de sa vie un peintre et écri­vain modeste et dis­cret. Son oeuvre un temps qua­si­ment oubliée réap­pa­raît peu à peu. Les expo­si­tions de Nîmes le confirment. Même si un de ses titres est res­tric­tif : Jean Hugo fut plus qu’un “illus­tra­teur de son temps”, il sut créer un style voire un lan­gage pic­tu­ral recon­nais­sable parmi tous.
L’arrière-petit-fils de Vic­tor Hugo a sans doute subi l’ombre de son aïeul. Sol­dat pen­dant la guerre de 14–18, il fut témoin de scènes atroces et fut chargé de répri­mer une muti­ne­rie. Entre deux assauts, il  conti­nua à apprendre son art et cer­tains de ses des­sins dont “Mai­son en ruine à La Tar­gette” témoignent de l’horreur au moment même où le peintre  invente le  dépouille­ment des lignes et des formes.

Rede­venu civil, il pour­suit dans la même veine et renoue avec  ses rela­tions et amis : Jean Coc­teau, Radi­guet, Max Jacob, Picasso, Paul Morand, Valen­tine Gross, Georges Auric, Proust. Mais sur­tout Jacques et Raïssa Mari­tain qui furent à l’origine de sa conver­sion au catho­li­cisme, Dès le début des années 30, il quitte Paris pour le mas de Fourques hérité de sa grand-mère, à Lunel.
Il crée lui-même ses cou­leurs en tra­vaillant à par­tir de l’oeuf, comme Van Eyck le fit. Cer­tains ont qua­li­fié son art de naïf et l’ont com­paré à celui du doua­nier Rous­seau. Mais de fait il existe là une erreur d’interprétation.

Chez un tel “enlu­mi­neur” (Coc­teau), la vérité du quo­ti­dien éclate. Le tout en dehors des modes et écoles de l’époque. Existe une aris­to­cra­tie du pay­sage de la nature que Jean Hugo semble lais­ser vivre comme à son insu.
Cela donne à sa pein­ture une vita­lité neuve où se réin­ter­prète le réel dans un mer­veilleux plus proche que lointain.

jean-paul gavard-perret

Jean Hugo, L’illustrateur de son temps & Le por­teur de pay­sage, Biblio­thèque Carré d’Art et Musée des Beaux-Arts, Nîmes, du 14 juin au 22 sep­tembre 2019.

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>