Christian Vogels, Iconostases

Un cer­tain manque d’impertinence

A force de com­bi­na­toires intel­lec­tua­li­santes, l’esprit d’élévation qui habite le livre de Chris­tian Vogels perd de sa sub­stance. Le goût de la machi­ne­rie poé­tique fait que le texte prend l’eau par effet de colonnes et de trames concas­sées. Trans­for­mant les vieilles contraintes en de nou­velles, rien ne pro­gresse vrai­ment. Cela sent le défi savant. Mais n’est pas Mal­larmé qui veut. Et spa­tia­liste pas plus.
Là où Pierre Gar­nier inven­tait par la géo­phy­sique du poème un sens, l’auteur cherche l’effet d’autant qu’il est servi géné­reu­se­ment par Jacques Bré­mond qui se fend d’un for­mat rare et d’une typo­gra­phie dont, en tant qu’éditeur clas­sieux, il a le secret.

Tout cela souffre d’un cer­tain vide réparti en bifur­ca­tions, cir­cu­la­tions plus ou moins intem­pes­tives pour faire « comme si » le sens du poème comme de la vie ne pou­vait qu’échapper là où aucune thé­ma­tique pré­cise n’arrive à trou­ver racine. Il y a un peu d’amour, de désir, de sen­sua­lité, de spi­ri­tua­lité. Tout laisse néan­moins le lec­teur sur sa faim.
Chris­tian Vogels se veut trop intel­li­gent ou astu­cieux pour séduire sinon par effet de sur­face. A être trop savant, le poète manque de grâce et de réelle impertinence.

jean-paul gavard-perret

Chris­tian Vogels,  Ico­no­stases, Edi­tions Jacques Bré­mond, 2017, 108 p. —  25, 00 €.

1 Comment

Filed under On jette !, Poésie

One Response to Christian Vogels, Iconostases

  1. Jan Udris

    Même en tant que lec­teur d’abord anglo­phone mais aussi en l’occurrence fran­co­phone, je dois expri­mer un pro­fond désac­cord avec la cri­tique expo­sée ici… j’ai trouvé Ico­no­stases d’un inté­rêt remar­quable, sur le plan d’expérimentations dans un champ struc­tu­ra­liste comme sur le plan des plu­sieurs poé­sies pos­sibles qui y sont explo­rées. Ce sont des textes d’une « scrip­ti­bi­lité » éton­nante, syn­thé­ti­sant ainsi les signi­fi­ca­tions déjà poly­sé­miques de l’auteur avec les mille inter­pré­ta­tions que peut appor­ter chaque lec­teur prêt à s’immerger dans ce beau livre.

    La syn­thèse me semble fort réus­sie, et je suis loin d’être le seul à le pen­ser. Suivent quelques liens à des cri­tiques plus détaillées, plus expertes, issues de vrai(e)s passionné(e)s de nou­velles poésies.

    http://poezibao.typepad.com

    https://www.mobilis-paysdelaloire.fr;

    https://www.terreaciel.net

    deasis@cipmarseille.com (ou ccp@cipmarseille.com )

    http://revue-texture.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>