Mathieu Terence, De l’avantage d’être en vie

Un temps de répit

Mathieu Terence prouve que ce n’est pas for­cé­ment dans la bles­sure que cer­tains livres s’écrivent bien. La créa­tion peut donc se pas­ser d’impasses afin de concoc­ter ses bouillons de culture. Le livre, évi­tant le jus de moi, opère une sorte de dédou­ble­ment pour subli­mer l’exigence. Laquelle illustre que l’écrivain n’est pas for­cé­ment et tou­jours face au vide. Il invite le lec­teur à un consen­sus avec la vie.
L’auteur dément donc bien des cli­chés et prouve qu’il n’est pas besoin de renon­ce­ments pour bien écrire. Mathieu Terence devient un poète d’un quasi nou­veau genre. La rage n’est ici que celle de vivre et l’écriture ose des alti­tudes loin de tout dog­ma­tisme ou retour à des pres­crip­tions. L’écrivain en effet ne mora­lise en rien : il s’exprime selon une vision post­mo­derne dans la mesure où elle repose la ques­tion du sens.

Le texte réveille le lec­teur en lui pro­po­sant des voies rare­ment évo­quées. Il y a là tout un poten­tiel de forces et de vies où des étin­celles jaillissent. C’est là aller au plus pro­fond de l’être, remettre à jour une mys­tique en excluant toute reli­gio­sité en un lien phy­sique humain/univers qui refuse tout « new age ».
Les pola­ri­tés de la lit­té­ra­ture s’inversent à tra­vers un réel revi­sité en uti­li­sant la réa­lité même. Le mythe du chaos ne plane plus sur la pen­sée. Pas même celle de l’instable chère à Ilya Pri­go­gine. Elle trouve une sorte d’assise et de socle. L’impossible certes reste encore à pen­ser mais Terence offre un temps de répit.

jean-paul gavard-perret

Mathieu Terence, De l’avantage d’être en vie,  Gal­li­mard, coll. L’infini, Paris, 2018, 128 p. — 12,00 €.

Leave a Comment

Filed under Poésie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>