Doina Ioanid, Le collier de cailloux

Passage du temps

Les poèmes en prose de Doina Ioa­nid sont des mer­veilles d’allusions : « Corps enduit de vert de Paris. Tu aurais dû res­ter, encore un temps pour mieux me pré­pa­rer ». Au milieu de ses glis­sades exis­ten­tielles la poé­tesse tente de retrou­ver sa res­pi­ra­tion. Celle de l’amour qui ne peut plus se vivre. C’est simple et fort comme un bai­ser à celui, le dis­paru, pour qui l’auteure écrit.
Si bien qu’à 36 ans elle peut se croire à la fin de sa vie. Mais c’est aussi ce qui fait qu’elle conti­nue, s’accroche au moment où elle écrit de manière mini­ma­liste ce qui la dévaste. Et ce, avec une exi­gence d’impatience, par­fois des bri­sures ryth­miques et la néces­sité d’aller vite comme pour récu­ser l’arrêt qui a eu lieu.

Jaillissent quelques superbes images au sein de la vio­lence incan­ta­toire et sa vibra­tion. Elles ramènent à l’élan, sa perte, une dou­ceur pas­sée ter­rible et une forme de révolte tacite. La poé­tesse reste en état de veille là où l’œuvre sou­ligne la dis­pa­ri­tion et la cer­ti­tude inébran­lable sur laquelle elle espé­rait fon­der sa vie.
D’une cer­taine manière, écrire revient à ne pas renon­cer face à la néga­tion. D’où l’aspect violent du livre face au « froid que le poêle en faïence n’arrivait pas à vaincre » mais face auquel la brû­lure ardente reste — pour celle qui demeure — l’espoir de pas­ser d’un jour à l’autre, de reprendre et de conti­nuer en comp­tant sur une patience que le poème per­met d’habiter, au fil des jours. Même si par­fois l’auteure ne rêve que de se réduire à une « boule de bow­ling » qui n’aurait même plus besoin du para­dis arti­fi­ciel qui se nomme écriture.

jean-paul gavard-perret

Doina Ioa­nid, Le col­lier de cailloux  (poèmes de pas­sage), tra­duit du rou­main par Jan H. Mysj­kin, Ate­lier de l’agneau, col­lec­tion trans­fert, 2017,  70 p. - 17,00 €.

Leave a Comment

Filed under Poésie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>