Fritz Busch, Une vie de Musicien & Fabian Gastellier, Fritz Busch, L’exil : 1933–1951

Dans la tour­mente et la passion

Le livre de Fabian Gas­tel­lier sur les années d’exil du grand chef d’orchestre alle­mand de la pre­mière moi­tié du XXème siècle Fritz Busch est d’une clarté rare. Celui de Busch tout autant. Les deux prouvent com­ment la lumière du jour arrive par­fois à éclai­rer les remugles d’une vie et ceux de l’Histoire qui la condui­sirent dans des voies impré­vues. Seules celles de la musique demeu­re­ront inébran­lables. Ce n’était pour­tant pas gagné : Fritz Busch par­tage la même pas­sion que les Nazis qui vou­lurent son humi­lia­tion voire sa fin : Wag­ner. Et à un degré moindre Strauss. D’où les illu­sions (pro­vi­soires) de Busch.
La bio­graphe est para­doxa­le­ment plus sévère et plus lucide quant à ceux qui vou­lurent « empê­cher » l’artiste. Celui-ci trouve du moins pour un temps à Goe­ring cer­taines « excuses » même s’il explique que « le natio­nal socia­lisme a poussé beau­coup de gens dans la folie. Je fus un des pre­miers atteint de ce mal » et ce jusqu’à croire pou­voir faire laver son hon­neur par ceux qui en était dépourvus.

Fabien Gas­tel­lier remonte les remugles de l’histoire pour expli­quer le piège dans lequel Busch fut pri­son­nier avant de trou­ver le salut dans la fuite. Il ne pac­tisa plus. Le livre du chef s’arrête au moment de l’exil. Sa femme n’y fut pas pour rien. Comme il l’écrit, elle per­mit « d’éviter le pire ».Les deux livres à la fois se com­plètent et rentrent sty­lis­ti­que­ment en sym­biose. Ce que Fritz Busch vécut sans le dire, l’auteure — mélo­mane à l’expertise fine et édi­trice enga­gée — le pré­cise par un superbe texte et les docu­ments qu’il contient. Elle nous mène jusqu’à l’inachèvement de son œuvre eu égard à une mort pré­ma­tu­rée.
Les deux livres sont pas­sion­nants. Ils donnent une ouver­ture majeure aux amou­reux de la musique dite clas­sique comme à ceux de la littérature.

jean-paul gavard-perret

- Fritz Busch, Une vie de Musi­cien , Notes de Nuit, Paris, 2017, 224 p. — 20,00 € .
– Fabian Gas­tel­lier,  Fritz Busch, L’exil : 1933–1951, Idem, 2017, 300 p. — 20,00 €.

Leave a Comment

Filed under Essais / Documents / Biographies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>