Charles Bukowski, Sur l’écriture

Sans tam­bour ni trompette

Bukowski ne se prend pas la tête et ne théo­rise pas : c’est pour­quoi le titre de son livre peut être trom­peur. Il s’agit de fait une antho­lo­gie (réus­sie) de lettres envoyées par l’auteur à des édi­teurs, direc­teurs de revues, écri­vains, etc.. L’auteur reste tel qu’il est. Pour preuve, la lettre qu’il envoie à Paloma Picasso. Elle n’a pas retenu ses poèmes pour son maga­zine. Et l’auteur de se conten­ter d’un : « Ren­voyez ceux que vous pou­vez pas uti­li­ser, ou la totale, les refus sont les bagages de l’âme. Mon âme est une mule main­te­nant ».
Il est vrai que l’auteur est le maître de la dis­tance. Le monde lit­té­raire le laisse indif­fé­rent. Qu’il y fût accepté : soit. Mais de là et pour lui, en faire une chou­croute cela est loin de ses vues. Certes, il s’en donne à machine à écrire joie pour dégom­mer l’intelligentzia de gauche de San Fran­cisco : Bur­roughs, Gins­berg et Mil­ler chez les­quels il a su décou­vrir l’académisme nar­ra­tif pour le der­nier ou for­mel sous feinte de nou­veauté pour le premier.

Bukowski pré­fère ceux qui osent l’espace de la dérive et l’hystérie du monde. L’auteur ne patine pas plus dans ses réflexions épis­to­laires que dans les digres­sions gro­tesques dans Jour­nal d’un vieux dégueu­lasse ou bou­le­ver­santes dans L’amour est un chien de l’enfer. L’auteur n’est jamais affecté et tou­jours de mau­vais esprit. C’est pour­quoi la ques­tion du pro­ces­sus d’écriture ou du sta­tut d’écrivain reste secon­daire. Sa néces­sité d’écrire passe par d’autres voies pour celui dont le ruban de sa vieille Reming­ton est mêlé à son cor­don ombi­li­cal sans jamais tom­ber dans l’autofiction.
Plus que de réflé­chir sur la pos­ture de l’écrivain, Bukowski assène ses coups à une Amé­rique qui devient au fil des jours insi­pide : le fer y est rem­placé par le plas­tique, les chiens errants par des tou­tous en laisse. Reste mal­gré tout des bars afin de peau­fi­ner les moments de chute jusqu’au moment où l’auteur rejoint sa chambre pour s’affaler sur son lit.

jean-paul gavard-perret

Charles Bukowski, Sur l’écriture, trad. anglais (USA) Romain Mon­nery, Edi­tion Au Diable Vau­vert, Paris, 2017,  338 p. — 20,00 €.

Leave a Comment

Filed under Essais / Documents / Biographies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>