Christine Angot, Un tournant de vie — Rentrée 208

Chris­tine Angot, la comé­die de l’ordre

Chris­tine Angot est cli­vante. On se demande pour­quoi. Elle ne mérite ni verges ni louanges. Son auto­fic­tion suit son cours à la recherche de ce qui don­ne­rait consis­tance aux sil­houettes éva­nes­centes de ses fan­tômes sen­ti­men­taux. Les “ restes ” qu’elle en pro­pose ne disent pas for­cé­ment des états d’un passé mais plus cer­tai­ne­ment d’un pré­sent et ils ne sont pas sans inté­rêt, sur­tout lorsque nt paraît.
Il y a là des éclats de vie (sans aller jusqu’aux affres) qui ont l’avantage d’éviter tous coups ou esbroufes. L’écriture se veut à des­sein pauvre, osseuse dans une simple vio­lence, une attaque sui­vie de déchi­re­ment ou de dépouille­ment que déploient le geste créa­teur, ses manières et matières d’escarpements.

Mais c’est là où le bât blesse. Depuis ses pre­miers textes l’auteure cherche ce qu’ont réussi Céline jadis et Beckett et Duras plus près de nous. Une musique mini­ma­liste qui tient le monde et un « absolu » de l’être dans les mots les plus simples. A l’intérieur de leurs contours, de leurs prises, de leurs cadres Chris­tine Angot rêve de créer un laby­rinthe qui ondule entre l’ordre du dehors (réa­lité) et le désordre du dedans (écri­ture).
Ce qui s’inscrit se vou­drait moins de la repré­sen­ta­tion que la pré­sen­ta­tion de l’ineffable. Néan­moins, l’épure reste à l’état de per­pé­tuelle esquisse. Cela peut se lire sans appé­tit comme tom­ber des mains là où — comme aurait pu dire Léon Bloy s’il avait connu sa consoeur — se res­sent « un des­tin reli­gieux dans une âme unique ». Mais les mys­tères les plus redou­tables que Chris­tine Angot tente de faire « son­ner » res­tent plu­tôt sourds. Cela, répétons-le, ne mérite ni cou­ron­ne­ment ni crucifixion.

Reste l’attente d’une musique réel­le­ment unique qui tarde à venir. Atten­dons le pro­chain virage.

jean-paul gavard-perret

Chris­tine Angot, Un tour­nant de vie, Flam­ma­rion, août 2018, 192 p. — 18,00 €.

Leave a Comment

Filed under Romans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>