Claude Viallat, Les échelles de Nîmes (exposition)

Vial­lat au pied du même mur

Entre 1973 et 1976 –encom­bré par sa forme unique qui, tra­duite en pochoir, se répète à inter­valles régu­liers sur le sup­port, de gauche à droite hori­zon­ta­le­ment ou en dia­go­nale -, Claude Vial­lat la remit en ques­tion et tenta de la faire dis­pa­raître par le feu, la sola­ri­sa­tion, la dété­rio­ra­tion, la super­po­si­tion des cou­leurs. Il y par­vint avec son  Echelle de Venise, com­po­sée de lanières sépa­rées par des espaces vides.
Mais c’est alors qu’il réa­lisa que rien ne ser­vait de l’abandonner puisque ce n’était pas elle qui impor­tait mais le pro­ces­sus qu’elle engen­drait. Désor­mais, il mixte les deux pos­tu­la­tions par ses Echelles de Nîmes dans un retour sym­bo­lique en pays natal.

Du neutre enve­lop­pant du sup­port entouré des formes, l’artiste décante une spa­tia­lité par­ti­cu­lière. Exco­riée et remi­sée, la sur­face tra­vaille entre le réel tri­vial et la poé­sie pure. Mais Vial­lat ne fait qu’y réin­tro­duire ses fétiches par­ti­cu­liers, ses réma­nences for­melles. Manière de jouer avec le prin­cipe de répé­ti­tion afin d’établir une loi esthé­tique par­ti­cu­lière. Jouant sur cet effet de réité­ra­tion (ou de « papier-peint »), le créa­teur maniaque ne cesse de dérou­ler la même pein­ture tout en lui amé­na­geant un sus­pens.
Une telle œuvre prouve que peuvent exis­ter une mémoire et une pein­ture sans fan­tasme par le jeu du simu­lacre en de tels ensembles en trois par­ties. Cette minime éman­ci­pa­tion maté­rielle n’est qu’un autre type de « pel­li­cule ». Elle déplace légè­re­ment lignes et plans dans un « hasard » pro­grammé à chaque ins­tant. Cela peut-il faire pen­ser que c’est pour cela que nous sommes ?

jean-paul gavard-perret

Claude Vial­lat,  Les échelles de Nîmes , expo­si­tion, Tem­plon, Bruxelles, Du 7 juin au 27 juillet 2018.

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>