Christian Prigent, Poésie sur Place

La poé­sie “sonore” de Chris­tian Prigent

Avec Valère Nova­rina, Prigent est un des deux poètes de la voix  qui ne sacri­fie pas pour autant le sens. Certes l’un et l’autre ont le goût de la per­for­mance mais leurs écrits font masse de sens même si le pauvre  se retrouve dans de beaux draps et tous ses états. Il y a aussi dans la façon de “dire” de la litur­gie et du jazz plus que du slam ou du rap. Ques­tion de géné­ra­tion diront cer­tains. Voire… Ils sont à leur manière nègre blanc de la langue et offi­ciant là où ça pulse et impulse.
Sou­vent, Prigent prend par sur­prise comme s’il se chauf­fait d’abord la voix pour dire ce qui n’est en rien des matières de rêves mais des matières fécales ou encore des remugles, non de sa voix mais du corps d’un monde aussi repus d’un côté qu’en mau­vais état de l’autre.

La sophis­ti­ca­tion du dis­cours passe par l’harmonium de la souf­fle­rie. Elle fait éprou­ver phy­si­que­ment ce que par­ler veut dire là où tout devient aussi angois­sant que fes­tif voire déso­pi­lant. Le “mononstre” y va de ses cou­plets anté­christ qui se chient par la bouche puisque chaque être est un des “par­lé­trons” comme le poète le rap­pela dès « l’écrit, le caca » dans le n° 10 de sa revue mythique TXT.
Repre­nant des textes épars lus et scan­dés, ce livre et son CD per­mettent  d’entrer dans le gueu­loir du poète. Il ne cesse comme Nova­rina déjà cité mais aussi Vee­rheg­gen et Que­neau avant eux de refor­mu­ler la langue mater­nelle quitte à la sodo­mi­ser un peu — his­toire de lui faire un enfant dans le dos.

Le tout est que ça jouisse et tout compte fait peu importe l’orifice. C’est une his­toire de pul­sion, une his­toire de bouche avec ou sans lèvres et qui se pousse elle-même  “bon pied, bon asthme”.
His­toire que la poé­sie ne soit plus bonne fille mais celle du diable.

jean-paul gavard-perret

Chris­tian Prigent, Poé­sie sur Place, Les presses du réel, col­lec­tion Al Dante, 2019, 112 p. — 15,00 €.

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Chapeau bas, Espaces ouverts, Poésie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>