Andréas (dessin et scénario) / Isabelle Cochet (couleurs), Capricorne — Tome 9 : “Le Passage”

Un double album qui marque un véri­table tour­nant dans les aven­tures du mys­té­rieux astrologue…

Astro­logue, Capri­corne l’est assu­ré­ment… Mais ses aven­tures l’ont mené bien loin de la lec­ture des astres et sa vie semble échap­per à toute ten­ta­tive de pré­dic­tion. Avec “Le Pas­sage”, un album double et géné­reux en actions, on va enfin en apprendre un peu — rien qu’un peu — sur le mys­té­rieux per­son­nage lui-même.

Dans la pre­mière par­tie, Capri­corne s’introduit dans le diri­geable qui doit conduire quelques hauts digni­taires du Concept auprès des “Trois”, troïka qui dirige et mani­pule l’organisation hon­nie à dis­tance. À bord, la lutte d’influence entre hommes d’action et membres de la CSP (la police poli­tique du Concept) fait rage. Quant à notre héros, il va bien entendu retrou­ver son meilleur ennemi et alter ego : Mor­dor Gott.

La seconde par­tie narre l’arrivée dans le domaine des “Trois”, la ren­contre de tous les pro­ta­go­nistes avec les­dits véné­rables, et explose dans une apo­théose finale avec les révé­la­tions lit­té­ra­le­ment assé­nées par ces mêmes vénérables.

À noter que l’éditeur et l’auteur offrent en prime au lec­teur, entre les deux par­ties de l’album, une courte his­toire en noir et blanc. Cette der­nière, si elle ne semble pas avoir grand rap­port avec l’intrigue géné­rale à sa pre­mière lec­ture, éclaire joli­ment la conclu­sion de ce neu­vième opus mais aussi l’ensemble de la série.

Dans cet album, Capri­corne prend une tour­nure étran­ge­ment thor­ga­lesque… On pas­sera sur les “Trois” qui, par leur dimen­sion de démiurges fous, évoquent tout de suite les trois vieillards du pays d’Aran. Et le héros d’Andréas, tout comme celui de Rosinski et Van Hamme, est mani­fes­te­ment fati­gué des épreuves qui lui sont impo­sées par la vie. L’auteur a d’ailleurs choisi de lais­ser à son per­son­nage le soin de com­men­ter en voix off l’ensemble de l’album. Dès les planches d’ouverture, l’astrologue s’interroge sur ce qu’il est, sa façon d’appréhender la vie, le des­tin du monde… etc. Et les ques­tions méta­phy­siques revien­dront régu­liè­re­ment tout au long de cette cen­taine de pages. Andréas prend aussi le parti de trans­mettre un mes­sage poli­tique fort. À tra­vers la mon­tée en puis­sance de CSP, c’est à l’évidence les dan­gers des idéo­lo­gies — fas­cistes en par­ti­cu­lier — qu’il dénonce. De même, en dévoi­lant les ori­gines du Concept, il délaisse momen­ta­né­ment les intrigues éso­té­riques pour illus­trer une folie typi­que­ment humaine : l’insatisfaction et le tro­pisme vers le chaos qui carac­té­risent toutes nos socié­tés. Bref, dans ce double album, Capri­corne — impuis­sant face aux évé­ne­ments — prend le temps de la réflexion, et celle-ci ne le mène pas à l’optimisme.

Avant de conclure, rap­pe­lons la vir­tuo­sité gra­phique d’Andréas. Dès sa pre­mière planche, et sur­tout avec la double qui suit, le lec­teur est saisi. On ne peut qu’apprécier le décou­page extrê­me­ment pré­cis dans lequel l’auteur excelle. Quant aux huit planches en noir et blanc, elles per­met­tront aux ama­teurs de goû­ter la pureté de son trait, celle qu’il exprime avec peut-être encore plus de talent dans des per­son­nages comme Rork (au Lom­bard tou­jours) ou Crom­well Stone chez Delcourt.

Quoi qu’il en soit, cette his­toire un peu triste est mar­quée pour Capri­corne par la décou­verte de son iden­tité et la dis­pa­ri­tion de per­son­nages majeurs de la série. Il s’agit donc clai­re­ment d’un tour­nant que l’auteur impose à son œuvre. Retournera-t-il à ses amours love­craf­tiennes, ou va-t-il conti­nuer dans cette nou­velle veine plus cen­trée sur la psy­cho­lo­gie de ses personnages ?

Mar­tin Zeller

   
 

Andréas (des­sin et scé­na­rio) / Isa­belle Cochet (cou­leurs), Capri­corne — Tome 9 : “Le Pas­sage”, Le Lom­bard, Août 2004, 100 p. — 18,00 €.

Leave a Comment

Filed under Bande dessinée, Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>