Maurice Renoma, Cuba ! (exposition)

Renoma : Cuba Si !

Pour Renoma les por­traits et les pay­sages dans les rues de La Havane dési­gnent non une appar­te­nance à un genre mais créent une poé­sie du réel et une forme spé­ci­fique du vivant. La pre­mière n’est pas lit­té­raire et la seconde lit­té­rale. Le pho­to­graphe se sou­cie des formes, des struc­tures pour créer une nar­ra­tion. Elle garde en elle un haut souci de l’image dont l’enjeu est de cer­ner quelque chose de juste du rap­port de l’artiste avec son expé­rience du pays.
L’artiste refuse les exal­ta­tions d’une subli­ma­tion fac­tice comme d’une gloire de la misère. L’empathie se tra­duit par le souci du détail.  S’y ajoute d’ailleurs en sur­im­pres­sion ce qui res­semble à un véri­table condensé de l’histoire de la pho­to­gra­phie et de la pein­ture. Visages et choses alternent dans les his­toires simples de la rue avec une caresse de sen­sua­lité et de sen­si­bi­lité optique presque odorante.

Par la pré­ci­sion de la per­cep­tion qu’autorise la fron­ta­lité visible, tout devient tableau par échan­tillons et bribes. Exit la solen­nité sans faire pour autant des êtres des marion­nettes. Renoma s’attache juste à la vie sans besoin de sur­li­gner la misère (mais pas plus de la bif­fer). Les pho­to­gra­phies dressent un che­min de sen­sa­tions mais se rap­portent aussi à une volonté de luci­dité esthé­tique avec une façon de sou­li­gner constam­ment l’écart entre les choses et les images par au besoin des jeux de caviar­dages dis­crets de cou­leur.
Reste une coa­gu­la­tion cap­ti­vante dans une ima­ge­rie où ce n’est plus seule­ment l’exotisme qui fait sens. Renoma ne cultive pas une étran­geté. Ni le lieu com­mun ou l’hermétisme éso­té­rique. Tout semble venir d’une accep­ta­tion en un flux d’affects tirés d’une fami­lia­rité native et urbaine. Il n’existe pas de secret dans la photo (pas de sens caché quelque part) mais jaillit un innommé afin que le regard s’y défasse et s’y dépasse dans un jour­nal intime plein de pudeur. Une face inat­ten­due et « objec­ti­viste » de l’artiste s’y déploie.

jean-paul gavard-perret

Mau­rice Renoma,  Cuba !, Gale­rie Art­pho­toby, Sophie Lei­ser, 4 octobre – 31 décembre 2017.

1 Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com

One Response to Maurice Renoma, Cuba ! (exposition)

  1. Pingback: Revue de presse, Cuba ! Maurice Renoma à la Galerie Artphotoby – Renoma, le blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>