Jannis Kounellis, Les manteaux (exposition)

Les sur­faces utiles de Jan­nis Kounellis

En guise de quasi conclu­sion à son oeuvre, Jan­nis Kou­nel­lis a réa­lisé dans l’atelier Albi­cocco d’Udine une suite impres­sion­nante de douze grandes gra­vures. Il s’agit de reli­quaires plas­tiques de pelisses ou plus exac­te­ment de man­teaux. L’être en est sorti mais sa pré­sence rampe comme dans toute l’oeuvre où le plas­ti­cien s’est sou­vent amusé à repro­duire des habits (cha­peaux, etc.) sans niveaux, ni maîtres.
Est mis à l’honneur le carac­tère typo­gra­phique étrange lié uti­lisé aux tac­tiques de repro­duc­tion. À la pour­suite des expé­ri­men­ta­tions économico-éditoriales, l’artiste pro­pose une fois de plus détour­ne­ments et détours qui échappent à la voix nor­ma­tive de nar­ra­tion. C’est une forme de pra­tique bru­ta­liste et poé­tique dans l’acte de construire un ter­rain de jeu.

L’humour exprime une gra­vité à grande échelle avec ruse et en douce. Il est ques­tion de jouer entre l’art et la débrouille au moyen des objets les plus tri­viaux. Mais ils ren­ferment un musée de l’homme dans un par­cours qui ” pêle-mêle” les grands thèmes de l’histoire de l’art en un nœud de lan­gages plai­sant à défaire.

jean-paul gavard-perret

Jan­nis Kou­nel­lis, Les man­teaux, Gale­rie Lelong & Co, Paris, du 24 jan­vier au 9 mars 2019.
La Gale­rie Lelong & Co. publie en para­lèle un impor­tant entre­tien de Kou­nel­lis avec Jérôme Sans.

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Echos d'Italie / Echi dell'Italia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>