La reine de beauté de Leenane (Martin McDonagh / Sophie Parel)

Une chro­nique acerbe des sour­noi­se­ries qui nous rongent ordinairement

Une cui­sine en for­mica. Une femme en fau­teuil rou­lant. Sa fille, enfer­rée dans ses tâches ména­gères, hon­nit sa condi­tion domes­tique. Les scènes d’une vie quo­ti­dienne sclé­ro­sée par l’hypocondrie d’une vieille recluse sont pré­sen­tées de façon dyna­mique et iro­nique. Un texte plein de chausse-trappes, de ten­dresse et de féro­cité ; cha­cun des exem­plaires de l’humanité est pré­senté dans sa plus grande fra­gi­lité.
Eux qui se montrent dému­nis dans leur mono­ma­nie se montrent subi­te­ment agres­sifs et nocifs, lorsqu’ils trouvent un biais pour expri­mer leur pro­fonde détresse. L’intrigue se déve­loppe en pas­sant allè­gre­ment de la satire sociale au tra­gique. Les dia­logues, crus, se déploient sans fard, explo­rant les ten­sions inso­lubles de l’intimité insoutenable.

On découvre un texte d’une grande qua­lité, plein de pudeur et de pro­fon­deur, qui met suc­ces­si­ve­ment en posi­tion de vul­né­ra­bi­lité cha­cun des per­son­nages. L’accompagnement musi­cal, sobre, est bien senti et adapté. Les acteurs, justes, servent par­fai­te­ment par leur mesure, leur rythme, leur géné­ro­sité la teneur sar­cas­tique, voire cynique de la pièce. La repré­sen­ta­tion, modeste par ses dimen­sions, consti­tue une réus­site. Elle réa­lise ample­ment ses ambi­tions, en révé­lant nos côtés sombres selon un prisme inci­sif, sachant rete­nir l’attention par des ren­ver­se­ments édifiants.

Le pro­pos est effi­cace, inter­ro­geant nos tra­vers sous l’angle du bas­cu­le­ment dans la patho­lo­gie ou du drame, sans jamais ver­ser dans le pathé­tique. Une chro­nique acerbe des sour­noi­se­ries qui nous rongent ordinairement.

chris­tophe giolito

 
La reine de beauté de Leenane

de Mar­tin McDonagh

mise en scène Sophie Parel

Avec Gré­gori Baquet, Cathe­rine Sal­viat, Sophie Parel, Arnaud Dupont.

Tra­duc­tion Gil­das Bour­det ; Lumières Anto­nio De Car­valho ; Musique Vir­gile Des­fosses ; Décor et cos­tumes Phi­lippe Varache.

Au théâtre Le Lucer­naire, 53, rue Notre-Dame des Champs, 75006 Paris,

Du 31 août au 16 octobre 2016, du mardi au samedi à 19h et le dimanche à 15h.

Relâche les 4, 11 et 15 octobre 2016. Durée 1h15. Tel : 01 45 44 57 34

http://www.lucernaire.fr/theatre/777-la-reine-de-beaute-de-leenane.html

Pro­duc­tion Com­pa­gnie Made­moi­selle S., Coréa­li­sa­tion Théâtre Lucer­naire, Dif­fu­sion Ate­lier Théâtre Actuel.

Le texte de la pièce est dis­po­nible dans le numéro 1135 de L’avant-scène Théâtre (2003).

Leave a Comment

Filed under Théâtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>