Marcel Cohen, Autoportrait en lecteur

Une voix parle « parmi les voix » (Beckett)

A tra­vers maîtres, modèles Mar­cel Cohen pro­pose une balade ludique en bonne com­pa­gnie. Elle est faite d’aphorismes, de bouts de phrases voire de graf­fiti. Il y a là Kafka, Beckett, Valéry, Reverdy, Jou­bert, Bataille et bien d’autres ainsi que des incon­nus ou ano­nymes. L’auteur les a recueillis ça et là sur un bout d’enveloppe, dans une page d’un jour­nal. Par­fois en les enten­dant à la radio.
Appa­rem­ment rien de consé­quent et pour­tant tout fait sens. En cinq cha­pitres l’auteur plie la séance de manière vague­ment thé­ma­tique. Pour­tant, sous la fan­tai­sie sont posées des ques­tions essen­tielles : la guerre, la Shoah, le sens de la méta­phy­sique comme de la lit­té­ra­ture et de l’art qui se greffent des­sus. Ques­tions clas­siques qui s’ouvrent sur celle de la nudité et du silence.

De fait, cet « auto­por­trait en lec­teur » fait du lec­teur (celui du livre) un homme satis­fait de ce qu’il découvre par effet de miroir. Bri­sant toute conti­nuité, l’auteur recom­pose un logos en puzzle dans lequel l’auteur se des­sine peut-être encore mieux qu’avec ses propres mots. Il ose un cer­tain éro­tisme qu’il ne se per­met­trait pas de lui-même et pose à tra­vers ses cita­tions les ques­tions aux­quelles il n’a pas de réponse.
C’est ajusté, imper­ti­nent : une voix parle « parmi les voix » (Beckett) et para­doxa­le­ment les mots des autres lui donnent un timbre propre par effet de mor­cel­le­ments. Mar­cel Cohen à la fois brouille les pistes, se dégage d’un cer­tain égo en ne se croyant plus maître ès mots — quoique les siens soient lar­ge­ment maîtrisés.

Mais de cette manière — et par ceux des autres — à la fois un incons­cient, une exis­tence et un monde dont l’origine comme la des­ti­na­tion lui échappent ne sont plus reje­tés. Ils font sur­face dans une cohé­rence défaite, bous­cu­lée et recons­truite loin des ran­cœurs, abdi­ca­tions voire des compromissions.

jean-paul gavard-perret

Mar­cel Cohen,  Auto­por­trait en lec­teur, Éric Pesty Édi­teur, 2017, 150 p. — 17,00 €.

Leave a Comment

Filed under Poésie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>