Valerio Polici, Ergo Sum &Epifanie 02

Vale­rio Polici : au-delà de la pensée

Il existe dans les images deVale­rio Policiune puis­sance d’approfondissement. La pic­tu­ra­lité héri­tée d’un cer­tain clas­si­cisme crée para­doxa­le­ment une image nou­velle. Le médium crée sour­de­ment une force de pro­fon­deur qui per­met de faire sourdre les images les plus obs­cures mais pour­tant évi­dentes. Le ventre des choses ou des êtres jaillit et par une suite d’opérations là où pour­tant tout semble offert par effet de sur­face.
Le chaos se fige dans l’oxymore. L’illusion est réelle. L’invisible sug­gère le désir. Sa réa­lité ? un mor­ceau de nuit tom­bée sur le sol mais que sou­lève l’image du pho­to­graphe italien.

Entre folie et sagesse, ombre et lumière, l’image à la fois fixe et décentre. Elle trouve la capa­cité de pro­duire ce que fait le désir à tra­vers le corps et les choses. Nous pou­vons atteindre l’eau sou­ter­raine qui les ali­mente. A chaque prise son rêve, sa médi­ta­tion. L’image erre dans nos ruines et celles et ceux dont par­fois la tête s’incline vers la terre. Mais pas tou­jours. Leurs traces se perdent en sor­tant du corps. Mais d’autres sur­gissent. Elles agissent en nous dans leur « aveugle » pré­sence et leurs ombre clarté.
La pho­to­gra­phie devient comble de la pen­sée par ce qu’elle engage dans son impec­cable beauté.

jean-paul gavard-perret

Vale­rio Polici,
- Ergo Sum, edi­tion Dienach-Magazine,
- Epi­fa­nie 02, Gal­le­ria del Cem­balo, Rome.

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Echos d'Italie / Echi dell'Italia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>