Perrin Langda, Glace Belledonne

Tout schuss

Perrin Langda n’hésite jamais à prendre le che­min le plus court pour grim­per aux mon­tagnes, quelle qu’en soit la nature : glace Bel­le­donne au « som­met de sucre et rivière de menthe », « chi­cots tout blancs comme som­mets ennei­gés », Miss sports d’hiver et son “immense domaine friable”. Bref, le poète s’affranchit des ava­lanches nar­ra­tives afin de pro­po­ser sa foca­li­sa­tion dif­fé­rente sur le monde. Dans chaque vignette, les mots sortent du cadre réa­liste dont ils s’inspirent pour faire val­din­guer les choses vues.
Le poète n’est pas de ceux qui comptent ses strophes, le nombre de pieds de ses vers, la lon­gueur de ses poèmes. D’où leur charme et leur drô­le­rie en cet exer­cice de rapi­dité. La poé­sie pro­pose une foca­li­sa­tion et une fan­tas­ma­go­rie par­ti­cu­lières non sans une cer­taine pré­ci­sion afin de faire sau­ter les gonds de la simple évo­ca­tion. La désin­vol­ture appa­rente pro­pose une sub­jec­ti­vité qui enlève au réel sa superficialité.

Exit les épan­che­ments de syno­vie affec­tive. L’auteur rap­pelle Brau­ti­gan dans sa manière d’évacuer le lyrisme. La fonte du réel gicle loin des miroirs de l’ego afin de don­ner un air plus léger au chaos. « L’être-là » glisse au-delà des pistes bali­sées. Le char­mant rem­place le déco­ra­tif par des jeux for­mels de détour­ne­ments où l’ironie demeure constante.
Elle accorde au réel un trou énorme. Il suf­fit de se jeter dans sa « purée de pois opaque » pour être déli­vré du poids de l’existence. Au besoin, en grim­pant sur le télé­siège du poème « sans rien avoir d’autres que ses skis de loca­tion au pied ». Plus tard, il suf­fit de godiller non pour des­cendre vers l’ocre des cha­lets mais regrim­per sur les falaises du Ver­cors et ses alpages conge­lés comme Bashung le pro­po­sait dans des « fan­tai­sies » que ne renie pas Per­rin Langda. Bien au contraire.

jean-paul gavard-perret

Per­rin Langda, Glace Bel­le­donne, encres de Danielle Ber­thet, Edi­tions de la Pointe Sarène, 96370 Mouans-Sartoux, 2017 –5,00 €.

 

1 Comment

Filed under Poésie

One Response to Perrin Langda, Glace Belledonne

  1. Pingback: U-poesis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>