Jean-Benoît Puech, Moonfleet 1947

En des terres inconnues…

Jean-Benoît Puech résume et com­mente un roman que plu­sieurs cinéastes et bédéistes contem­po­rains ont été ten­tés de por­ter à l’image. Celui de Marc Mes­sa­ger inti­tulé Cargo du cré­pus­cule (1962). Ce roman est autant d’Histoire que d’aventure. Il se situe en bord de la Médi­ter­ra­née juste après la fin de la Seconde Guerre Mon­diale. Mais, très vite, il décolle vers un mer­veilleux d’un genre par­ti­cu­lier : une bande de gang­sters s’introduit dans le châ­teau d’une Belle endor­mie, à la recherche d’un tré­sor mais — au moins pour l’un des mal­frats — pas seule­ment.
Et Puech de pré­ci­ser : “Que le lec­teur ama­teur d’accostages intré­pides sur les rives de l’aventure sup­porte avec patience, comme une longue tra­ver­sée, la dis­ser­ta­tion d’un docte voya­geur”. Existe donc une “imi­ta­tion” au voyage sans aller vers les îles per­dues de la Sonde ou d’autres lieux exo­tiques. Per­durent tou­te­fois des diva­ga­tions en des terres incon­nues que “l’étude aus­tère” du com­men­ta­teur ouvre par contraste vers les mys­tères d’une fable que peu ont lu lors de sa publi­ca­tion et au moment où la fic­tion sem­blait avoir d’autres che­mins à arpen­ter.
Aux éter­nels détours de Mes­sa­ger répondent ceux de Puech.

Il convient de sou­li­gner que l’écriture d’un tel élève dépasse celle du maître dont l’écriture est pla­te­ment dis­cur­sive. Nous assis­tons donc à un superbe ren­ver­se­ment. Il est plus judi­cieux  de s’arrêter sur ce beau texte plu­tôt que de se rap­por­ter à la fic­tion géné­rique plu­tôt fade et anec­do­tique. A la relec­ture de ce roman qui ne tient que par l’histoire, la prose remet à jour un joyau quel­conque.
Cher à son optique du déca­lage comme il l’avait fait avec son Louis-René des Forêts, roman (extraits d’un jour­nal intime consa­crés à l’auteur du Bavard), il réin­vente ceux et ce dont il parle. Emerge donc une œuvre de fic­tion spé­ci­fique par une écri­ture altière. Elle pro­duit  une réflexion sur le sens des représentations.

jean-paul gavard-perret

Jean-Benoît Puech, Moon­fleet 1947, Fata Mor­gana, Font­froide le Haut, 2019, 80 p. — 14,00 €.

1 Comment

Filed under Poésie, Romans

One Response to Jean-Benoît Puech, Moonfleet 1947

  1. Pingback: #PartageTaVeille | 10/06/2019 – Les miscellanées d'Usva

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>