Kid Toussaint & Servain, Holly Ann – t.04 : “L’Année du dragon”

Marron­nage et opium…

Avec le Ku Klux Klan, il y a tou­jours une intrigue pos­sible. Ici, les actions de ces “cou­ra­geux” cagou­lés portent sur le mar­ron­nage. Le terme de mar­ron est issu de l’espagnol
qui se tra­duit par fuir, s’échapper. Ini­tia­le­ment ce mot s’appliquait aux ani­maux domes­tiques en fuite et qui deve­naient sau­vages. Il a été employé dans les colo­nies, dans les États du Sud des USA, aux blancs qui par­taient, face aux mau­vaises condi­tions de tra­vail, avant de s’appliquer aux esclaves noirs qui s’échappaient de chez leur maître. Si ce mou­ve­ment a été anec­do­tique, il atteint un haut niveau au XVIIIe siècle ame­nant les fuyards à consti­tuer de véri­tables vil­lages, communautés.

Holly et Lando, gui­dés par Nysa, s’enfoncent dans le bayou à la recherche de l’île où se sont réfu­giés des esclaves noirs en fuite. Les Mar­rons y ont formé une colo­nie très dis­crète. Lorsqu’ils abordent, ils dis­tinguent des cadavres. Tout le vil­lage a été mas­sa­cré. Holly sus­pecte un retour du Klan, hypo­thèse étayée par la décou­verte de la “célèbre” cagoule. Nysa découvre, sur les lieux, un fla­con avec une éti­quette sym­bo­li­sant un dra­gon noir. Holly se sou­vient, il y a sept ans, de sa ren­contre avec un chas­seur du nom d’Ezekiel Duroy, dans un bar de Sto­ry­ville. Ils avaient fait connais­sance, puis elle l’avait invité chez elle pour qu’il lui raconte ses exploits.
Elle se lance sur la piste du dra­gon noir, cet opium très for­te­ment dosé, per­sua­dée qu’il est en lien avec le mas­sacre. C’est Tony le croque-mort qui a, un temps, trempé dans le tra­fic d’opium qui lui livre un nom dans Chi­na­town,  Gao Wang ou Wang Gao, il ne sait plus avec pré­ci­sion. Ces Chi­nois sont tel­le­ment com­pli­qués et ils se res­semblent tous. Mais qui dit tra­fics dit dan­gers et sur la route de l’intrépide jeune femme ils ne man­que­ront pas…

Avec Holly Ann, cette jeune femme qui exerce des fonc­tions d’enquêtrice ama­teur dans la Nouvelle-Orléans, le scé­na­riste fait acte d’historien appuyant ses intrigues sur des situa­tions réelles dans la région. Le mar­ron­nage, le tra­fic d’opium, le par­tage du ter­ri­toire en paroisses, la traque des fuyards… Mais, Holly Ann a un léger défaut, elle ne peut se lier à quelqu’un sans lui prendre quelque chose. Ainsi, lorsqu’elle s’est rap­pro­chée d’Ezekiel elle lui a ôté son talent de tra­queur, celui-ci ne l’utilisant plus que pour des causes pitoyables.
Le des­sin de Ser­vain sert magni­fi­que­ment le scé­na­rio, syn­thé­tique, semi-réaliste, il res­ti­tue l’atmosphère des lieux, les sen­ti­ments des pro­ta­go­nistes de belle manière. Son trait sub­til, gra­cile, donne une impres­sion de légè­reté qui convient fort à l’esprit de récit, au carac­tère de l’héroïne, dans ces bayous embrumés.

Ce qua­trième tome assoit la série dans une qua­lité qui se ren­force d’album en album. Le choix et le trai­te­ment des intrigues, l’héroïne et la gale­rie de per­son­nages qui l’entoure, le cadre et le gra­phisme forment une com­po­si­tion que l’on a grand plai­sir à retrouver.

serge per­raud

Kid Tous­saint (scé­na­rio) & Ser­vain (des­sin et cou­leurs), Holly Ann – t.04 : L’Année du dra­gon, Cas­ter­man, sep­tembre 2018, 48 p. – 13,95 €.

 

Leave a Comment

Filed under Bande dessinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>