Benjamin Pitchal, La classe verte

(Dé)formation

Le pre­mier livre de Ben­ja­min Pit­chal est bien plus qu’une bonne sur­prise. Son auteur — jeune homme des beaux quar­tiers mais un peu perdu — s’y raconte en évi­tant les poses de la clas­sique auto­fic­tion.  La classe verte  se lit comme un roman d’un ado­les­cent du nou­veau siècle dont le grand-père non seule­ment fut le der­nier explo­ra­teur de l’Amazonie mais l’éditeur de Georges Bataille, d’Antonin Artaud et ami des sur­réa­listes. Son petit-fils veut le prendre en modèle. 
Aupa­ra­vant, il fait une édu­ca­tion sen­ti­men­tale (mais pas seule­ment) via des che­mins de tra­verses qui le trans­forment en dea­ler au milieu d’un uni­vers que, jusque là, il a ignoré mais qui lui per­met de « faire la vie » avant de se retrou­ver en pri­son pen­dant un an.

La classe verte  pos­sède une puis­sance à là fois allègre et sérieuse. Il ne se veut ni rédemp­tion ni acte de contri­tion. L’auteur y fait plus que le point. Il a écrit semble-t-il son texte à toute vitesse (comme sa vie) mais sans le bâcler — bien au contraire. Ce livre d’urgence n’empêche pas Pit­chal de mar­quer un cer­tain recul.
Il per­met de créer une « fic­tion » ori­gi­nale et pre­nante là où un cer­tain empê­che­ment n’obstrue en rien l’admiration et des élans d’enthousiasme envers diverses « socié­tés » qui per­mettent à l’auteur d’apprendre à révi­ser cer­tains prin­cipes sans pour autant jeter le vieux bébé avec l’eau de son bain mais de trou­ver sa voie.

Entre Paris à Amster­dam — de fait et déjà — il pour­suit l’aventure de son grand-père mais selon ses propres fon­da­men­taux. Il y aura eu bien sûr le « chi­chon » mais demeure avant tout le goût et le com­merce des livres. L’auteur vend des édi­tions rares dont il devient l’expert. Mais pas seule­ment. D’autant que ce tra­vail non dévo­reur de temps lui per­met de se livrer à une nou­velle pas­sion cou­pable : la lit­té­ra­ture. Avec lui, elle est entre bonnes mains.

jean-paul gavard-perret

Ben­ja­min Pit­chal,  La classe verte, Gal­li­mard, coll. Blanche, Paris, 2018.

Leave a Comment

Filed under Romans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>