Baptiste Beaulieu, Alors voilà — Les 1001 vies des Urgences

Le cœur der­rière la blouse blanche

A
lors voilà — Les 1001 vies des Urgences
, est le pre­mier roman de Bap­tiste Beau­lieu, méde­cin géné­ra­liste à Tou­louse. Au départ un blog d’anecdotes de soi­gnants que l’auteur récolte et réécrit, Alors voilà se fait publier chez Fayard en 2013. Connu à la fois pour son blog, ses livres, mais aussi pour ses chro­niques parais­sant dans le Huf­fing­ton Post et sur France Inter, Bap­tiste Beau­lieu tente de récon­ci­lier le milieu médi­cal et les patients, chose dif­fi­cile étant donné la vio­lence et le sexisme vécus et dénon­cés par beau­coup de patientes sur le Net ces temps-ci.


Alors voilà — Les 1001 vies des Urgences, c’est une semaine dans la vie d’un jeune interne à hôpi­tal, entre le ser­vice des urgences et le cin­quième étage où se déroulent les soins pal­lia­tifs, racon­tant à une patiente en stade ter­mi­nal des anec­dotes drôles et émou­vantes sur les soi­gnants et patients évo­luant autour de lui. Pour­quoi lui racon­ter ces his­toires ? Parce qu’elle attend son fils, coincé à Reyk­ja­vik à cause d’un vol­can, et qu’elle ne sou­haite pas mou­rir avant son retour…
On découvre alors toute la vie — et la mort — qui défile dans un hôpi­tal, et les cœurs qui se cachent der­rière les blouses blanches.

Petit roman, mais grand par la palette d’histoires et d’émotions qu’il nous livre. On passe du rire aux larmes, on s’attendrit, on s’inquiète, on vit avec le nar­ra­teur durant 300 pages, et quand la fin s’approche, on tourne les pages avec pré­cau­tion et len­teur… Bap­tiste Beau­lieu a une plume juste, par­fois poé­tique, par­fois vul­gaire, mais tou­jours pleine d’humour et d’amour. Cet amour, on le sent pour son métier, pour ses col­lègues, pour ses patients, pour la vie, et il agit comme un baume au cœur pour le lec­teur.
Ce livre, qui marque pro­fon­dé­ment l’esprit, per­met de faire un lien entre les soi­gnants et les (futurs) patients ; de rap­pe­ler aux méde­cins que der­rière chaque bles­sure se trouve une per­sonne et son his­toire, et aux patients que der­rière chaque méde­cin il y a un être humain qui est sans doute debout depuis 24 heures.

L’auteur ramène ainsi de l’humanité dans le milieu hos­pi­ta­lier, et prouve qu’on peut être méde­cin sans avoir dû faire une croix sur son empathie.

fanny s.

Bap­tiste Beau­lieu,  Alors voilà — Les 1001 vies des Urgences, Le Livre de Poche, février 2015, 312 p. — 7, 70 €.

Leave a Comment

Filed under En d'autres temps / En marge, Poches

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>