Marc Roche, Le Brexit va réussir

L’his­toire ne s’arrête jamais

Depuis l’annonce de la vic­toire du Leave au réfé­ren­dum du 23 juin 2016, la messe médiatico-politique est dite : le Brexit entraî­nera le Royaume-Uni dans la ruine éco­no­mique et la misère. Un retour à l’âge de pierre. Impos­sible d’échapper à ce dogme. On lira donc avec empres­se­ment et plai­sir l’essai per­cu­tant de Marc Roche, jour­na­liste très bon connais­seur du royaume, qui ne peut pas être sus­pecté d’être un sou­ve­rai­niste raciste, xéno­phobe, popu­liste et j’en oublie… !
Il faut tout d’abord remar­quer que Marc Roche fait preuve d’une hon­nê­teté intel­lec­tuelle raris­sime. Euro­phile, par­ti­san convaincu du Remain, il recon­naît n’avoir rien vu venir pour la simple et bonne rai­son qu’il vivait, comme tant d’autres, dans une bulle : celle des gagnants de la mon­dia­li­sa­tion évo­luant dans les grandes villes cos­mo­po­lites, dans l’univers sans-frontiériste de la City et du mul­ti­cul­tu­ra­lisme. Le 23 juin 2016 a été pour lui un jour noir.

Et pour­tant, avec finesse et intel­li­gence, il a ana­lysé et com­pris – sans se renier pour autant – les res­sorts de ce vote abso­lu­ment his­to­rique. Sa maî­trise de l’histoire du peuple anglais forge sa convic­tion : le Brexit sera une réus­site pour le Royaume-Uni. Car qui peut ima­gi­ner que les Anglais s’engageraient dans une voie sans issue ? Avec leur déter­mi­na­tion cou­tu­mière, leur sens inné de la négo­cia­tion diplo­ma­tique et leur dupli­cité légen­daire, ils s’apprêtent à trans­for­mer l’essai.
Le royaume res­tera un phare de la créa­tion cultu­relle, ses brillantes uni­ver­si­tés – même avec des droits d’inscription fara­mi­neux – conti­nue­ront d’attirer les meilleurs étu­diants, la City tout comme le sec­teur agri­cole tire­ront pro­fit de la rup­ture avec la poin­tilleuse Bruxelles, le monde entre­pre­neu­rial regar­dera encore plus vers le grand large et le monde.

L’éco­no­mie bri­tan­nique conserve en effet trois belles cartes en main : la déré­gle­men­ta­tion du mar­ché du tra­vail, des centres off­shores et un Etat-Providence mini­ma­liste. A cela s’ajoute la puis­sance que donne le pou­voir de choi­sir ses immi­grés. On avait pré­dit aux élec­teurs une catas­trophe éco­no­mique en cas de suc­cès du Leave. Ils s’en sont moqués et elle n’est pas arri­vée. Car le cœur du pro­blème était iden­ti­taire, natio­nal, sou­ve­rai­niste. La nation et la démo­cra­tie tou­jours indis­so­ciables.
Autre inté­rêt du livre et non des moindres : l’analyse toute en finesse de la reine Eli­za­beth II. A contre-pied des thèses actuelles, Marc Roche est per­suadé qu’elle sou­tient, comme une bonne par­tie de la famille royale, la sor­tie de l’UE. Car tout son uni­vers repose sur des valeurs et un mode de vie aux anti­podes de l’univers cos­mo­po­lite et super­fi­ciel des élites urbaines. La Cou­ronne s’enracine dans le petit peuple. Celui qui a lar­gué les amarres.

Quel grand peuple !

fre­de­ric le moal

Marc Roche, Le Brexit va réus­sir, Albin Michel, 2018, 233 p. — 18,50 €.

Leave a Comment

Filed under Essais / Documents / Biographies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>