Nicolas Duchêne (scénario) et Martin Duchêne (dessin), Crèvecœur — Tome 1 :“Prométhée”, Michel Fleuriet & Patrick Weber (scénario) ; Mauro Salvatori & Fabrizio Faina (dessin), Trust — Tome 1 : “Shanghai fusion”, Rémy Le Gall (scénario) et Frisco (dessin), Élysée république — Tome 1 : “Secret présidentiel”

Le rouge est à l’honneur, ce mois-ci. Syno­nyme de sang, de com­mu­nisme… de sang, surtout !

“Ligne rouge”, une des col­lec­tions de bandes des­si­nées de chez Cas­ter­man, pro­pose de nou­velles séries inté­res­santes et pour tous les goûts. Entre la très effrayante et gra­phi­que­ment réus­sie Crè­ve­cœur qui inau­gure une tri­lo­gie aux affaires très spé­ciales dans le milieu bruxel­lois, à Trust dont l’héroïne est cent pour cent eur­asienne, en pas­sant par celle que Le Jour­nal du Dimanche a bap­ti­sée la pre­mière fic­tion BD réa­liste sur la poli­tique fran­çaise, à savoir Ély­sée répu­blique, très peu de rap­port hor­mis le genre — poli­cier — et un thème com­mun : le monde pourri des affaires. Et c’est ainsi que, sou­vent, on fran­chit la ligne rouge…

N. & M. Duchêne, Crè­ve­cœur - Tome 1 :“Pro­mé­thée“

1929. La Loui­siane et son calme tran­quille sont déran­gés par la venue d’une belle et mys­té­rieuse femme qui ne semble pas subir le pas­sage du temps. Un homme qui la connaît bien, que sa visite trouble et qui aurait eu des rai­sons de se méfier, est vio­lem­ment poi­gnardé. Son coffre-fort est fouillé. Dans le même temps, à Bruxelles, un autre homme, tout aussi pros­père, du même âge, voit une tranche de son passé resur­gir. L’homme est aux abois, mais cela ne suf­fira pas. Sau­va­ge­ment assas­siné, il laisse le com­mis­saire Paul Bury pan­tois. La Bri­gade des mœurs est sur l’affaire et l’on sou­haite faire por­ter le cha­peau à un pauvre hère qui n’a eu d’autre mau­vaise idée que de se retrou­ver un peu trop sou­vent au mau­vais endroit au mau­vais moment. Notre mort laisse un héri­tage trou­blant. Une pen­dule cache un pas­sage qui mène tout droit à une vaste pièce riche­ment et sala­ce­ment ornée. Un tableau, une fresque reli­gieuse sur le mur prin­ci­pal. Sauf que la Vierge et les Apôtres ont des visages bien réels. Et que le mort en fait par­tie. Lui et un autre futur mort. Bref, l’énigme est totale. Et de sinistres indi­vi­dus trouvent que ce com­mis­saire, féru de para­nor­mal, devient bien trop dérangeant.

Nico­las (au des­sin) et Mar­tin (au scé­na­rio) Duchêne réa­lisent ici le pre­mier volet d’une tri­lo­gie qui pro­met. Le gra­phisme est à la hau­teur du scé­na­rio et se prête bien à l’ambiance sur­na­tu­relle qui se dégage de ce Bruxelles de la crise éco­no­mique et qui n’est pas sans rap­pe­ler le Paris où évo­lue l’Adèle Blanc-Sec de Jacques Tardi. Vran­ken est un per­son­nage qui incarne par­fai­te­ment toutes les déchéances, à l’inverse, la mys­té­rieuse assas­sine qui se pré­lasse après un ultime crime en porte-jarretelle, cuir noir et tatouage à l’épaule gauche hau­te­ment éro­tique (l’évocation du tatouage, pas la rose qu’il repré­sente), elle, est l’incarnation même du diable mal­gré — ou à cause de - sa beauté. À moins qu’elle ne soit tout sim­ple­ment un bras vengeur…


M. Fleu­riet & P. Weber ; M. Sal­va­tori & F. Faina, Trust — Tome 1 : “Shan­ghai fusion”

Shan est née en Chine. Une mère fran­çaise, un père chi­nois, une sépa­ra­tion sur base idéo­lo­gique au len­de­main de Tian An Men. Des années après, Shan tra­vaille pour Future, une entre­prise de pointe. Shan est une très belle femme. Un malo­tru de pre­mière la har­cèle sans sub­ti­lité. Alors, elle accepte de retour­ner en Chine, à Shan­ghai, pour vendre un pro­jet. Le com­mu­nisme est bel et bien mort. Shan découvre l’assimilation du capi­ta­lisme par un pays tou­jours en mou­ve­ment. La cor­rup­tion est mon­naie cou­rante. Comme les enlè­ve­ments et les super­che­ries. Quand le richis­sime Ming Huang est cap­turé sous ses yeux, Shan ne sait que pen­ser. D’autant que des pho­tos le mon­trant jouis­sant de vacances sur une plage lui arrivent très vite entre les mains. Seule­ment voilà, ces pho­tos ont été ame­nées par un ban­quier dou­teux qui accepte toutes les condi­tions de vente du pro­jet. Cette offre rebute encore plus Shan quand son har­ce­leur de col­lègue débarque à son tour en Chine et la pousse à conclure l’offre.

Avec Shan­ghai fusion, le monde de la finance et celui de la bande des­si­née sont à l’honneur. Car Shan­ghai fusion est un rap­pro­che­ment plu­tôt sur­pre­nant : les Ita­liens Mauro Sal­va­tori et Fabri­zio Faina se sont atte­lés au gra­phisme, on doit le scé­na­rio au Belge Patrick Weber et le Fran­çais Michel Fleu­riet a apporté la touche “finance” –il est un spé­cia­liste en la matière pour avoir dirigé de grands éta­blis­se­ments comme HSBC France. Ce pre­mier épi­sode de Trust est la par­faite occa­sion pour en apprendre un peu plus sur les fusions d’entreprises et sur les dif­fé­rentes magouilles. Le trait est soi­gneux, Shan est une héroïne plu­tôt sym­pa­thique, pour­vue d’un cha­risme qui mar­quera le lecteur.


R. Le Gall & Frisco, Ély­sée répu­blique — Tome 1 : “Secret pré­si­den­tiel“


Cons­tant Kérel est député du Mor­bi­han. Brillant, jeune et cha­ris­ma­tique, il n’a pas encore été cor­rompu par le pou­voir et semble être le futur can­di­dat de l’opposition à l’élection pré­si­den­tielle. Il est contacté par une femme sédui­sante qui a été témoin du meurtre de son amant dans un cabi­net d’avocats. Meurtre com­mis par celui qui allait deve­nir le Pré­sident de la répu­blique dans un moment où le sang-froid aurait dû être de mise. La pre­mière ren­contre entre Constant et Cathe­rine est de celle qui met en confiance. Lorsque la belle incon­nue l’accoste sur le pont des Arts, elle échappe de peu à un tireur d’élite. La suite n’est qu’aventures en folie agré­men­tées du rapt de la fille, Mar­got, du député qui se retourne alors vers ses amis japo­nais, pour finir sur un bord de plage. Car l’entourage du Pré­sident sent poindre la menace de ce témoin déran­geant. Et si le Pré­sident sent les évé­ne­ments lui échap­per, il est prêt à tout sacri­fier pour ten­ter de recol­ler les mor­ceaux. Et ce n’est sûre­ment pas ce petit blanc-bec de Kérel qui va l’en empê­cher. Une bataille ter­rible a lieu où tous les coups sont per­mis, mais la guerre ne fait que commencer !

Les des­sins de Frisco sont très réa­listes, dans la veine de XIII et autres Alpha. Les dia­logues sont abon­dants et par­se­més de sigles expli­qués en bas de page ainsi que de termes japo­nais — intro­duc­tion des Yaku­zas oblige. Peut-être bien la pre­mière BD sur la poli­tique fran­çaise avec une dimen­sion ken­né­dienne qui nous pro­met, outre un com­plot aux rami­fi­ca­tions mul­tiples, une trame des plus sen­ti­men­tales pour une des­ti­née hors du com­mun. Rémy Le Gall signe un départ remar­qué. Cet homme habi­tué à pré­pa­rer les hommes poli­tiques à affron­ter les médias uti­lise la matière de son expé­rience pour remi­ser Largo Winch au rayon des com­plots pour enfants.

julien védrenne

   
 

-  Nico­las Duchêne (scé­na­rio) et Mar­tin Duchêne (des­sin), Crè­ve­cœur — Tome 1 :“Pro­mé­thée”, Cas­ter­man coll. “Ligne rouge”, mars 2007, 48 p. — 9,80 €.
-  Michel Fleu­riet & Patrick Weber (scé­na­rio) ; Mauro Sal­va­tori & Fabri­zio Faina (des­sin), Trust — Tome 1 : “Shan­ghai fusion”, Cas­ter­man coll. “Ligne rouge”, février 2007, 48 p. — 9,80 €.
-  Rémy Le Gall (scé­na­rio) et Frisco (des­sin), Ély­sée répu­blique — Tome 1 : “Secret pré­si­den­tiel”, Cas­ter­man coll. “Ligne rouge”, février 2007, 48 p. — 9,80 €.

Leave a Comment

Filed under Bande dessinée, Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>