Bob Carlos Clarke, The Agony and the Ecstasy

Un des grands maîtres de l’érotisme

Provo­ca­teur, Bob Car­los Clarke le fut à plus d’un titre. Ses œuvres sont bien plus que des pho­to­gra­phies « de charme » : s’y entre­mêlent sexes et genres en des filages d’images, de figures presque mythiques au sein même d’un réa­lisme cru. Sur­gissent des corps de sen­sa­tions, de désirs, de fan­tasmes et de sou­ve­nirs for­cé­ment vin­tage mais sans en faire une esthé­tique uni­voque.
Ses “love dolls” qu’il fai­sait naître à la lumière, à tra­vers l’utérine chambre noire où l’artiste engen­drait et contrô­lait la per­fec­tion de ses images, rap­pellent que l’outrage fut sa devise. Cou­vertes de latex ou non, ses femmes sont invul­né­rables. Leur fémi­nité est auda­cieuse. Elles deviennent les par­te­naires des mâles. Nul ne peut dire si dans son œuvre, l’impact d’une « rela­tion au phal­lus s’établit sans égard à la dif­fé­rence ana­to­mique des sexes » comme se plai­sait à spé­cu­ler Lacan. L’artiste se moque des aléas de l’opération de la cas­tra­tion sym­bo­lique ou imaginaire.

Son rap­port à l’image et à l’identification passe par un jeu plus souple et non théo­rique. Si bien que celui qui se sui­cida il y a dix ans reste un des grands maîtres de l’érotisme. Ins­tallé en Angle­terre dès 1964 pour étu­dier la pho­to­gra­phie,  il réa­lisa pour Ghis­lain Pas­cal (son agent et fon­da­teur de la Lit­tle Black Gal­lery de Londres) ses plus belles pho­tos. Comme le rap­pelle le texte de Ted Mac Hough­ton, elles ne cherchent pas la repré­sen­ta­tion d’un manque relié à « l’organe » dit « mas­cu­lin » mais s’amusent en pro­po­sant une mytho­lo­gie ludique. Elle nous en apprend en consé­quence plus que les études contem­po­raines dites « sexuées ».
Sans assise ou déboîté, le corps à la fois rentre en lui et en sort de manière intem­pes­tive. Il devient un indice créa­teur d’ouverture par l’audace d’une écri­ture pho­to­gra­phique qui ne fait plus de la femme un simple sup­port mais un mani­feste de l’anticonformisme autant du genre que de la vision de l’amour ou ce qui en tient lieu.

jean-paul gavard-perret

Bob Car­los Clarke,  The Agony and the Ecs­tasy, Jane and Jeremy publi­shing, Londres, 2018 — 350,00 £.

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Erotisme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>