Clarisse Gorokhoff, De la bombe

Bombe et bombe

Clarisse Goro­khoff a le mérite d’écrire sans ronds de jambe même si celles de son héroïne sont appé­tis­santes. Et elle sait s’en ser­vir. Pour cou­rir et faire cou­rir les hommes. Cer­tains sont faciles. D’autres moins. C’est pour­quoi l’héroïne fait tout afin de vam­per son amant de cœur qui la traite pour le moins de manière cava­lière. Est-ce pour lui qu’elle a posé une bombe ? Le doute est per­mis. Tou­jours est-il que suite à son atten­tat elle doit se cacher et fuir. Là encore, la rai­son de la fuite est com­plexe… Mais sur les bords de la mer Egée tout est pos­sible. Et pas for­cé­ment le pire. La route roma­nesque est semée d’embûches mais elle ne manque pas d’épisodes bur­lesques. Certes, nous ne sommes pas dans un monde des fées. La vio­lence est là. Et l’auteure qui vécut plus de cinq ans à Istan­bul la connaît. Elle y a fait ses classes et a même créé une foire d’art contemporain.

L’écri­ture sait faire le lien entre les para­doxes et les oppo­si­tions entre la tri­via­lité et l’émotion. Cla­risse Goro­khoff sait qu’à force d’associer le chaos à l’instabilité émane certes la bar­ba­rie mais que celle-ci ne peut impo­ser son ordre à qui, comme l’héroïne de son livre, sait faire preuve d’agilité au mitan de ses doutes et de ses ambi­guï­tés.
Face à l’arbitraire col­lec­tif ou indi­vi­duel, l’auteure donne para­doxa­le­ment une forme d’espoir dans des lieux pour­tant mou­ve­men­tés. A l’enthousiasme tré­pi­dant à voir le cali­fat se réta­blir, répond celui d’une femme qui sait par­fois faire preuve de dex­té­rité et de patience au sein de ce qui pour­rait la faire pas­ser pour une écer­ve­lée. D’une cer­taine façon, tout est pos­sible. Car le tout n’est pas la mort mais l’existence. Il suf­fit comme l’héroïne de faire preuve d’obstination afin de recon­fi­gu­rer une iden­tité, éra­di­quer un cer­tain passé voire un cer­tain pré­sent pour que le futur soit une réa­lité. L’héroïne peut sem­bler en deve­nir « chèvre » mais sa logique — quoique floue — tient.

jean-paul gavard-perret

Cla­risse Goro­khoff, De la bombe, Gal­li­mard, coll. Blanche, Paris, 2017

1 Comment

Filed under Romans

One Response to Clarisse Gorokhoff, De la bombe

  1. Pingback: De la bombe | Ma collection de livres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>