Chen Chin Pao, Betel Nut Girls

Les « parasites »

A Taï­wan, des ado­les­centes très légè­re­ment vêtues sont trans­for­mées en ven­deuses affrio­lantes de « Betel Buts », petites noix vertes qui se mâchent comme une gomme et sont très pri­sées au sein des classes popu­laires. Chen Chin Pao les pré­sente dans une série à la fois colo­rée et dis­tan­ciée. Le pho­to­graphe montre com­ment Les “Betel Nut Girls” sont là pour atti­rer le cha­land avec leurs tenues qui les font res­sem­bler — de loin ou sou­vent de près — à de jeunes pros­ti­tuées.
Elles sont deve­nues un phé­no­mène de société et une sorte de rébus visuel très appré­cié depuis le boum éco­no­mique du pays. La plu­part d’entre elles pré­fèrent ce job tem­po­raire et quelque peu fes­tif à toute autre ambition.

Les Betel Nut Girls sont en théo­rie inter­dites par le gou­ver­ne­ment pour deux rai­sons. D’abord parce que la culture de la noix nuit à l’environnement et au sol qu’elle appau­vrit. Ensuite, la pré­sence de telles ado­les­centes a entraîné une série de crimes sexuels et d’embauches illé­gales. De fait et de plus en plus, elles essaiment et deviennent ser­veuses dans des bars ou res­tau­rants. Ces ado­les­centes des bou­le­vards des cré­pus­cules montrent com­ment dans une société en évo­lu­tion la jeu­nesse est atti­rée par l’argent facile et un cer­tain hédo­nisme.
Chen Chin-Pao en dresse un tableau impli­cite, gai et selon un expres­sion­nisme qui ne manque pas de poésie.

jean-paul gavard-perret

Chen Chin Pao, Betel Nut Girls, 2017.

 

 

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Erotisme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>