Jean-Marc Sourdillon, Les voix de Véronique

Voix parmi les voix

Qu’est-ce qu’une voix sinon un monde ordonné par un timbre et jeté comme un défi face au chaos du monde réel ? Preuve qu’il n’existe pas de voix sans sa pro­fon­deur de sen­sa­tions, d’émotions, de dou­leurs, de jouis­sance, de ful­gu­ra­tions et d’opacités. Dans ce livre de Sour­dillon elles deviennent des vies que l’auteur défi­nit ainsi : «la rai­son est d’avoir essayé toutes ces vies qui n’étaient pas les miennes, d’avoir laissé la mienne à l’abandon, sur le côté, de m’y être éreinté, le plus sou­vent en vain, il m’est peut-être resté cette chance, ou cette pos­si­bi­lité : pou­voir l’une après l’autre les suivre, jusqu’au bout, les réen­tendre cha­cune d’elles, pour voir où elles conduisent et ce qu’elles contiennent ». C’est donc elles qui font écrire l’auteur pour s’arracher à l’informe. Elles sont la figure et le son d’un défi à l’infigurable, à l’inaudible.

Ces récits de voix fémi­nines se déploient dans l’esprit de Véro­nique la nar­ra­trice et pre­mière inter­ve­nante. Puis elles se répondent en écho quel que soit leur sta­tut (explo­ra­trice, vieille dame à sa sieste, ven­deuse, petite fille sor­tant de l’école avec une tor­tue, femme qui rêve d’accoucher d’une mon­tagne en la pei­gnant, etc.). S’y ajoute une voix mas­cu­line qui ramène à celles d’où tout sort. Le point d’origine de ces voix est donc en l’auteur.
Mais chaque voix, comme le sexe dans le célèbre tableau de Cour­bet, est la fente d’où sort le monde sen­suel de l’écriture. L’auteur écrit le désir qui fait que « ça s’écrit ». Chaque voix est un désir de dif­fé­rence qui garde en elle le sou­ve­nir de l’indifférencié. Elle est l’effet d’une volonté de mesure. Elle reste autant han­tée par le déme­suré que par l’effort de dif­fé­ren­cia­tion et de mesure de la déme­sure des corps. Le tout dans la capil­la­rité insi­dieuse des récits assi­gnés à l’inexorable éner­gie du désir quelle qu’en soit la nature.

jean-paul gavard-perret

Jean-Marc Sour­dillon, Les voix de Véro­nique, Edi­tions Le Bateau fan­tôme, 2017, — 17,00 €

Leave a Comment

Filed under Poésie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>