Emmanuel Régniez, Madame Jules

Sacri­fice rituel

Belle musique que celle pro­po­sée par Emma­nuel Régniez. L’auteur épouse — entre autres —  le fémi­nin de l’être avec un jeu sub­til qui rap­pelle par­fois Mar­cel Aymé. Madame Jules a son “jules” qui est aussi son mari. Tout est donc par­fait puisque le couple coule et rou­coule le par­fait amour. Ce qui n’est pas aussi com­mun que ça.
Le livre pulse et impulse là où l’on sent néan­moins poindre des failles : lorsque le mari demande à son épouse “A quoi penses-tu ?”, elle répond “je pense à toi” — manière d’éluder la ques­tion d’autant que l’époux se garde de deman­der “Et tu en penses quoi ?”.

Les aimés aimants jouent ainsi les Fre­goli, les Gruss, le clown blanc et l’Auguste. Mais Madame Jules est désta­bi­li­sée sans le savoir depuis tou­jours. Mais elle ne le com­pren­dra qu’à la fin. Aupa­ra­vant, elle se ras­sure jusqu’à jouer l’autruche et faire appel à sa propre société secrète et à sa force occulte. D’autant qu’une “femme qui aime peut tout”. I
Mais ici les mots ’”aimer” et “tout” sont élas­tiques et valises. Rien pour­tant  d’approximatif ou de som­maire. Le ton est par­fois cru mais tou­jours allègre même dans la gra­vité des mono­logues inté­rieurs des deux membres de couple : ils font ce qu’ils peuvent avec leur vérité et leur moyen de s’acccrocher au mur.

Finale­ment, un accroc inter­vient. C’est ce qu’on appe­lait jadis une bif­fure (minime ?) sur le contrat de mariage. Il s’agit de s’ accom­mo­der d’une intra-alliance au nom d’une prin­cipe de soli­da­rité mari­tale. Mais cer­tains secrets remontent, nour­rissent l’incertitude. Voire plus. Et Régniez l’écrit de manière accom­plie.
Bref,  une nou­velle fois l’auteur étonne. Il prouve que si dans un couple il faut du plein, du dur, quelque chose sans fis­sure un cer­tain vide doit sacri­fier à quelque objet rituel une fois pour toutes (ou non).

jean-paul gavard-perret

Emma­nuel Régniez, Madame Jules, Le Tri­pode, Paris, 2019, 140 p. — 15, 00 €.

1 Comment

Filed under Chapeau bas, Erotisme, Romans

One Response to Emmanuel Régniez, Madame Jules

  1. Jeanne

    femme qui aime peut tout” et “homme qui aime?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>