Henri Michaux, Par surprise

Mettre en route le temps : répul­sion et fas­ci­na­tion des images

On se sou­vient de la phrase de Win­nie dans Oh les beaux jours de Beckett : “Assez les images”. Cet appel, Michaux le réitère dans le but, non seule­ment que l’image devienne une ombre pas­sa­gère mais afin qu’elle se réduise dans son ima­gi­naire pro­vi­soi­re­ment déré­glé ( « Igno­rant, incons­cient pour avoir avalé cette drogue, en somme quasi pour m’en débar­ras­ser »).
Sen­sible à l’étroite parenté qui relie son inter­ro­ga­tion fon­da­men­tale à la réflexion sur l’image et la pen­sée, dans ce texte l’auteur garde la conscience aiguë de ce que Lacan a bien mis en évi­dence : toute image fonc­tionne comme un “piège à regard” et au moment où l’artiste explore cer­tains “misé­rables miracles”.

La repré­sen­ta­tion plas­tique sus­cite un risque à ne pas cou­rir car elle ne peut abou­tir qu’à un cul-de-sac. Et Michaux d’ajouter : « Les images ne m’intéressent pas, je n’en veux plus. Avec un pro­duit de cette force, ça ne doit pas conve­nir ». Sinon en culti­vant celle qu’il va pra­ti­quer : à savoir l’image de rien, de per­sonne. Seule cette image “idéale” peut atteindre ce qu’il cherche sans cesse, à savoir l’extinction de toute visi­bi­lité et plus par­ti­cu­liè­re­ment la sup­pres­sion et l’anéantissement du monde.
La seule image qui trou­ve­rait grâce à ses yeux serait donc celle qui per­met­trait de par­ve­nir à proxi­mité de la dis­pa­ri­tion dans laquelle la néga­tion n’exprime plus rien de néga­tif mais dégage sim­ple­ment l’exprimable pur. Quant au lan­gage, il reste là pour faire entendre la voix du fond de l’abîme de l’être, le moi dis­sous, le Je fêlé, l’identité per­due. Bref, elle rend pré­sent une sorte de chaos que l’oeuvre explore.

jean-paul gavard-perret

Henri Michaux, Par sur­prise, Fata Mor­gana, Font­froide le Haut, réédi­tion, 2017, 40 p.

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Poésie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>