Marion Barat, Polaroids

Paysages avec dépaysements

Grâce aux pola­roïds de Marion Barat, le pay­sage com­mence là où il absorbe ou dis­sout en lui les pré­sences humaines. Il n’existe ni prin­cesses ni dieux mais un dia­logue avec le lieu tel qu’il est. Lequel reste tout entier en sa propre pré­oc­cu­pa­tion et le Pola­roïd se perd en lui à mesure que la voya­geuse ou la pro­me­neuse s’en rap­proche.
La pho­to­graphe ne cherche pas à l’embellir mais à ren­trer dans son cadre que les cou­leurs du Pola­roïd modi­fient. Si bien que nous res­tons dans les réfé­rences du connu …et pour­tant sur­git un autre point de vue.

Si le pay­sage est à lui-même toute pré­sence, sa prise ne se veut pas un point de vue “dis­tin­gué” même s’il trouve chez la pho­to­graphe un lan­gage par­ti­cu­lier. Marion Barat crée des angles non sur une contrée mais sur un sur­gis­se­ment qui ne ren­voient à rien d’autre que cette pré­sen­ta­tion. Le genre pay­sa­ger échappe à toute vision théo­lo­gique, poli­tique, éco­no­mique ou morale. Il débouche sur un avoir-lieu de lui-même.
Il nous place non devant mais en lui sans se pré­oc­cu­per “des grands espaces ou des grands lieux qui font rêver l’éternité” (Chateaubriand).

Bref, le pay­sage devient le lieu de l’étrangeté et de l’étrangement. C’est à la fois un déchi­re­ment et une sépa­ra­tion du réel au sein d’une réa­lité sou­mise au dépay­se­ment du lan­gage pho­to­gra­phique le plus simple mais le plus pro­fond aussi lorsqu’il devient un choix assumé et flé­ché dans le sens d’une poétique.

jean-paul gavard-perret

Marion Barat, Pola­roids, Edi­tions Cor­ri­dor Elé­phant, Paris, 2019.
Pré­vente sur le site Cor­ri­dor Ele­phant.

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>