Jean-Michel Esperet, Dissidences — aphorismes et diversions

L’enfer c’est Sartre plus que les autres

Il se peut que le lec­teur de Dis­si­dences tra­verse les mêmes états que les gou­ver­ne­ments face à la mon­tée du popu­lisme : pas­ser de l’étonnement à la conster­na­tion, puis à l’interpellation et la sidé­ra­tion. Certes, Jean-Michel Espe­ret n’en demande pas tant. Il ne se veut point Cio­ran et sur­tout pas Sartre. Vince Tay­lor lui sied par­fai­te­ment et le lec­teur en est ravi.
Le Gene­vois ne cherche jamais l’effet, ne pri­vi­lé­gie en rien la forme sur le sens. C’est pour­quoi ses « mau­vaises » pen­sées sont des cannes au niveau de l’eau du Léman. Leurs plumes sous forme de greffes et d’excroissances font du livre un faux caphar­naüm et une « invi­ta­tion au voyage », moins à la manière de Bau­de­laire que celle d’un Beckett et des néga­teurs d’infinis.

L’auteur pro­pose des bou­tures intem­pes­tives pleines de bur­lesque et de tours de fausse garde contre les reli­gions, leurs pen­seurs et les poli­tiques dont le trou Per­rette dont parle Vil­lon ne « sent pas que la vio­lette » mais la mort qu’il prône sous diverses ban­nières.
Pour autant, l’écrivain suisse ne monte pas sur de grands che­vaux : il pré­fère des tours de manège révé­la­teurs de véri­tés à la Coc­teau qui ne s’est jamais voulu le cocu ou la coque­luche des idées admises et de leurs farces. A peine leur coucou.

Espe­ret fait de même : entre cour­roux et cou­cou­rou­cou­cou il reste un glo­sa­teur ailé qui secoue les dis­cours. Un tel auteur intem­pes­tif, à Mal­herbe pré­fè­rera la mau­vaise herbe. Il opte en bûche­ron pour la plai­san­te­rie plus que pour les his­toires d’Etres Suprêmes. Il rêve même qu’ils s’entretuent entre eux.
Mais peu enclin à l’optimisme quant à la nature humaine, il sait que ce car­nage venu, les hommes s’empresseront d’en inven­ter treize à la douzaine.

lire notre entre­tien avec l’auteur

jean-paul gavard-perret

Jean-Michel Espe­ret,  Dis­si­dences — apho­rismes et diver­sions, édi­tions Socia­linfo, Lau­sanne, 2018, 140 p.

Leave a Comment

Filed under Poésie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>