Clarisse Gorokhof, Casse-gueule

La nor­mo­sité

Etre à l’identique, être pareil aux autres bref ce que le psy­cha­na­lyste et musi­cien  Roland Meyer nomme « la nor­mo­sité » semblent essen­tiels. Qu’importe alors si le corps et son visage ne sont per­çus que comme condi­ment, parure, matière à pétrir. Mais quand une telle image défaille, les « choses » déraillent.
C’est ce qui arrive à Ava. Un inconnu en l’agressant lui a ravagé son visage. Il est devenu dif­forme. Elle refuse tou­te­fois de pas­ser sous le scal­pel d’un chi­rur­gien esthé­tique. Incons­ciem­ment ou presque, elle « apprend » à ne plus être un tro­phée d’usage. Elle se met sou­dain à s’exhiber avec jubi­la­tion et pro­vo­ca­tion tout en cher­chant à retrou­ver celui qui l’a agres­sée — c’est la par­tie moins convain­cante d’une telle fic­tion.
Néan­moins, Cla­risse Goro­khoff nous entraîne loin des hori­zons sacrés du confor­misme au moment où son héroïne — d’abord contrainte et for­cée — impose sa façon de voir et de se faire voir. Le tout dans une écri­ture fluide qui per­met de dire com­bien l’obsession de plaire aux autres est aussi celle de plaire à un autre plus féroce d’entre eux et qui est en elle-même.

Existe dans un tel roman une confron­ta­tion à divers types de cruauté. Elle éloigne de la chi­rur­gie du corps organe qui évo­lue sous le dik­tat de la « nor­mo­sité ». L’auteure comme son héroïne n’oublie pas que le corps est aussi voire sur­tout une idée du corps qui ne va pas sans repré­sen­ta­tion, image, dis­cours, idée.
Cette image échappe ici au nar­cis­sisme et à une filia­tion en posant le pro­blème de la recon­nais­sance. Et l’auteure prouve com­bien il existe de l’inatteignable en soi-même au-delà de toute fixa­tion spé­cu­laire du regard. Sou­dain la for­clu­sion échappe à la toute-puissance de Nar­cisse à tra­vers le for­çage du désa­gré­ment et la désa­cra­li­sa­tion d’un lissé autant per­son­nel que social.

jean-paul gavard-perret

Cla­risse Goro­khof,  Casse-gueule, Edi­tions Gal­li­mard, Paris, 240 p. — 18,50 €.

Leave a Comment

Filed under Romans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>