Charlotte Delbo, Une connaissance inutile — Mesure de nos jours (Auschwitz et après IIIII)

Dans l’abîme et après

Rien ne fait que le réel puisse s’épuiser dans les mots lorsqu’il s’agit de l’expérience des camps vécue par Char­lotte Delbo. Après deux livres où elle évo­quait cette expé­rience de manière plus géné­rale, elle parle ici d’elle : dans le coeur de l’horreur et le retour à une vie qui ne pou­vait plus être nor­male. Rare­ment — même si l’épreuve est intrans­mis­sible — nous allons si loin dans l’expérience de l’horreur, de la dou­leur et de la perte. Aucun pathos cepen­dant — ce serait mini­mi­ser ce qui fut dans les camps et après dans ce que l’auteure et ceux qui l’entouraient ont vécu.
Néan­moins et parce que les mots ne sont ni la mai­son de Dieu ni celle du réel, la ren­contre avec l’oeuvre garde une pers­pec­tive indé­pas­sable et qui en fait le prix. Elle cerne la com­plexité de l’être là-bas d’abord puis ici ensuite : le désir et la mort, le mas­cu­lin et le fémi­nin sont mis à nu sans souci de leçon.

Existent des approches, des attentes, des mon­tées, des des­centes dans divers cir­cuits de reprises et de cir­cu­la­tions par ce que la lit­té­ra­ture, lorsqu’elle est pous­sée à ce point, ouvre. Elle porte atteinte à tout ce qu’on croit savoir au sein d’un mou­ve­ment vers un assem­blage peut-être impos­sible. L’apparition est non seule­ment tra­gique mais  trouble, confuse.
Dans l’abîme et après : pas de lumière — au mieux le noir (sur le blanc) mais afin qu’il devienne un peu moins noir par ce qui s’érige : frag­ments de corps sus­pen­dus, bouche sans lèvres. La lit­té­ra­ture au-delà du simple témoi­gnage capte sur­tout la latence, le creux de vie. Le souffle qui s’émet s’écrase mais fait que les mots « avancent », répon­dant au silence et à la mort. Celle des autres et ce qu’elle défait sur ceux qui sont res­tés en vie. Enfin presque.

jean-paul gavard-perret

Char­lotte Delbo, Une connais­sance inutile — Mesure de nos jours (Ausch­witz et après II, III), édi­tions de Minuit, Paris, 2018. Col­lec­tion “double”, 2018, 336 p. — 9,00 €.

Leave a Comment

Filed under Essais / Documents / Biographies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>