Joël Leick, Passages d’Arthur Rimbaud

Les voleurs de feu

La pein­ture de Joël Leick se fait par­fois moi­rée et trans­pa­rente, par­fois vio­lente dans ses trans­ver­sales : dans les deux cas, une trans­pa­rence par­ti­cu­lière laisse voir les mots de Rim­baud comme jamais : « L’Oiseau et le Poète ne font plus qu’un ». Dans ce « rendez-vous des Voleurs de Feu », Leick conçoit l’intervention réci­proque de la pein­ture sur l’écriture comme un acte et non comme un état. Et en offrant une telle “poetry-painting-acting”, il retrouve une don­née sinon fon­da­men­tale du moins pre­mière de la démarche de Rim­baud.
La pein­ture ne cherche pas à la par­faire par quelque chose de léché : elle ren­force l’espace de l’imaginaire jusque dans sa frag­men­ta­tion, ses éclats et ses coupes sombres. Ce qui compte n’est pas de trou­ver les “impos­sibles inva­riants” dont par­lait Fou­cault mais de tou­cher à quelque chose qui, dans la pein­ture comme dans la poé­sie, bouge.

Par l’ouverture dans la “bles­sure” de Rim­baud, existe ce “trou” cher à Mal­larmé où se crée dans la dua­lité, plus que le face-à-face peintre-poète, une extra ter­ri­to­ria­lité. L’artiste, en sor­tant la poé­sie de ses conduits comme il sort la pein­ture de ses conduites for­cées, pro­pose par ses inter­ven­tions des ébou­le­ments.
Avec cette “goutte de cruauté” chère à Nietzsche en une “scrip­tu­ro­gra­phie” (image + écri­ture), Joël Leick libère donc l’image et le dis­cours — même rim­bal­dien — des règles de sécu­rité qui limitent habi­tuel­le­ment son « jeu ». Rien n’a donc lieu que le lieu en même temps que se nouent l’ouverture et la visua­li­sa­tion d’une ryth­mique en sus­pens. Ce qui s’impose est de l’ordre du secret. De l’inconscient qui s’y noue.

jean-paul gavard-perret

Joël Leick, Pas­sages  d’Arthur Rim­baud avec une tra­duc­tion en langue amha­rique , Ate­lier Joël Leick, 2017.

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Poésie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>